A Book of Gems Choice selections from the writings of Benjamin Franklin

By Benjamin Franklin

Page 33

preaching of Jonah.




OUR CENSUS.


In an age when people compare themselves with their neighbors, look
at the comparative size of their hymn books, the size, splendor and
elegance of the temples in which they meet, the amount of money they
raise, their church organs, festivals, choirs, popular preachers and
numerical strength, the census is looked to with great concern; but
where people are greatly devoted to the Lord, diligently striving to
please him and be accepted of him in the great day, they are led to
think of the piety of the people, their purity, their culture; their
faith, and hope and love; their efforts to save men and build up the
kingdom of God, and not to be troubled seriously about how they shall
appear in the _census_. We are vastly more concerned about maintaining
the purity of the gospel, the faithfulness of the preaching, the
discipline and order of the church, the pure worship as prescribed in
the law of God, than we are about the _census_. We are more concerned
about how we appear before the Lord than we are how we appear before
man.

We are perfectly contented and satisfied with the things of God as set
forth in Scripture. We are contented and satisfied with the very words
and forms of speech in which God speaks to man. We love the lowliness,
simplicity and humility of Jesus. It is the manifestation of infinite
wisdom and goodness. The wisdom of this world is foolishness with God.
“The Lord knows the thoughts of the wise that they are vain.” He takes
the wise in their own craftiness.




TRUE MISSIONARIES.


The early members in our great movement in this country were _nearly
all preachers_. They read the Scriptures to and talked with their
neighbors, explained matters to them, and, in many instances, when the
preacher came they were already convinced and ready for baptism; or, if
they had been baptized ready for uniting on the Bible. This accounts
for our having such large success by preaching a few discourses. Much
of the preaching was done before the preacher came, by private members
and in private circles. These were _missionary people_ in the true
sense. They were in the work all the time. They did not need games of
amusement for pastime. They had no time to spare. They were all busy,
and all alive and at work. The love and spirit of God were in them, and
the divine influence was shed all round. They did not have a little
missionary spasm, pray a week for the spread of the gospel, give a few
dollars and

Last Page Next Page

Text Comparison with Expériences et observations sur l'électricité faites à Philadelphie en Amérique

Page 13
globe de verre, on en approche le bout d'un grand tuyau de fer blanc, sans qu'il touche le globe, & qu'une personne montée sur un gâteau de résine tienne d'une main ce tuyau par l'autre extrémité, cette personne est électrisée, & acquiert après deux ou trois révolutions du globe une puissance flammifique assez forte pour allumer avec un de ses doigts, avec une canne ou avec une épée de l'esprit de vin un peu échauffé.
Page 20
_Nervi sensorii à motoriis non sunt distincti.
Page 26
_ _Ces expériences sont presque toutes en propre à notre auteur; il les a conduites.
Page 29
4.
Page 34
Les extrémités de ces portions d'atmosphère sur ces parties angulaires sont pareillement à une plus grande distance du corps électrisé, comme on le peut voir, en jettant les yeux sur la figure.
Page 38
Voici tous ceux que j'ai remarqués jusqu'à présent; l'air humide reçoit & conduit la matière électrique à proportion de son humidité; l'air parfaitement sec ne le fait point du tout; l'air doit donc être mis dans la classe des non-conducteurs.
Page 68
que les crochets des bouteilles différemment chargées attireront & repousseront différemment, on a fait une rouë électrique, qui tourne avec une force extraordinaire.
Page 71
Lorsque l'étincelle est tirée à travers le papier, tout autour du trou qu'elle a fait, le papier se trouve noirci par la fumée, qui quelquefois même pénètre plusieurs feuilles.
Page 86
FRANKLIN _de Philadelphie en Amérique_, A M.
Page 88
On dit que les particules d'air sont dures, rondes, désunies & éloignées l'une de l'autre, chaque particule repoussant fortement chaque autre particule; par ce moyen elles s'éloignent autant que leur gravité commune le permet.
Page 94
.
Page 108
Ces verges de fer bien pointuës tireroient probablement & tireroit sans bruit le feu électrique hors du nuage, avant qu'il vint assez près pour frapper & pour causer aucun désastre.
Page 110
Le Mercredi 10.
Page 123
J'imagine que c'est le globe de verre qui charge positivement, & celui de soufre négativement: en voici les raisons.
Page 124
1733.
Page 133
Le nuage ainsi chargé s'étant déchargé d'une bonne partie de ce qu'il a reçu d'abord, peut recevoir une nouvelle charge de la terre ou de quelqu'autre nuage qui aura été poussé par le vent à portée de la recevoir plus promptement de la terre.
Page 136
Dans chaque coup de tonnerre je pense que le courant de fluide électrique qui est en mouvement pour rétablir l'équilibre entre la nuée & la terre, doit toujours préalablement trouver son passage & tracer, pour ainsi dire, sa course, le long de tous les conducteurs qu'il peut trouver dans son chemin, tels que les métaux, les murailles moites, les bois humides, &c.
Page 138
FRANKLIN, Écuyer de Philadelphie.
Page 142
la recevroit & la rassembleroit assurément; mais ayant tenu les bouteilles dans cette situation pendant un tems considérable, pendant lequel le globe ne cessa de tourner, je ne m'apperçus point que la seconde bouteille fut chargée le moins du monde, car quand je portai le doigt au crochet, comme dans l'expérience de Leyde, je n'éprouvai pas la moindre commotion, & je ne vis pas une étincelle partir du crochet.
Page 153
Collinson vous en aura envoyé une copie.