Benjamin Franklin Representative selections, with introduction, bibliograpy, and notes

By Benjamin Franklin

Page 164

well, for when I was a Boy he came over to
my Father in Boston, and lived in the House with us some Years. He lived
to a great Age. His Grandson Samuel Franklin now lives in Boston. He
left behind him two Quarto Volumes, MS of his own Poetry, consisting of
little occasional Pieces address'd to his Friends and Relations, of
which the following sent to me, is a Specimen. [Although Franklin wrote
in the margin "Here insert it," the poetry is not given.] He had form'd
a Shorthand of his own, which he taught me, but, never practising it I
have now forgot it. I was nam'd after this Uncle, there being a
particular Affection between him and my Father. He was very pious, a
great Attender of Sermons of the best Preachers, which he took down in
his Shorthand and had with him many Volumes of them. He was also much of
a Politician, too much perhaps for his Station. There fell lately into
my Hands in London a Collection he had made of all the principal
Pamphlets relating to Publick Affairs from 1641 to 1717. Many of the
Volumes are wanting, as appears by the Numbering, but there still
remains 8 Vols. Folio, and 24 in 4.^to and 8.^vo.--A Dealer in old Books
met with them, and knowing me by my sometimes buying of him, he brought
them to me. It seems my Uncle must have left them here when he went to
America, which was above 50 years since. There are many of his Notes in
the Margins.--

This obscure Family of ours was early in the Reformation, and continu'd
Protestants thro' the Reign of Queen Mary, when they were sometimes in
Danger of Trouble on Account of their Zeal against Popery. They had got
an English Bible, and to conceal and secure it, it was fastened open
with Tapes under and within the Frame of a Joint Stool. When my Great
Great Grandfather read it [it] to his Family, he turn'd up the joint
Stool upon his Knees, turning over the Leaves then under the Tapes. One
of the Children stood at the Door to give Notice if he saw the Apparitor
coming, who was an Officer of the Spiritual Court. In that Case the
Stool was turn'd down again upon its feet, when the Bible remain'd
conceal'd under it as before. This Anecdote I had from my Uncle
Benjamin.--The Family continu'd all of the Church of England till about
the End of Charles the 2^ds Reign, when some of the Ministers that had
been outed for Nonconformity,

Last Page Next Page

Text Comparison with Vie de Franklin, écrite par lui-même - Tome I Suivie de ses œuvres morales, politiques et littéraires

Page 7
Il y a aussi d'autres francs-tenanciers, et beaucoup de métayers, qui ont assez de bien pour jouir du droit de composer un jury, dans la forme ci-dessus mentionnée».
Page 12
Sa voix étoit sonore et agréable, quand il chantoit un pseaume ou une hymne, en s'accompagnant avec son violon, ce qu'il fesoit souvent le soir après son travail; il y avoit vraiment un grand plaisir à l'entendre.
Page 21
Mais il se regardoit toujours comme mon maître, et me traitoit en apprenti.
Page 23
Je n'étois âgé que dix-sept ans, je ne connoissois personne dans le pays où je venois d'arriver, et je n'avois que fort peu d'argent dans ma poche.
Page 30
Il dit qu'il me regardoit comme un jeune homme dont les talens promettoient beaucoup, et qu'à ce titre je méritois d'être encouragé; que les imprimeurs de Philadelphie n'étoient que des ignorans; que si je m'y établissois il ne doutoit pas de mes succès; que pour sa part, il me feroit imprimer tout ce qui avoit rapport au gouvernement, et qu'il me rendroit tous les services qui dépendroient de lui.
Page 51
Mais mon ami Ralph m'avoit tenu dans la pauvreté.
Page 64
Chacun d'eux m'offrit de m'avancer tout l'argent qu'il me faudroit pour me charger seul de l'imprimerie, si cela étoit praticable; attendu qu'ils ne voyoient pas avec plaisir que je restasse en société avec Meredith, qu'on rencontroit, disoient-ils, souvent ivre dans les rues, et jouant dans les cabarets à bière, ce qui nuisoit beaucoup à notre crédit.
Page 73
Que les Américains encouragent donc les institutions propres à répandre les connoissances parmi le peuple; et qu'ils n'oublient pas que parmi ces institutions, les bibliothèques publiques ne sont pas les moins importantes.
Page 81
Les lettres de Franklin ont été traduites non-seulement dans la plupart des langues de l'Europe, mais en latin.
Page 85
Alison[35], qui a été élevé à Glascow, a long-temps professé la dernière de ces sciences, et M.
Page 86
Charles Thompson, dernier secrétaire du congrès; M.
Page 91
On peut dire qu'en mettant les colonies en état de se défendre elles-mêmes, on auroit écarté le prétexte, qui a servi à faire passer au parlement d'Angleterre l'acte du timbre, l'acte du thé et quelques autres, qui ont excité en Amérique un esprit de mécontentement, et occasionné par la suite la séparation des deux peuples.
Page 93
Il reçut le pouvoir de lever des troupes, et de nommer leurs officiers.
Page 102
Tels étoient les sentimens qu'on leur inspiroit de bonne heure.
Page 131
Observez, cependant, que la quantité d'alimens et la quantité d'exercice sont relatives.
Page 135
Quoiqu'une mauvaise situation ne soit pas d'abord très-sensible, et qu'on y fasse à peine attention, elle devient bientôt moins supportable, et l'incommodité peut s'en faire sentir dans le sommeil, et troubler l'imagination.
Page 136
En outre, votre assiduité au travail montre que vous vous ressouvenez de ce que vous devez.
Page 138
Tu ne détourneras point la vue à l'approche du.
Page 140
J'en suis convaincu, j'en suis certain.
Page 143
En outre, l'immense quantité de bougie et de suif qu'on ne consumera pas pendant l'été, rendra la bougie et la chandelle moins chères l'hiver suivant; et le prix en diminuera progressivement aussi long-temps qu'on maintiendra la réforme que je propose.