A Book of Gems Choice selections from the writings of Benjamin Franklin

By Benjamin Franklin

Page 136

in a system. Denying simply frees men and cuts them loose,
in their own estimation, from that which they deny, or what others
believe, but binds them to nothing.

Scepticism has no law, gives no advice, and has nothing in it about
the characters of men. It does not say that a man shall, or shall
not, have a good character; that he shall or shall not have a bad
character. It contains no such words and has no such idea, or keeps
up no such distinctions as good and bad. It says nothing about love
and hatred, revenge and pity, covetousness and benevolence, vice and
virtue, happiness and misery. It contains not one sentence touching
all the relations in life, providing nothing for individuals, families
or nations. It consists of one negative principle, viz: _The denial of
the truth of the Christian religion_. Any man can see that there is no
law in this. If they could succeed in this denial, and show beyond all
contradiction that christianity is not true, it amounts to nothing.
It is no law, and accomplishes nothing in any way, only to bring
christians upon a level with them—with _precisely nothing_.

Scepticism has no rewards for the good. It promises nothing in
this world nor that which is to come. It holds out no rewards, no
inducements of any kind for the good, in time or eternity!

Scepticism has no punishments for the bad, here nor hereafter. It
contains no punishments for evil doers—the profligate, dissipated, and
corrupt; thieves, robbers and murderers. It knows nothing of crimes or
punishments for crimes, of any grade or atrocity.

Scepticism has no reformatory power. A denial, or a train of denials,
even denials of error, can never restrain sinners nor reform men. The
influence is simply negative. In the very nature of things, it cannot
act positively. Denials or negatives require nothing, give nothing,
and, as a matter of course, can produce no reformation. It is a
negative system, if we may be allowed to call it a _system_ at all,
and in the very nature of things, its influence must be negative. It
is like cold, which is simply the absence of heat; for the suffering,
in the absence of heat, is from want of heat. Scepticism is simply the
absence of the heat of christianity. Darkness is merely the absence of
light, or it is the negative of light, else it and light could exist at
the same time, in the same place. In precisely the same way, scepticism
is the absence of gospel light, or faith. The soul without faith

Last Page Next Page

Text Comparison with Expériences et observations sur l'électricité faites à Philadelphie en Amérique

Page 2
On n'a pas encore assez de faits sur ce sujet pour qu'il soit permis d'y joindre des hypothèses.
Page 3
de la Statiq.
Page 4
Mais ce seroit s'écarter de la retenuë dont il donne l'exemple, que de chercher à faire valoir son mérite par des louanges dont il n'a pas besoin, & qui ne pourroient être que suspectes de la part d'un traducteur.
Page 10
sur l'axe du globe.
Page 17
Il arrive encore quelquefois qu'en chargeant la bouteille auprès du globe, elle fait explosion & se casse; celui qui la tient reçoit dans cet instant une violente commotion: après cette explosion la bouteille se trouve percée au côté d'un trou exactement rond ordinairement sans fêlure, dont on est averti par l'écoulement de l'eau qu'elle contenoit.
Page 27
_ & je n'y ai rien trouvé qui.
Page 28
PRIVILÉGE DU ROI.
Page 40
27.
Page 62
Examinons chacune de ces choses.
Page 65
C'est pour cela que je prétens qu'en s'y prenant de cette façon, l'on ne fait point du tout l'analyse de la bouteille.
Page 79
Ainsi voilà l'explication de la plume enfermée dans un vaisseau de verre scellé hermétiquement, & qui se meut à l'approche du tube frotté.
Page 102
L'importance du sujet m'a paru mériter l'attention de l'Académie.
Page 104
Ces nuages électrisés étant poussés par les vents, sont attirés par les montagnes auxquelles ils communiquent leur feu électrique: alors les particules d'eau se rapprochent & tombent en rosée, si l'air est peu chargé; mais s'il est fort chargé, le feu électrique sort tout à la fois d'un nuage entier, & en l'abandonnant il brille comme un éclair & fait un bruit violent; dans ce cas les particules d'eau se réunissent faute de ce feu, & tombent en grosses ondées.
Page 108
l'eau de la mer.
Page 111
J'étois si occupé dans le moment de l'expérience de ce que je voyois, qu'ayant été frappé au bras un peu au-dessus du coude, je ne puis dire si c'est en touchant au fil-d'archal ou à la tringle: je ne me suis pas plaint du mal que m'avoit fait le coup dans le moment que je l'ai reçu; mais comme la douleur continuoit, de retour chez moi j'ai découvert mon bras en présence de Coiffier, & nous avons apperçu une meurtrissure tournante autour du bras, semblable à celle que feroit un cou de fil-d'archal si j'en avois été frappé à nud.
Page 120
Quelque préparé que l'on soit au bruit que doit produire cette inflammation, on en est toujours surpris, mais ce n'est pas ce qu'il y a à craindre dans cette expérience.
Page 128
L'hyver suivant j'imaginai une expérience pour découvrir si les nuages étoient électrisés positivement ou négativement; mais ma verge pointuë avec tout son appareil s'étant dérangée, je ne la rétablis que vers le printems, lorsque j'espérai que la chaleur occasionneroit plus de nuages orageux.
Page 138
À P.
Page 139
_LETTRE XIV.
Page 140
Franklin, est cette égale quantité de matière électrique chassée de ce côté par celle que le côté opposé reçoit du conducteur, & qui continuëra à donner une vertu électrique à chaque chose qui sera en contact avec elle jusqu'à ce qu'elle soit entièrement déchargée de son feu électrique; à quoi l'Abbé fait cette objection.