Autobiography of Benjamin Franklin

By Benjamin Franklin

Page 155

an intention to take the government of the province
out of his hands by force. He also applied to Sir Everard Fawkener,
the postmaster-general, to deprive me of my office; but it had no
other effect than to procure from Sir Everard a gentle admonition.

Notwithstanding the continual wrangle between the governor and the
House, in which I, as a member, had so large a share, there still
subsisted a civil intercourse between that gentleman and myself, and
we never had any personal difference. I have sometimes since thought
that his little or no resentment against me, for the answers it was
known I drew up to his messages, might be the effect of professional
habit, and that, being bred a lawyer, he might consider us both as
merely advocates for contending clients in a suit, he for the
proprietaries and I for the Assembly. He would, therefore, sometimes
call in a friendly way to advise with me on difficult points, and
sometimes, tho' not often, take my advice.

We acted in concert to supply Braddock's army with provisions; and,
when the shocking news arrived of his defeat, the governor sent in
haste for me, to consult with him on measures for preventing the
desertion of the back counties. I forget now the advice I gave; but I
think it was, that Dunbar should be written to, and prevail'd with, if
possible, to post his troops on the frontiers for their protection,
till, by reinforcements from the colonies, he might be able to proceed
on the expedition. And, after my return from the frontier, he would
have had me undertake the conduct of such an expedition with
provincial troops, for the reduction of Fort Duquesne, Dunbar and his
men being otherwise employed; and he proposed to commission me as
general. I had not so good an opinion of my military abilities as he
profess'd to have, and I believe his professions must have exceeded
his real sentiments; but probably he might think that my popularity
would facilitate the raising of the men, and my influence in Assembly,
the grant of money to pay them, and that, perhaps, without taxing the
proprietary estate. Finding me not so forward to engage as he
expected, the project was dropt, and he soon after left the
government, being superseded by Captain Denny.




XVIII

SCIENTIFIC EXPERIMENTS


Before I proceed in relating the part I had in public affairs under
this new governor's administration, it may not be amiss here to give
some account of the rise and progress of my philosophical reputation.

In 1746, being at Boston, I met there with a Dr. Spence,

Last Page Next Page

Text Comparison with Expériences et observations sur l'électricité faites à Philadelphie en Amérique

Page 13
Cette expérience réussit aussi quand on électrise avec le tube, mais les étincelles sont foibles & l'effet n'en est pas si sûr qu'avec le globe.
Page 24
Dans le tems que la Physique récompensoit si mal les soins d'un Sçavant empressé à pénétrer ses secrets, je continuois à faire mes observations tant sur l'électricité naturelle que sur l'artificielle.
Page 26
Pourquoi auroient-elles plus de privilége que toutes les autres du même auteur? Dès que son premier ouvrage parut, il fut vivement attaqué; & comme l'on trouvoit peu de prise sur le fond, on n'épargna rien pour tourner en ridicule ceux qui en étoient les partisans.
Page 35
Mais n'ayant rien de mieux pour le présent à vous offrir à leur place, je ne les rejette pas absolument; car une mauvaise solution que l'on lit, & dont on découvre les défauts, donne souvent occasion à un Lecteur ingénieux d'en trouver une plus parfaite.
Page 36
Franklin dit ici du pouvoir & de l'effet des pointes, comme l'ont observé plusieurs de ses Critiques; mais aussi il s'en faut beaucoup qu'on doive tirer de leurs observations toutes les conséquences qu'ils prétendent en résulter.
Page 52
Placez sous le coussin, frottant une lame de verre assez épaisse pour couper la communication du feu électrique entre le plancher & le coussin; alors s'il n'y a pas de pointes déliées ou de fils capillaires qui sortent du coussin ou des parties de la machine opposées au coussin (ce à quoi vous devez bien prendre garde) vous ne pourrez tirer du premier conducteur que peu d'étincelles, qui seront tout ce que le coussin en pourra donner.
Page 53
»J'ai substitué à cette glace une capsule sphérique de 10.
Page 61
Nous jugeâmes donc qu'il falloit ou que la force se fût perduë en transvasant, ou qu'elle fût restée dans la première bouteille; & nous trouvâmes que notre derniere conjecture étoit juste.
Page 63
»Sans entreprendre de réfuter tout ce que l'éloquence étale en 8.
Page 69
.
Page 73
en donne une raison très satisfaisante.
Page 75
68.
Page 87
88.
Page 98
Je vous envoye dans une boëte deux petites piéces de verre couvertes de ces taches métalliques, lesquelles ne peuvent être effacées sans enlever une partie du verre.
Page 107
Il ne s'agiroit, pour y parvenir, que de fixer perpendiculairement sur les parties les plus élevées de ces édifices des verges de fer faites en forme d'aiguilles, & dorées pour prévenir la rouille, & d'abaisser du pied de ces verges, un fil-d'archal au dehors des bâtimens, jusqu'à ce qu'il touchât la terre ou.
Page 112
Enfin il me paroît évidemment prouvé par l'expérience de Marly que le tonnerre est pour le moins aussi propre que le globe de verre à communiquer l'électricité aux corps non-électriques, & que les corps originairement électriques, comme le verre & la soye, retiennent aussi bien cette électricité naturelle que celle qu'on excite artificiellement.
Page 114
On imagina différens moyens pour élever des verges de fer pointuës suivant la situation des lieux, & il s'en trouva de très-ingénieux.
Page 119
sud de l'aiguille, ou au contraire, le bout tourné vers le nord continuëroit toujours à le marquer.
Page 133
Étant encore pressée & condensée davantage, il sortira quelque peu d'eau de ses parties intérieures qui s'écoulera par la surface.
Page 150
47.