Autobiography of Benjamin Franklin

By Benjamin Franklin

Page 23

a fancy
to poetry, and made some little pieces; my brother, thinking it might
turn to account, encouraged me, and put me on composing occasional
ballads. One was called _The Lighthouse Tragedy_, and contained an
account of the drowning of Captain Worthilake, with his two daughters:
the other was a sailor's song, on the taking of _Teach_ (or
Blackbeard) the pirate. They were wretched stuff, in the
Grub-street-ballad style;[17] and when they were printed he sent me
about the town to sell them. The first sold wonderfully, the event
being recent, having made a great noise. This flattered my vanity; but
my father discouraged me by ridiculing my performances, and telling me
verse-makers were generally beggars. So I escaped being a poet, most
probably a very bad one; but as prose writing has been of great use to
me in the course of my life, and was a principal means of my
advancement, I shall tell you how, in such a situation, I acquired
what little ability I have in that way.

[17] Grub-street: famous in English literature as the
home of poor writers.

There was another bookish lad in the town, John Collins by name, with
whom I was intimately acquainted. We sometimes disputed, and very fond
we were of argument, and very desirous of confuting one another,
which disputatious turn, by the way, is apt to become a very bad
habit, making people often extremely disagreeable in company by the
contradiction that is necessary to bring it into practice; and thence,
besides souring and spoiling the conversation, is productive of
disgusts and, perhaps enmities where you may have occasion for
friendship. I had caught it by reading my father's books of dispute
about religion. Persons of good sense, I have since observed, seldom
fall into it, except lawyers, university men, and men of all sorts
that have been bred at Edinborough.

A question was once, somehow or other, started between Collins and me,
of the propriety of educating the female sex in learning, and their
abilities for study. He was of opinion that it was improper, and that
they were naturally unequal to it. I took the contrary side, perhaps a
little for dispute's sake. He was naturally more eloquent, had a ready
plenty of words, and sometimes, as I thought, bore me down more by his
fluency than by the strength of his reasons. As we parted without
settling the point, and were not to see one another again for some
time, I sat down to put my arguments in writing, which I copied fair
and sent to

Last Page Next Page

Text Comparison with Vie de Franklin, écrite par lui-même - Tome I Suivie de ses œuvres morales, politiques et littéraires

Page 4
»Dans la dernière lettre que m'a écrite le Docteur Franklin, il me parle de son âge et de ses infirmités; il observe que le Créateur a été assez indulgent pour vouloir qu'à mesure que nous approchons du terme de la vie, nous ayons plus de raisons de nous en détacher; et parmi ces raisons, il regarde comme une des plus grandes, la perte de nos amis.
Page 26
[13] La rue du marché.
Page 29
Read, dont j'ai déjà parlé.
Page 34
Son goût pour les liqueurs fortes, ne diminuoit pas, et devint une source de querelles entre nous;.
Page 38
Watson étoit un jeune homme honnête, sensé et très-pieux.
Page 40
Dans la conversation ordinaire il semble n'avoir point un choix de mots.
Page 55
Entendant du bruit dans le voisinage, je mis la tête à la fenêtre pour voir ce que c'étoit.
Page 57
Nous restâmes près de trois mois dans le New-Jersey; et à compter de cette époque, je pus mettre sur la liste de mes amis, le juge Allen, Samuel Bustil, secrétaire de la province; Isaac Pearson, Joseph Cooper, plusieurs des Smith, tous membres de l'assemblée, et Isaac Deacon, inspecteur-général.
Page 90
Toute l'autorité exécutive devoit être déléguée au président-général, et l'autorité législative devoit résider dans le grand-conseil et le président réunis; le consentement.
Page 93
Il.
Page 94
Il partit d'Amérique au mois de juin 1757.
Page 97
Dans l'été de 1762, Franklin retourna en Amérique.
Page 104
.
Page 105
Après avoir observé un grand nombre des expériences de Mesmer, et dont quelques-unes étoient faites sur eux-mêmes, ils décidèrent que ce n'étoit qu'un charlatanisme, inventé pour en imposer à des gens ignorans et crédules: Mesmer fut ainsi arrêté au milieu de la carrière par laquelle il.
Page 110
J'entends que les directeurs, ou les personnes qui auront la surintendance des libres écoles, placent cette somme à intérêt perpétuel, afin de l'employer tous les ans à faire frapper des médailles d'argent, qui seront distribuées aux élèves pour leur servir de récompense et d'encouragement; et cela de la manière que les notables de la ville de Boston jugeront convenable.
Page 119
Quoique de pareils écrits soient regardés avec indifférence par beaucoup de gens, il suffit qu'ils fassent une forte impression sur la centième partie des lecteurs, pour que l'effet en soit très-considérable.
Page 121
_» Quand j'ai vu un autre ambitieux, jaloux d'acquérir la faveur populaire, s'occuper sans cesse d'intrigues politiques, négliger ses propres affaires, et se ruiner en se livrant à cette folie.
Page 122
Dès mon enfance on m'a appris à considérer ma soeur comme un être d'un rang au-dessus du mien.
Page 125
De Passy, le 15 août 1778.
Page 129
réfléchi, nous découvrons le moyen d'échapper à un danger qui paroissoit inévitable, que nous sommes enhardis à continuer de combattre jusqu'à la fin, dans l'espoir de vaincre par notre adresse, ou au moins, de profiter de la négligence de notre adversaire pour le faire mat.