A Book of Gems Choice selections from the writings of Benjamin Franklin

By Benjamin Franklin

Page 55

with all the unlawful things that people desire to do. “What
harm is it?” When we worship according to Scripture we never inquire,
“What harm is it?” It is not in doubt, and calls out no such inquiry.
It is not under any suspicion. To worship according to Scripture
is manifestly right. Why should we lag in anything in doubt, under
suspicion, and repulsive to any portion of the body, when we have a
divinely-prescribed worship held in no doubt?

It was a little thing for Achan to take a Babylonish garment, some
silver, and a wedge of gold, and secrete them in his tent; but when he
came to confess, it was not a little matter.

He said: “I have sinned against the Lord God of Israel.” On account
of this _little matter_, three thousand men were defeated, and Israel
disgraced. “Joshua said, Why hast thou troubled us? the Lord shall
trouble thee this day. And all Israel stoned him with stones, and
burned them with fire, after they had stoned them with stones.” Here
is a fine sample of little matters, and of troubling the people of God
with little matters. See Joshua vii. 19-26.

It was a little matter for Uzza to “put forth his hand to hold the
ark;” but he fell dead on account of it. See 1 Chron. xiii. 9. He
appeared to have been friendly to the ark, sincere, etc., but his
touching the ark brought death. What harm was there in touching the
ark? It did not injure it. It may be that he saved it from falling. But
he violated the law of God. He incurred the anger of God.

What became of them who offered strange fire on God’s altar? See Lev.
x.: “And Nadab and Abihu, the sons of Aaron, took either of them his
censer, and put fire therein, and put incense thereon, and offered
strange fire before the Lord, which he commanded them not. And there
went out fire from the Lord, and devoured them, and they died before
the Lord.” That was a little matter; only slightly tampering with the
worship; simply introducing a new element, which the Lord commanded
them not, or did not command them. It is a fearful thing to tamper with
the worship.

In one word: “If _every transgression_ and disobedience received a
just recompense of reward,” in God’s dealings with men in former ages,
how shall we escape if we neglect so great salvation? If God allowed
no departures in the typical worship, why should we assume that he
will permit it in the worship typified? If

Last Page Next Page

Text Comparison with Vie de Benjamin Franklin, écrite par lui-même - Tome II suivie de ses œuvres morales, politiques et littéraires

Page 7
Quiconque éprouve quelque peine à entendre bien parler des autres, doit sentir du plaisir lorsqu'on en dit du mal.
Page 20
Ces villes commerçantes ne sont pas très-considérées par les campagnards.
Page 26
2º.
Page 42
--Cette note est tirée d'un _petit recueil des OEuvres de Franklin_, publié par Dilly.
Page 45
L'être suprême se plut à élever une seule famille, et son attentive providence la combla de bienfaits jusqu'à ce qu'elle devînt un grand peuple.
Page 47
» Moyse nia qu'il se fût rendu coupable de péculat, et ses accusateurs ne purent alléguer aucune preuve contre lui.
Page 52
Ils peuvent diminuer par des impôts considérables ou empêcher par une prohibition sévère, ces sortes d'importations; et nous nous enrichirons davantage, si toutefois, et cela est incertain, le désir de nous parer de beaux habits, d'être bien meublés, d'avoir des maisons élégantes, ne doit pas, en excitant le travail et l'industrie, produire beaucoup plus que ne nous coûtent ces objets.
Page 54
Mais celui qui n'est qu'_homme de qualité_, et qui, par rapport à cela, veut obtenir un emploi et vivre aux dépens du public, est rebuté et méprisé.
Page 68
C'est pourquoi j'imagine que les parties intérieures de la terre sont un fluide plus dense et d'une gravité plus spécifique qu'aucun des solides que nous connoissons, et qui, par conséquent, peuvent nager dans ce fluide, ou flotter au-dessus.
Page 72
Mais il ne peut ni créer une nouvelle matière, ni anéantir celle qui existe.
Page 77
Ces Indiens en sont entièrement les maîtres, et ils en font tout ce que d'autres propriétaires font dans tous les autres pays.
Page 92
D'Alexandrie au fort Cumberland, par eau.
Page 94
--Nous espérons avoir suffisamment démontré que les argumens, dont on y fait usage, ne peuvent être d'aucun poids contre notre pétition; et qu'ils ne doivent s'appliquer comme l'exprime le rapport, «qu'aux colonies, qu'on propose d'établir aux frais du royaume, et à la distance de plus de quinze cents milles de la mer, où les habitans étant dans l'impossibilité de fournir de quoi payer les marchandises de la Grande-Bretagne, seroient probablement réduits à en fabriquer eux-mêmes, et resteroient séparés des anciennes colonies par d'immenses déserts.
Page 98
Mais leurs seigneuries ne font mention ni du nom du commandant, ni du temps où il a écrit sa lettre, ni de ce qui l'a engagé à communiquer son opinion sur l'établissement des colonies dans des pays éloignés.
Page 101
;--Que ces articles peuvent être charriés à très-bon marché dans un port de mer;--«Que les frais de charroi sont si peu de chose, qu'il est.
Page 123
--Cela est impossible, parce qu'à cet égard les Américains ne seront point dans une situation différente du reste des sociétés politiques, qui toutes ont besoin les unes des autres.
Page 141
|------|------|------|------|------|------|------| Tranquillité.
Page 150
--Si vous voulez que vos affaires se fassent, allez-y vous-même; si vous ne voulez pas qu'elles soient faites, envoyez-y.
Page 153
»Mais quelle folie n'y a-t-il pas à s'endetter pour des superfluités? Dans la vente qu'on va faire ici, l'on nous offre six mois de crédit; et peut-être cela a-t-il engagé quelques-uns de nous à s'y trouver, parce que, n'ayant point d'argent comptant, ils espèrent de satisfaire leur fantaisie, sans rien débourser.
Page 154
Je vis que le bonhomme avait soigneusement étudié mon almanach, et mis en ordre tout ce que j'avois dit sur le travail et l'économie, durant l'espace de vingt-cinq ans.