A Book of Gems Choice selections from the writings of Benjamin Franklin

By Benjamin Franklin

Page 135

to
rest. It has nothing to build upon; no rock; no pillars of any kind.
Nor has it any materials or builders. Nothing can be built without a
foundation, materials and builders. Sceptics are not builders. Their
work is merely _pulling down_ old buildings. This is the reason they
make so much show; their work is easy, requires but little skill and
no goodness. Anybody can tear down, but it takes a workman to build.
Scepticism is a mere negative, consisting wholly of denials. It affirms
nothing, establishes nothing, and builds up nothing. It is a natural
impossibility to build upon a mere negative. A system cannot, in the
very nature of things, be built upon a mere denial—a mere negative.
If a man would deny, repudiate, and condemn all the foundations of
all the houses in his city, or if he would go and tear his neighbor’s
foundations all down, it would give him no foundation for a house,
but would simply put them in the same condition with himself—that
is, _without any foundation_. In the same way, if infidels could
successfully deny, disprove and overthrow the foundation of every
system of religion in the world, it would lay no foundation for them,
but would simply put the rest of us upon a level with them—that is,
_without any foundation_. The work of all sceptics has been, simply to
tear up the foundation of Christians, and not to lay any foundation for
themselves. Not a man in all the ranks of unbelief has ever presented
any foundation, or has any. Their entire clamor is against the Bible,
but if they could expunge the Bible from the universe, they are no
better off—they have nothing to stand upon.

Scepticism has no center of attraction, no gravitation, no great
central pervading idea, drawing everything to one common center. A
system must have a common center of attraction, holding it, in its
revolutions, from flying into atoms. But, scepticism has no pervading
idea, doctrine or constitution, in which everything centers, around
which everything revolves, with power to attract and bind. It consists,
simply in denials of what others believe. If the things which they
deny were untrue, and should be denied, the denial of them is no
foundation or center of attraction. Their denial amounts to nothing in
their favor, but is simply unfavorable to others—destructive of the
attraction binding others together. A million of the most unequivocal
denials of the most absurd and preposterous doctrines the world ever
contained, forms no center of attraction, doctrine or constitution, in
which is embodied and concentrated any principal of attraction that
can bind

Last Page Next Page

Text Comparison with Expériences et observations sur l'électricité faites à Philadelphie en Amérique

Page 11
Les métaux & les animaux s'électrisent fortement ou deviennent fortement électriques, lorsqu'étant soutenus sur des cordons de soye ou de crin, sur des gâteaux de résine, sur du verre, &c.
Page 14
Muschenbroek, & le globe est plus en sureté.
Page 16
Ayant choisi un endroit commode dans une plaine des environs de Paris, il l'entoura d'un fil de fer de quatre mille toises de longueur qui font deux lieuës.
Page 20
_ III.
Page 24
Franklin que par le vif intérêt qu'y prenoient plusieurs amis du premier ordre qui travailloient souvent avec moi; l'un de ceux-ci m'avoit prié de lui aider à former un cabinet électrique complet; je n'avois rien épargné pour lui donner satisfaction.
Page 32
) & elle recevra du fil d'archal une quantité de fluide électrique, mais elle ne s'en imbibera point, en étant déjà pleine.
Page 42
Fr.
Page 50
nous imitons les éclairs en passant le fil-d'archal dans l'obscurité sur un plat de porcelaine qui a des fleurs d'or, ou en l'appliquant au câdre doré d'un miroir, &c.
Page 56
Posez une des bouteilles sur le verre, levez-la par le _crochet_, & appliquez son _côté_ au _crochet_ de l'autre; il y aura alors une explosion & un choc, & les deux.
Page 59
Dès le premier rapport que je fis à l'Académie royale des sciences en 1751.
Page 71
60.
Page 79
.
Page 87
Chaque particule de matière électrisée est repoussée par chaque autre particule également électrisée; ainsi le courant d'une fontaine également serré & continu, dès qu'il sera électrisé, se séparera & s'étendra sous la forme d'une vergette, chaque goute faisant effort pour s'éloigner de chaque autre goute; mais lorsque le feu électrique leur est enlevé, elles se raprochent & se rejoignent.
Page 89
La mer ayant peu besoin de pluye, paroîtroit-il raisonnable de priver la terre de son humidité, pour la donner à la mer en pure perte? 105.
Page 94
126.
Page 129
étant arrivé un orage qui fut assez vif pendant quelque tems, je chargeai une des bouteilles passablement bien avec l'éclair, & l'autre avec l'électricité de mon globe de verre, également autant que j'en pus juger; & les ayant disposées convenablement, je vis avec autant de surprise que de plaisir la boulette de liége joüer avec vîtesse de l'une à l'autre, & je fus convaincu que l'une des deux étoit électrisée négativement.
Page 140
L'effet le plus sensible d'un corps chargé d'électricité, est que quand on lui présente le doigt, ce doigt en tire une étincelle: or quand une bouteille préparée pour l'expérience de Leyde est penduë au canon d'un fusil ou au premier conducteur, & que vous faites tourner le globe pour la charger, aussitôt que la matière électrique est en mouvement, vous pouvez voir une étincelle aller de la surface extérieure de la bouteille à votre doigt, ce qui, dit M.
Page 150
_ Ayant fait un vuide de Torricelli, long d'environ 5.
Page 153
Je trouve qu'on ne m'a pas entendu tout à fait sur ce sujet.
Page 155
Voilà les effets & les apparences sur lesquels je ferai le peu de remarques qui suivent, sçavoir.