Benjamin Franklin Representative selections, with introduction, bibliograpy, and notes

By Benjamin Franklin

Page 263

has been said in the
Praise of some Men," (says an ingenious Author,) "that they could talk
whole Hours together upon any thing; but it must be owned to the Honour
of the other Sex, that there are many among them who can talk whole
Hours together upon Nothing. I have known a Woman branch out into a long
extempore Dissertation on the Edging of a Petticoat, and chide her
Servant for breaking a China Cup, in all the Figures of Rhetorick."

But after all it must be consider'd, that no Pleasure can give
Satisfaction or prove advantageous to a _reasonable Mind_, which is not
attended with the _Restraints of Reason_. Enjoyment is not to be found
by Excess in any sensual Gratification; but on the contrary, the
immoderate Cravings of the Voluptuary, are always succeeded with
Loathing and a palled Apetite. What Pleasure can the Drunkard have in
the Reflection, that, while in his Cups, he retain'd only the Shape of a
Man, and acted the Part of a Beast; or that from reasonable Discourse a
few Minutes before, he descended to Impertinence and Nonsense?

I cannot pretend to account for the different Effects of Liquor on
Persons of different Dispositions, who are guilty of Excess in the Use
of it. 'Tis strange to see Men of a regular Conversation become rakish
and profane when intoxicated with Drink, and yet more surprizing to
observe, that some who appear to be the most profligate Wretches when
sober, become mighty religious in their Cups, and will then, and at no
other Time address their Maker, but when they are destitute of Reason,
and actually affronting him. Some shrink in the Wetting, and others
swell to such an unusual Bulk in their Imaginations, that they can in an
Instant understand all Arts and Sciences, by the liberal Education of a
little vivyfying _Punch_, or a sufficient Quantity of other exhilerating
Liquor.

And as the Effects of Liquor are various, so are the Characters given to
its Devourers. It argues some Shame in the Drunkards themselves, in that
they have invented numberless Words and Phrases to cover their Folly,
whose proper Significations are harmless, or have no Signification at
all. They are seldom known to be _drunk_, tho they are very often
_boozey_, _cogey_, _tipsey_, _fox'd_, _merry_, _mellow_, _fuddl'd_,
_groatable_, _Confoundedly cut_, _See two Moons_, are _Among the
Philistines_, _In a very good Humour_, _See the Sun_, or, _The Sun has
shone upon them_; they _Clip the King's English_, are _Almost froze_,
_Feavourish_, _In their Altitudes_, _Pretty well enter'd_, &c.[18] In
short, every Day produces some new Word or Phrase which

Last Page Next Page

Text Comparison with Vie de Benjamin Franklin, écrite par lui-même - Tome II suivie de ses œuvres morales, politiques et littéraires

Page 5
Recevez avec les assurances de mon estime, mes voeux pour votre prospérité.
Page 19
Je pense que le bonnet vous a été de quelqu'avantage; parce que c'est la première chose qui a donné à nos filles l'idée de tricoter des gants d'estame pour vendre à Philadelphie, et se procurer, par ce moyen, des bonnets et des rubans; et vous savez que cette branche d'industrie s'accroît tous les jours et doit avoir encore de meilleurs effets».
Page 25
--Ce livre sacré ne défend pas non plus de piller les infidèles; puisqu'il est bien connu, d'après lui, que Dieu a donné le monde et tout ce qu'il contient, à ses fidèles Musulmans, et qu'ils ont le droit d'en jouir autant qu'ils pourront y étendre leurs conquêtes.
Page 44
--Je désirerois, cependant, comme vous, que nos armées se servissent de piques, et même d'arcs et de flèches.
Page 49
La récolte de l'année dernière a été généralement abondante; et cependant le fermier n'a jamais vendu aussi cher ce qu'il a livré au commerce, ainsi que l'attestent les prix courans qu'on a publiés.
Page 50
Quoiqu'ils ne composent qu'une petite partie de la nation, leur nombre est considérable, et même trop pour le genre d'affaires qu'ils ont entrepris; car dans tous les pays, la consommation des marchandises a ses limites, qui sont les facultés du peuple, c'est-à-dire, ses moyens d'acheter et de payer.
Page 58
Les manufactures de soieries sont, dit-on, naturelles en France, comme celles de drap en Angleterre; parce que chacun de ces pays produit abondamment les matières premières.
Page 61
J'imagine même qu'elle doit étonner nos ennemis, qui se flattent d'apprendre que nos conseils seront confondus comme les hommes qui voulurent construire la tour de Babylone, et que nos différens états sont au moment de se diviser dans l'intention de se réunir ensuite pour s'égorger mutuellement.
Page 68
Les endroits élevés du comté de Derby sont, je crois, autant au-dessus du niveau de la mer, que les mines de charbon de Whitehaven sont au-dessous; ce qui semble prouver un grand bouleversement dans la surface de l'Angleterre.
Page 77
--La France l'a déjà reconnu de la manière la plus solennelle.
Page 81
Ils dirent:--«Que l'établissement du pays situé à l'occident des grandes montagnes, et centre des possessions anglaises dans ces contrées, seroit conforme aux intérêts de sa majesté, et accroîtroit les avantages et la sûreté de la Virginie et des colonies voisines.
Page 89
1º.
Page 95
» Peut-il y avoir une opinion plus claire, plus concluante, en faveur de la proposition que nous avons humblement soumise au conseil de sa majesté?--Les lords commissaires de 1768, ne disent-ils pas positivement que les habitans des colonies du centre auront la liberté de s'étendre graduellement dans l'intérieur du pays?--N'est-il donc pas bien extraordinaire qu'après deux ans de délibération, les lords commissaires actuels présentent aux lords du conseil privé un rapport, dans lequel se référant à celui de 1768, ils disent: _Que tous les argumens à ce sujet y ont été rassemblés avec beaucoup de force et de précision_; et qu'ils ajoutent dans le même paragraphe qu'_ils doivent combattre cette opinion et conseiller au roi d'arrêter les progrès des établissemens dans l'intérieur du pays_?--Ils disent encore, «Qu'on doit empêcher, autant qu'il est possible, ces établissemens éloignés; et qu'il faut qu'une proclamation nouvelle annonce la résolution où est sa majesté, de ne point permettre à présent qu'on fasse de nouveaux établissemens au-delà des limites; c'est-à-dire, au-delà des montagnes d'Allegany.
Page 96
En 1772, le même comte d'Hillsborough et les autres lords commissaires du commerce et des colonies, firent un rapport sur la pétition de M.
Page 100
Mais, comme les lords commissaires du commerce et des colonies ont jugé à propos d'insérer dans leur rapport, la lettre du général Gage et celle du gouverneur Wright, il est nécessaire que nous citions l'opinion de l'assemblée des citoyens de Virginie sur l'objet dont il est question.
Page 111
18º.
Page 115
Agréez mon estime et mon respect.
Page 123
Le taux des salaires en Europe haussera encore par une autre cause, qu'il importe de bien connoître.
Page 132
Enfin je suis consolé.
Page 141
En procédant ainsi jusqu'à la dernière, je pouvois faire un cours complet en treize semaines, et quatre cours en un an; de même que celui qui a un jardin à mettre en ordre, n'entreprend pas d'arracher toutes les mauvaises herbes en une seule fois, ce qui excéderoit le pouvoir de ses bras et de ses forces; il ne travaille en même-temps que sur une planche, et lorsqu'il a fini la première, il passe à une seconde.