A Book of Gems Choice selections from the writings of Benjamin Franklin

By Benjamin Franklin

Page 223

and entirely different associations. The Sabbath
originated in God’s _resting_ on the seventh day. It pointed to this
rest and originated in it. It had no Christ in it, did not originate
with Christ, nor point to him. It had nothing in it to bring him, or
anything he ever did to view, and nothing can be done more directly
calculated to draw the mind entirely off from Christ than to fill the
mind of the christian with the Sabbath, and get the first day of the
week and all its hallowed associations and memories out of his mind.
The first day of the week derives its entire religious significance
from the resurrection of our Lord, and the commemoration of the
Savior’s sufferings keeps his death continually before us, pointing
back to his death for our sins, and forward to his second coming.

Are Christians to be perverted and their minds and hearts carried away
from the death of Jesus, his resurrection and his coming, and all the
sublime associations and memories connected with the first day of the
week; turned back and put to the meditations of a Jew, commemorating
the rest of God on the seventh day, after he had completed the work of
creation? Nothing can be more anti-christian than this. This is Judaism
in the most deadly type. It is literally turning away from Christ to
Judaism; from the day that brings the great event to view, that lies
at the foundation of the faith and the entire kingdom of God; the
resurrection of our Lord from the dead, and the death of Jesus for our
sins. If purposely designed to lead us away from the Savior and ruin
us, nothing could be more completely suited to the purpose than this
Judaizing, Sadducean, no-spirit, no-angel and no-resurrection theory.
The theory, on its face, carries its own condemnation; but, in the
numerous cases of ruin wrought by it, we have the demonstration of its
destructive character.




MARK THOSE WHO CAUSE DIVISIONS.


We have no confidence in men and theories that have no power except to
scatter, tear down and destroy. The time has come when the brethren
should put their mark upon all this description of men we care not
what their idol may be, who are simply prating, whining, complaining,
and murmuring among loving disciples gathered by the labors and
sacrifices of other men, but who never built up a church, healed a
difficulty, or promoted peace any place in their lives. Nothing is so
ridiculous as for such men to go grumbling round the country, finding
fault with everything, pulling down other

Last Page Next Page

Text Comparison with Vie de Benjamin Franklin, écrite par lui-même - Tome II suivie de ses œuvres morales, politiques et littéraires

Page 3
Mais les imprimeurs de nos jours ont eu la fantaisie de renoncer à un usage utile, parce qu'ils prétendent que la suppression des lettres capitales fait mieux ressortir les autres caractères, et que les lettres qui s'élèvent au-dessus d'une ligne, empêchent qu'elle n'ait de la grace et de la régularité.
Page 4
Pour mieux sentir l'avantage d'une impression claire et distincte, considérons la facilité qu'elle donne à ceux qui lisent tout haut, devant un auditoire.
Page 14
Mais puisque très-probablement nous vivons dans un temps où les sciences sont encore trop dans l'enfance, pour voir un tel art porté à sa perfection, il faut que je me contente du plaisir, que vous me promettez, de voir ressusciter un poulet ou un coq d'Inde.
Page 17
Il faut que j'observe ici que ce pain remis au four étoit autrefois le biscuit qu'on préparoit pour les vaisseaux; car en français le mot _biscuit_ signifie cuit deux fois.
Page 18
Une livre de sucre coûte aux premiers, non-seulement le prix qu'ils donnent pour l'avoir, mais aussi les impôts nécessaires pour soutenir les flottes et les armées destinées à protéger et à défendre les contrées qui le produisent.
Page 37
Quand on fut convenu des principaux articles, les commissaires de la Virginie informèrent les Sauvages, qu'il y avoit au collége de Williamsbourg des fonds destinés à l'éducation de jeunes Indiens, et que si les chefs des six Nations vouloient y envoyer une demi-douzaine de leurs enfans, le gouvernement en prendroit soin et les feroit instruire dans toutes les sciences des blancs.
Page 43
Newland_, qui a servi dans les deux dernières guerres.
Page 45
L'être suprême se plut à élever une seule famille, et son attentive providence la combla de bienfaits jusqu'à ce qu'elle devînt un grand peuple.
Page 62
Il faut que, pour être admis dans ce collége, chaque écolier soit au moins en état de bien prononcer les syllabes en lisant, et d'écrire passablement.
Page 69
Ensuite, si par quelqu'accident l'axe du globe a été changé, le fluide dense et intérieur a dû, en changeant de forme, crever la coquille, et jeter les diverses substances, qui la composent, dans la confusion où nous la voyons.
Page 81
six Nations et de leurs confédérés.
Page 95
Comme les habitans des colonies du centre auront, d'après les nouvelles limites, la liberté de s'étendre graduellement dans l'intérieur du pays, ces côtes rempliront le but d'augmenter la population et la consommation, bien plus efficacement et plus avantageusement que l'établissement des gouvernemens nouveaux.
Page 97
» Le septième paragraphe du.
Page 112
Depuis la conversation que j'ai eue avec Votre Excellence, sur le moyen d'unir plus intimement.
Page 113
Il faudroit aussi qu'on révoquât les anciens actes du parlement, qui bornent le commerce des colonies, et empêchent qu'on n'y établisse des manufactures.
Page 115
Je serai aussi très-affligé d'être encore privé de l'occasion de vous assurer personnellement de toute l'estime que j'ai pour vous.
Page 116
Mais quand il nous seroit possible d'oublier et de pardonner les injures que nous en avons reçues, vous ne pourriez pas, vous Anglais, pardonner à un peuple que vous avez si cruellement offensé; vous ne pourriez jamais le regarder encore comme fesant partie du même empire que vous, et lui permettre de jouir d'une liberté à l'occasion de laquelle vous savez que vous lui avez donné de justes sujets d'inimitié.
Page 120
--Quoique les ouvriers de Manchester et de Norwich, et ceux d'Amiens et d'Abbeville, soient occupés du même genre de travail, le salaire des premiers est bien plus considérable que celui des autres; et cependant, à qualité égale, les étoffes de laine de Manchester et de Norwich sont moins chères que celles d'Amiens et d'Abbeville.
Page 143
1.
Page 144
Je trouvai très-difficile aussi d'observer l'_ordre_, en mettant à leur place les effets, les papiers, etc.