Benjamin Franklin Representative selections, with introduction, bibliograpy, and notes

By Benjamin Franklin

Page 113

of French desire to
separate the colonies from England (V, 47, 231, 254, 323). The
printing of the _Examination_ and other of Franklin's pieces in Europe
buttressed the predisposition of France to hate Great Britain (V,
231). The best comprehensive treatment of backgrounds is C. H. Van
Tyne's _The Causes of the War of Independence_.

[i-312] _Pennsylvania Magazine of History and Biography_, XXV, 311
(1901). See also _ibid._, 307-22, and XXVI, 81-90, 255-64 (1902). See
_Writings_, VI, 144.

[i-313] _Writings_, VI, 173.

[i-314] _Ibid._, VI, 319. His unpublished letters of 1775 in the
Original Correspondence of Benjamin Franklin with the Bishop of St.
Asaph (in the W. S. Mason Collection) emphasize his progressive apathy
toward a reconciliation. Especially see letters of May 15 and July 7.

[i-315] _Ibid._, VI, 460.

[i-316] Cited in Davidson, _op. cit._, 442.

[i-317] Hugh Williamson claimed that he actually gave Franklin the
letters. Apparently another person went to the office where the
letters were archived and posing as an authorized person secured the
desired correspondence (D. Hosack, _Biographical Memoir of Hugh
Williamson_, New York, 1820, 37 ff.).

[i-318] For an interesting account of this episode see Parton, _op.
cit._, 1, chap. IX.

[i-319] _Writings_, V, 134. Franklin and Burke were friendly; see
their correspondence. The best exposition of Burke's doctrines is that
by John MacCunn, _The Political Philosophy of Edmund Burke_ (London,
1913).

[i-320] _Ibid._, V, 439; see also 527.

[i-321] London, April 20, 1771; unpublished MS letter in W. S. Mason
Collection. Compare with Abbe Raynal's opinion that "society is
essentially good; government, as is well known, may be, and is but too
often evil" (_The Revolution of America_, Dublin, 1781, 45).

[i-322] M. Eiselen (_Franklin's Political Theories_, Garden City, N.
Y., 1928) observes that Franklin as presiding officer had actually
little to do with casting the instrument. From his later paper on the
Constitution it is possible, however, to see that he accepted most of
its major ideas (pp. 57-8). See S. B. Harding, "Party Struggles over
the First Pennsylvania Constitution," _Annual Report of the American
Historical Association for 1894_, 371-402.

[i-323] That Franklin "had more to do with the phraseology of the
Declaration of Independence than has been recognized up to now" (J. C.
Fitzpatrick, _Spirit of the Revolution_, Boston, 1924, 11) has been
shown by Becker, _op. cit._

[i-324] See text in S. E. Morison, _Sources and Documents Illustrating
the American Revolution, 1764-1788, and the Formation of the Federal
Constitution_ (Oxford, 1923, 162-76).

[i-325] C. H. Lincoln, _The Revolutionary Movement in Pennsylvania,
1760-1776_, 277.

[i-326] Cited in N. G. Goodman, _Benjamin Rush_ (Philadelphia, 1934),
62. Another wrote that the unicameral form is good "if men were wise
and virtuous as angels"

Last Page Next Page

Text Comparison with Expériences et observations sur l'électricité faites à Philadelphie en Amérique

Page 4
Les nuages épais y dérobent rarement la vûe du soleil & des étoiles: les pluyes n'y sont jamais de longue durée, & les brouillards y sont presque inconnus.
Page 12
Gray, dans laquelle on électrise un enfant suspendu sur des cordons de crin ou de soye, & s'étant mis lui-même à la place de l'enfant; quelqu'un voulut ramasser une feüille d'or qui s'étoit attachée à sa jambe; dans l'instant ils sentirent l'un à la jambe & l'autre au doigt une douleur comme une piqûre, & l'on entendit un pétillement semblable à celui du tube lorsqu'on en approche le doigt.
Page 13
globe de verre, on en approche le bout d'un grand tuyau de fer blanc, sans qu'il touche le globe, & qu'une personne montée sur un gâteau de résine tienne d'une main ce tuyau par l'autre extrémité, cette personne est électrisée, & acquiert après deux ou trois révolutions du globe une puissance flammifique assez forte pour allumer avec un de ses doigts, avec une canne ou avec une épée de l'esprit de vin un peu échauffé.
Page 20
_Hæc acceleratio transpirationis in hominibus fit per vasa capillaria exhalantia, & non per glandulas subcutaneas.
Page 26
Cette guerre littéraire n'est point encore éteinte, & vraisemblablement ne finira pas sitôt, puisque le plus ardent de nos adversaires abandonnant sa première attaque est forcé de revenir sur ses pas, de changer de batterie & de recommencer sur nouveaux frais.
Page 29
conformément au Réglement de 1723.
Page 30
6.
Page 49
A & B paroissent électrisés à C, qui est sur le plancher; car celui-ci ayant seulement la moyenne quantité de feu électrique, reçoit une étincelle à l'approche de B, qui en a _de plus_, & il en donne à A, qui en a de _moins_.
Page 57
L.
Page 63
»D'après ce résultat vrai en lui-même, mais faux dans son principe, on argumente contre M.
Page 70
ou 6.
Page 74
35-50.
Page 76
Maintenant je suppose que le verre dans ses premiers principes & dans la fournaise n'a pas plus de ce fluide électrique que toute autre matière commune; que lorsqu'il est soufflé, qu'il se refroidit, & que les particules de feu commun l'abandonnent, ses pores deviennent un vuide.
Page 96
Sur le sommet d'une haute tour ou d'un clocher, placez une espèce de guérite (comme dans la fig.
Page 97
Nous ne fîmes point attention qu'il avoit été privé de la vûe; mais ensuite un poulet tué de la même manière étant ressuscité en soufflant à plusieurs reprises dans ses poumons; lorsqu'il fut posé sur le plancher, il alla donner de la tête contre la muraille, & après l'avoir examiné nous reconnûmes qu'il étoit parfaitement aveugle; delà nous conclûmes que le pigeon avoit aussi été entiérement aveuglé par le choc.
Page 110
Il me paroissoit impossible que la verge de fer étant bien isolée de tous corps non-électriques, ne donnât pas des étincelles, dès qu'elle tiroit & recevoit la matière électrique par sa pointe, mais il falloit voir ces étincelles.
Page 115
P.
Page 129
Je répétai plusieurs fois cette expérience pendant cet orage & pendant huit autres orages de suite, toujours avec le même succès, & étant persuadé (par les raisons détaillées d'abord dans ma lettre à M.
Page 130
Cependant les timbres continuèrent à sonner fortement, ce qui me fit connoître que la verge étoit alors électrisée positivement, aussi bien que le crochet de la bouteille & au même dégré, & par conséquent que le nuage particulier qui étoit alors au-dessus de la verge étoit dans le même état positif; c'étoit vers la fin de l'orage.
Page 134
Pour prouver qu'un corps dans différentes circonstances de dilatation & de contraction est capable de recevoir & de retenir plus ou moins de fluide électrique sur sa surface, je rapporterai l'expérience suivante: Je plaçai sur le plancher un verre à boire propre, & dessus un petit pot d'argent, dans lequel je mis environ trois brasses de chaîne de cuivre, à un bout de laquelle j'attachai un fil de soye qui s'élevoit directement au plat-fond où il passoit sur une poulie & delà redescendoit dans ma main, de sorte que je pouvois à mon gré enlever la chaîne du pot, l'élever à un pied de distance du plat-fond & la laisser par gradation retomber dans le pot.