A Book of Gems Choice selections from the writings of Benjamin Franklin

By Benjamin Franklin

Page 71

and over whom the heavens parted as he rose from his
baptism, and on whom the Spirit descended, and to whom the Almighty
Father said, “Thou art my Son, the beloved in whom I am well pleased?”
What appreciation has he, or what respect for our Lord’s commission,
in which he has the preaching of the gospel, the belief of it, the
repentance, the baptism and salvation all connected together, when he
talks of giving up preaching and borrowing a pail and going round the
streets baptizing every one he met? What does he know or care about
what baptism is? He may find the untaught multitudes who will gaze
at him and admire such irreverent manifestations of ignorance, want
of piety and dignity, mingled with such low slang as we find in the
language quoted above, and he may find plenty of thoughtless people who
will be pleased with such unworthy flings at things which he does not
understand, and which he perverts and misapplies. But there are many
people in this country who can not be gulled in any such style. Low
slang is not preaching Jesus nor his gospel, nor is misrepresentation
or perverting Scripture preaching Jesus.

If he has our Lord’s commission, and ever reads it, he knows or ought
to know, that the same commission has in it the preaching of the
gospel, the believing, repenting, baptism and salvation. The preaching,
believing, repentance, baptism and salvation all go together; and if
he has intelligence enough to preach at all acceptably to the Lord, he
knows that no people in this country think that baptizing is of any
value, without being preceded by the preaching of the gospel and the
faith, unless among those who profess to baptize infants. They did not
understand him to make this fling at them, or they would soon have
depleted his audience.

Moody and Sankey have the clear Scriptures before them, giving an
account of inquiring persons coming to the apostles inquiring the way
of salvation, and the plain answers giving the apostolic way, and
they ignore these instructions—keep them out of sight. They have the
answers of the apostles showing them the way, and they have refused to
even read these Scriptures, or to let the people know what the way was,
as set forth by the apostles. For this they will give an account. They
ignored it, evaded it, and avoided it. They neither enter the kingdom
themselves nor will they permit those who would enter.

Before we lay down our pen, we must refer Moody and Sankey, with some
others, to a lesson Paul

Last Page Next Page

Text Comparison with Expériences et observations sur l'électricité faites à Philadelphie en Amérique

Page 5
Enfin je n'ai rien négligé.
Page 14
Par ce moyen on peut suspendre la bouteille à la verge de fer, en l'y accrochant, ou l'en séparer à volonté, quand elle est chargée d'électricité.
Page 27
Benjamin Franklin, &c.
Page 34
17.
Page 36
L'un accorde un avantage considérable aux corps pointus sur ceux qui sont arondis ou émoussés, soit pour pousser, soit pour tirer la matière électrique; & veut que la première observation de cet effet soit attribuée à un Européen, comme si notre auteur cherchoit à s'en emparer lui-seul; un autre pour avoir remarqué qu'une pointe d'aiguille présentée à un pied de distance d'un conducteur n'empêche pas qu'on n'en tire quelques étincelles, s'imagine avoir fait une des plus importantes découvertes: que le pouvoir des pointes est une chimère, & que toute la Théorie du Tonnerre est détruite par cette seule observation; d'autres enfin se laissant emporter au gré de leur imagination, vont s'égarer dans des sistêmes dont l'obscurité fait le seul mérite.
Page 41
Placez une fiole électrisée sur de la cire; tenez à la main une petite boule de liége suspenduë par un fil de soye séche: approchez-la du fil-d'archal, elle sera d'abord attirée & ensuite repoussée.
Page 47
EXPÉRIENCE XI.
Page 68
Environ trente rayons d'égale longueur faits d'un carreau de vitre coupé en bandes étroites sortent horizontalement de la circonférence de la planche, les extrémités les plus éloignées du centre excédant les bords de la planche d'environ 4.
Page 74
] SUITE _Des opinions & des conjectures sur les propriétés & sur les effets de la matière électrique.
Page 88
Le feu commun aussi bien que le feu électrique donne de la répulsion aux particules d'eau, & détruit leur attraction de cohésion; de-là le feu commun, aussi bien que le feu électrique, facilite l'élévation des vapeurs.
Page 91
Ainsi lorsque les nuages de mer & de terre passent à une trop grande distance pour étinceller, ils sont attirés l'un vers l'autre jusques dans cette distance, car la sphère d'attraction électrique s'étend beaucoup au-delà de la distance ou les corps étincellent.
Page 111
L'envie de vous obliger & la curiosité m'ont tiré de mon fauteüil, où j'étois occupé à lire: je suis allé chez Coiffier, qui déjà m'avoit dépêché un enfant que j'ai rencontré en chemin pour me prier de venir, j'ai doublé le pas à travers un torrent de grêle.
Page 114
Il paroît par la relation de sa mort, arrivée le 6.
Page 115
Je suis très-persuadé que ni M.
Page 117
cesse de l'être dès que l'on sçait que la matière du tonnerre & celle de l'électricité sont la même, & que le magnétisme n'est qu'un effet de la matière électrique.
Page 122
En attendant je soupçonne que les différentes attractions & répulsions que vous avez observées, venoient plutôt de la plus grande ou plus petite quantité du feu que vous tiriez des différens corps que de ce que ce feu seroit d'une espéce différente, & auroit une différente direction.
Page 124
L'auteur du mémoire conclut de ses observations avec juste raison qu'il faut en revenir à la distinction des électricités vitrée & résineuse établie par feu M.
Page 127
_ Suspendez par un crochet de fil-d'archal un boulet au premier conducteur; placez sous le boulet à six lignes de distance une plaque d'argent poli pour recevoir les étincelles; faites alors tourner la rouë, & si les étincelles répétées frappent continuellement sur le même endroit, il s'y fera dans peu de minutes une tache bleuë approchant de la couleur d'un ressort de montre.
Page 145
si vous touchez la doublure de la bouteille (qui pendant tout ce tems est supposée pendre dans l'air dégagée de tout corps non-électrique) les fils sur le conducteur s'éleveront sur le champ & feront voir que le conducteur est électrisé: il reçoit cette électrisation de la surface intérieure de la bouteille, laquelle, quand la surface extérieure peut recevoir de la main qui lui est appliquée ce qui lui manque, en donnera autant que les corps en contact avec elle pourront en recevoir, ou tout ce qu'elle en a d'excès, s'ils sont assez gros.
Page 151
de Novembre; c'étoit le vingt-sixiéme jour & la soixante-uniéme fois qu'il avoit été électrisé depuis qu'il avoit été élevé, c'est-à-dire vers le milieu de Mai, & comme le thermomètre de Fahrenheit n'étoit que de sept degrés au-dessus de la congélation, on présume que l'hyver n'interrompra pas entièrement les opérations de cette sorte.