A Book of Gems Choice selections from the writings of Benjamin Franklin

By Benjamin Franklin

Page 193

of God, till
he finds himself cut off, if not literally by the action of a church,
that which is equally as fatal, the general turning away from him, and
utter failure in any sense to support him.

May we all maintain soundness in the faith, in the gospel, integrity to
it, faithfulness to it in all things, soundness in character, purity
and holiness. May we strive to live nearer and still nearer to God.




DELAY IN TURNING TO THE LORD.


If a person has delayed turning to the Lord, till some hindrance comes,
so that he can not take the steps, or do what the Lord has commanded,
to become a christian, he has simply delayed till he can not become a
christian. If he defers on any account, he simply defers becoming a
christian. At some point, a man passes the possibility of becoming a
christian. That point, or period, is generally thought to be at death.
Some still sing, “While the lamp holds out to burn, the vilest sinner
may return,” but this is not true. It is true that after death none can
turn to God, but it is not true that before death all can turn to God.
The apostle speaks of some men who were living in the literal sense,
but whom he compares to “trees twice dead and plucked up by the roots.
Such a tree as that never grows again.” He speaks of other men “past
feeling,” and others, still living, for whom nothing remains “but a
fearful looking for of judgment and fiery indignation, which shall
devour the adversaries,” and still others for whom nothing remains but
“the blackness of darkness forever.” Some are given over to believe the
lie and be condemned.

Our opinions are worth nothing in reference to those who can not do
what the Lord commands. We do not know a thing about the salvation of
any person only as the Lord has promised. He has promised that “He who
believes and is immersed, _shall be saved_,” and commanded, “Repent,
and be immersed every one of you, in the name of Jesus Christ, for the
remission of sins.” He who obeys the command has the promise. Outside
of this we know nothing about it. Not only so, but if we give some
_charitable opinions_ for those who can not obey, or in reference to
deferring, on account of hindrances, these cases will become more
frequent, and these opinions will be applied not simply to cases where
persons _can not_ obey, but where they can not _conveniently_, and in
a short time we have

Last Page Next Page

Text Comparison with Vie de Benjamin Franklin, écrite par lui-même - Tome II suivie de ses œuvres morales, politiques et littéraires

Page 1
20.
Page 2
Par exemple, on a fait un verbe du substantif _connoissance_.
Page 29
Si l'on me chargeoit de faire exécuter l'ordre d'une telle presse, le premier que je ferois presser seroit un assesseur de Bristol, ou un juge nommé _Foster_.
Page 34
Mais il me semble qu'un marchand, étant plus éclairé par son éducation, et absolument libre de faire ce qu'il veut, devroit bien considérer si une guerre est juste, avant d'engager volontairement une bande de mauvais sujets à attaquer les commerçans d'une nation voisine, pour piller leurs propriétés et les ruiner avec leurs familles, s'ils se rendent sans combattre, ou à les blesser, les estropier, les assassiner, s'ils tentent de se défendre.
Page 45
Probablement il ne lui vint pas tout-à-coup dans l'esprit que l'expérience étoit à l'appui de ce qu'il avoit avancé, et qu'elle se trouvoit consignée dans la plus fidèle de toutes les histoires, la Sainte Bible.
Page 47
» Moyse nia qu'il se fût rendu coupable de péculat, et ses accusateurs ne purent alléguer aucune preuve contre lui.
Page 48
[32] Nombres, chap.
Page 67
Les noms de ceux qui l'auront remporté, seront imprimés tous les ans.
Page 70
Vous voyez que je me suis laissé emporter par mes idées.
Page 71
Passy, le 25 juin 1784.
Page 72
Mais il ne peut ni créer une nouvelle matière, ni anéantir celle qui existe.
Page 76
À son arrivée à Alexandrie, ce général tint conseil avec les gouverneurs de la Virginie, du Maryland, de la Pensylvanie, de New-York et de la Baie de Massachusett; et comme ces officiers savoient très-bien que les terres réclamées par les Français, appartenoient aux six Nations, et non pas aux Cherokées, ni à aucune autre tribu d'Indiens, le général donna ordre à sir William Johnson, de rassembler les chefs des six Nations, et de leur rappeler la cession qu'ils avoient faite de ces terres au roi d'Angleterre en 1726, époque où ils avoient aussi mis sous la protection de ce prince tout leur pays de chasse, pour être défendu pour eux et pour leur usage.
Page 84
Mais pour mieux faire entendre toutes les raisons pour lesquelles on veut engager sa majesté à traiter de nouveau avec les Indiens, pour tracer une ligne de démarcation plus précise et plus certaine que celle que désigne la proclamation du mois d'octobre 1763, nous prendrons la liberté d'exposer quelques faits.
Page 87
Il y a long-temps que nous nous plaignons à vous de cette injustice, qui n'a point encore été redressée.
Page 98
Nous ne concevons pas plus comment leurs seigneuries ont pu appliquer cette opinion à l'établissement d'un territoire acheté par le roi, depuis près de quatre ans, déjà habité par plusieurs milliers d'Anglais, et où, ainsi que nous le démontrerons dans la suite de ces observations, les Indiens même, qui vivent sur la rive septentrionale de l'Ohio, ont demandé qu'on se hâtât d'établir un gouvernement.
Page 102
Pourra-t-on donc à présent, les dénaturer au point d'en conclure qu'il ne faut point donner un gouvernement aux sujets du roi, établis sur le territoire de l'Ohio? Il faut aussi considérer que nous sommes convenus de payer pour une petite partie du terrain acquis au fort Stanwix, tout ce qu'en a coûté la totalité; et qu'en outre nous devons nous charger de tous les frais d'établissemens et d'entretien de la nouvelle colonie.
Page 106
que si le conseil privé l'adoptoit, elle auroit les conséquences les plus dangereuses, les plus funestes pour le commerce, la paix et la sécurité des colonies de sa majesté en Amérique.
Page 108
Mercredi matin.
Page 115
P.
Page 147
Cette disposition, à laquelle je ne pus pas d'abord m'assujétir sans faire quelque violence à mon penchant naturel, me devint, à la fin, si facile et si habituelle, que personne, depuis cinquante ans peut-être, n'a pu, je crois, s'appercevoir qu'il me soit échappé une seule expression tranchante.