Autobiography of Benjamin Franklin

By Benjamin Franklin

Page 48

the best of
our set. Osborne went to the West Indies, where he became an eminent
lawyer and made money, but died young. He and I had made a serious
agreement, that the one who happen'd first to die should, if possible,
make a friendly visit to the other, and acquaint him how he found
things in that separate state. But he never fulfill'd his promise.

[35] "In one of the later editions of the _Dunciad_ occur
the following lines:

'Silence, ye wolves! while Ralph to Cynthia howls,
And makes night hideous--answer him, ye owls.'

To this the poet adds the following note:

'James Ralph, a name inserted after the first editions,
not known till he writ a swearing-piece called _Sawney_,
very abusive of Dr. Swift, Mr. Gay, and myself.'"




VI

FIRST VISIT TO LONDON


The governor, seeming to like my company, had me frequently to his
house, and his setting me up was always mention'd as a fixed thing. I
was to take with me letters recommendatory to a number of his friends,
besides the letter of credit to furnish me with the necessary money
for purchasing the press and types, paper, etc. For these letters I
was appointed to call at different times, when they were to be ready;
but a future time was still named. Thus he went on till the ship,
whose departure too had been several times postponed, was on the point
of sailing. Then, when I call'd to take my leave and receive the
letters, his secretary, Dr. Bard, came out to me and said the governor
was extremely busy in writing, but would be down at Newcastle, before
the ship, and there the letters would be delivered to me.

Ralph, though married, and having one child, had determined to
accompany me in this voyage. It was thought he intended to establish a
correspondence, and obtain goods to sell on commission; but I found
afterwards, that, thro' some discontent with his wife's relations, he
purposed to leave her on their hands, and never return again. Having
taken leave of my friends, and interchang'd some promises with Miss
Read, I left Philadelphia in the ship, which anchor'd at Newcastle.
The governor was there; but when I went to his lodging, the secretary
came to me from him with the civillest message in the world, that he
could not then see me, being engaged in

Last Page Next Page

Text Comparison with Vie de Benjamin Franklin, écrite par lui-même - Tome II suivie de ses œuvres morales, politiques et littéraires

Page 1
J'aurois dû vous offrir plutôt ces remerciemens: mais j'en ai été empêché par une forte indisposition.
Page 19
Je ne suis même pas sûr qu'on puisse y réussir dans un grand état, ni que ce soit toujours un mal aussi dangereux qu'on le croit.
Page 21
J'ai de la terre, et je recueille du bled.
Page 23
»Et pourquoi? Pour céder aux fantaisies d'une secte capricieuse, qui voudroit, non-seulement nous empêcher de faire de nouveaux esclaves, mais nous forcer d'affranchir ceux que nous avons.
Page 24
»Tandis qu'ils nous servent, nous avons soin de leur fournir tout ce qui leur est nécessaire, et nous les traitons avec humanité.
Page 29
Si l'on me chargeoit de faire exécuter l'ordre d'une telle presse, le premier que je ferois presser seroit un assesseur de Bristol, ou un juge nommé _Foster_.
Page 38
Interrompre quelqu'un, même dans la conversation ordinaire, est regardé comme très-indécent.
Page 44
Quand on en aura une preuve évidente, les Américains seront plus d'accord entr'eux et plus décidés.
Page 61
Si en retournant vers leurs constituans, les membres de cette assemblée, leur fesoient part de ce qu'ils ont à objecter contre la constitution, ils empêcheroient qu'elle fût généralement adoptée, et préviendroient les salutaires effets que doit avoir parmi les nations étrangères, ainsi que parmi nous, notre réelle ou apparente unanimité.
Page 77
»La cour de la Grande-Bretagne maintient que les cinq Nations des Iroquois, reconnues par la France, sont originairement, ou par droit de conquête, les légitimes propriétaires de la rivière de l'Ohio et de tout le pays mentionné dans son mémoire; et quant au territoire que ces Indiens ont cédé à la Grande-Bretagne, ce qui, il faut l'avouer, est la manière la plus juste et la plus légale de faire une acquisition de cette nature, elle le réclame, parce qu'il lui appartient,.
Page 79
M.
Page 91
250 vais.
Page 99
Ce que pense le gouverneur Wright nous semble devoir se réduire aux propositions suivantes.
Page 112
Et le peu de temps que j'ai eu pour composer cette lettre, doit, j'espère, excuser en partie son imperfection.
Page 123
Peut-être m'objectera-t-on que cette nation nouvelle contiendra dans son sein tous ceux qu'elle fera travailler; qu'ainsi son existence n'ajoutant rien à la quantité de travail à faire en Europe ne sera d'aucun avantage pour les hommes qui font ce travail.
Page 128
Tenez.
Page 132
.
Page 136
Je désirois de passer ma vie sans commettre aucune faute dans aucun moment; je voulois me rendre maître de tout ce qui pouvoit m'y entraîner: la pente naturelle, la société, ou l'usage.
Page 141
|------|------|------|------|------|------|------| Tranquillité.
Page 152
Celui qui va faire un emprunt, va chercher une mortification, dit le bonhomme Richard; et certes, autant en fait celui qui, après avoir prêté à certaines gens, redemande son dû.