A Book of Gems Choice selections from the writings of Benjamin Franklin

By Benjamin Franklin

Page 197

laws, to compare them with the law of the Lord Messiah,
to see how near they are to his, or how far from it. They have no
authority to make any other laws, no matter how near like his law, or
how far from it. Their business is to throw aside all other laws, and
accept him as their Monarch, and _his law_, and _obey it_. This is
simply all there is of it. He who is not for him is against him.

The citizens of his kingdom have no authority from him for negotiating
with any sectarian party, about union with his people, comparing their
views and determining how nearly they agree. He has left them no
discretionary power to compromise with anybody, or to stipulate terms
of union and fellowship. He has stipulated the terms for us all. If we
comply with these terms he receives us, and we are bound to receive
each other, and certainly will desire to do so. If we comply not with
these terms he will not receive us, and no saint has any right to
receive us. No man has a right to prescribe terms on which to receive
any man. The terms are already prescribed in the law of the great King.
We must not go to man, but to the King, to know who shall be received.
It is not a question whether _man_ will receive us, but whether the
_Lord_ will receive us.




MAINTAIN A PURE FAITH AND WORSHIP.


Who, in the midst of all this demoralization, will stand for God, for
the anointed and for the eternal Spirit; for the only supreme and
absolute, the final authority, the revelation from God to man, as
set forth in the Bible? We must maintain this or we shall be ruined
forever. We must resist all broad-guagism, liberalism, this terrible
demoralization, and maintain the purity of the religion of Christ
itself. We have taken our stand on the highest ground and must maintain
the highest purity and order, the greatest perfection and refinement
of which we are capable. We must maintain pure morality, pure faith
and worship, utter abstinence from follies and all doubtful practices,
all things held in suspicion among good people. It is a time for
general humiliation and supplication—one mighty and united appeal of
all the true and holy to heaven to save us from the general avalanche
of iniquity that threatens the ruin of the country, and specially of
religion. Jews may look on with a sneer, infidels may mock and scoff,
and hell may appear to exult; but the Lord God

Last Page Next Page

Text Comparison with Expériences et observations sur l'électricité faites à Philadelphie en Amérique

Page 0
generously made available by the Bibliothèque nationale de France (BnF/Gallica) at http://gallica.
Page 6
Il seroit difficile & peut-être impossible de déterminer le tems où l'on a observé pour la première fois que l'ambre-jaune, après avoir été frotté, attire les brins de paille dont on l'approche.
Page 8
Pour éprouver si l'air avoit quelque part à l'électricité, il suspendit dans une fiole au-dessus d'un corps léger un morceau d'ambre-jaune excité à l'électricité; ayant ensuite pompé.
Page 9
l'air de la fiole, il laissa descendre l'ambre-jaune près du corps léger, qui fut attiré.
Page 11
on en approche le tube excité à l'électricité.
Page 26
_ _Ces expériences sont presque toutes en propre à notre auteur; il les a conduites.
Page 59
Car si dans l'explosion le feu électrique sortoit de la bouteille par un endroit, & qu'il ne rentrât pas par un autre, il s'ensuivroit que si un homme placé sur de la cire & tenant la bouteille d'une main, tiroit l'étincelle en touchant avec l'autre le crochet de fil-d'archal, la bouteille étant par là déchargée, l'homme seroit chargé; ou que la quantité de feu perduë par l'une se retrouveroit dans l'autre, puisqu'il n'y a aucune issue pour la laisser échaper; mais il arrive le contraire.
Page 62
.
Page 71
Comme le verre a le plus d'épaisseur vers l'orifice, je présume que la moitié inférieure, qui étant dorée, a été électrisée, & a donné le coup, n'excède pas 2.
Page 75
Il sembleroit que la totalité reçûe par la bouteille en a été déchargée une seconde fois, & cependant par ce moyen la bouteille est chargée,[32] & par conséquent le feu qui abandonne ainsi la bouteille, quoique dans la même quantité, ne sçauroit être le même feu qui est entré par le fil-d'archal, car si c'étoit le même, la bouteille resteroit sans être chargée.
Page 78
Il n'y a point d'Électricien qui ne sçache qu'un globe mouillé intérieurement ne rend que peu ou point de feu, mais jusqu'ici on n'a pas essayé d'en donner la raison, ou du moins je l'ignore.
Page 85
C'est une observation constante dans ces expériences, que plus la quantité d'électricité sur le conducteur de carton est grande, plus il frappe de loin, & décharge son feu aisément; & la pointe pareillement le tirera toujours à une plus grande distance.
Page 88
90.
Page 106
Il s'ensuit des observations précédentes qu'on devroit entendre très-rarement le tonnerre en pleine mer, lorsque l'on est fort éloigné de la terre.
Page 111
J'ai répèté l'expérience au moins six fois dans l'espace d'environ quatre minutes en présence de plusieurs personnes, & chaque expérience que j'ai faite a duré l'espace d'un _pater_ & d'un _ave_.
Page 125
me je viens de le dire, étoit attachée tantôt au crochet & tantôt au ventre de la bouteille.
Page 127
Collinson Écuyer de la Société Royale de Londres.
Page 131
les bâtimens où les mâts des vaisseaux, & communiquant avec la terre ou la mer, doivent être également propres à rétablir doucement & en silence l'équilibre entre la terre & les nuages, ou à conduire un éclair ou un coup de foudre, s'il y en avoit, de manière à préserver la maison ou le vaisseau; car les pointes ont autant de vertu pour pousser le feu électrique que pour l'attirer, & les verges l'élèveront aussi bien qu'elles le feront descendre.
Page 139
Ayez tout prêt un bouchon de flacon en verre & à tête ronde, frottez-le sur votre côté jusqu'à ce qu'il soit électrisé, ensuite présentez-le à la boule de liége; si l'électricité dans la boule est positive elle sera repoussée du bouchon de verre aussi bien que du timbre.
Page 143
B, dont la surface extérieure est fournie par la main en A: je donne le feu à la seconde bouteille en C, dont la surface intérieure est déchargée par la main en D.