Benjamin Franklin Representative selections, with introduction, bibliograpy, and notes

By Benjamin Franklin

Page 257

every Day with Folly
and Impertinence, while I am confident, had they the
Advantages of Education equal to us, they would be guilty of
less than our selves. One would wonder indeed how it should
happen that Women are conversible at all, since they are only
beholding to natural Parts for all their Knowledge. Their
Youth is spent to teach them to stitch and sow, or make
Baubles. They are taught to read indeed, and perhaps to write
their Names, or so; and that is the Heigth of a Womans
Education. And I would but ask any who slight the Sex for
their Understanding, What is a Man (a Gentleman, I mean) good
for that is taught no more? If Knowledge and Understanding
had been useless Additions to the Sex, God Almighty would
never have given them Capacities, for he made nothing
Needless. What has the Woman done to forfeit the Priviledge
of being taught? Does she plague us with her Pride and
Impertinence? Why did we not let her learn, that she might
have had more Wit? Shall we upraid Women with Folly, when
'tis only the Error of this inhumane Custom that hindred them
being made wiser."

So much for Female Ignorance and Folly; and now let us a little consider
the Pride which my Correspondent thinks is _intolerable_. By this
Expression of his, one would think he is some dejected Swain, tyranniz'd
over by some cruel haughty Nymph, who (perhaps he thinks) has no more
Reason to be proud than himself. _Alas-a-day!_ What shall we say in this
Case! Why truly, if Women are proud, it is certainly owing to the Men
still; for if they will be such _Simpletons_ as to humble themselves at
their Feet, and fill their credulous Ears with extravagant Praises of
their Wit, Beauty, and other Accomplishments (perhaps where there are
none too,) and when Women are by this Means perswaded that they are
Something more than humane, what Wonder is it, if they carry themselves
haughtily, and live extravagantly. Notwithstanding, I believe there are
more Instances of extravagant Pride to be found among Men than among
Women, and

Last Page Next Page

Text Comparison with Vie de Benjamin Franklin, écrite par lui-même - Tome II suivie de ses œuvres morales, politiques et littéraires

Page 16
--Cependant ceux qui ont meilleure opinion de la providence, pensent autrement.
Page 22
Encore une réflexion, et je termine cette vague et longue lettre.
Page 25
» Le consul Martin nous apprend que la résolution du divan portoit:--«Que la doctrine qui prétendoit qu'il étoit injuste de piller les Chrétiens et de les rendre esclaves, paroissoit au moins problématique: mais que l'intérêt qu'avoit l'état à maintenir cet usage, étoit clair; et qu'ainsi la proposition seroit rejetée».
Page 26
La totalité de ce que coûte l'armement de tous les corsaires, durant le cours d'une guerre, excède de beaucoup le montant de toutes les prises.
Page 39
Ils prennent cela pour une grande impolitesse, et ils l'attribuent à ce que nous ignorons les véritables règles du savoir vivre.
Page 42
--Cette note est tirée d'un _petit recueil des OEuvres de Franklin_, publié par Dilly.
Page 48
14.
Page 49
La valeur des terres augmente continuellement, à mesure que la population s'accroît.
Page 53
Il y a, en outre, un grand nombre de petits colléges, ou d'écoles; et l'on apprend à beaucoup de jeunes gens les langues, la théologie, la jurisprudence et la médecine.
Page 72
Mais à une certaine hauteur, ils se séparent presqu'entièrement.
Page 73
La chaleur naturelle des animaux n'est-elle pas produite, parce que la digestion sépare les parties des alimens et met leur feu en liberté? N'est-ce pas la sphère du feu qui allume les globes errans qu'elle rencontre, lorsque la terre fait sa révolution autour du soleil, et qui après avoir enflammé leur surface, les fait crever aussitôt que l'air qu'ils contiennent est très-raréfié par la chaleur? OBSERVATIONS SUR LE RAPPORT FAIT PAR LE BUREAU DU COMMERCE ET DES COLONIES, POUR EMPÊCHER L'ÉTABLISSEMENT DE LA PROVINCE DE L'OHIO[43].
Page 75
» En l'année 1750, les Français arrêtèrent sur les bords de l'Ohio, quatre marchands anglais,.
Page 92
Voici ce que coûtent les charrois de Birmingham et de quelques autres villes jusqu'à Londres.
Page 110
Que c'est traiter les colons comme un peuple conquis, non comme de vrais sujets de l'empire britannique.
Page 119
--Il en est d'autres qui pensent aussi que le peuple doit être pauvre, par rapport aux prétendus intérêts du commerce.
Page 123
J'ai déjà dit que les salaires ne doivent pas être estimés seulement d'après la quantité d'or ou d'argent, ni même d'après la quantité de subsistances que le salarié reçoit par jour, mais aussi d'après le nombre de jours où il a du travail; car ce n'est que par ce calcul qu'on peut véritablement savoir ce qu'il a chaque jour de sa vie.
Page 134
--Placez-vous avec les anglicans, répondit le Saint.
Page 143
Sommeil.
Page 144
Cet article me contraignit à une attention pénible; mes fautes, à cet égard, me tourmentèrent tellement, mes progrès étoient si foibles et mes rechutes si fréquentes, que je me décidai presque à prendre mon parti sur ce défaut.
Page 149
Je dois me servir de mes mains, puisque je n'ai point de terre; ou, si j'en ai, elle est fortement imposée.