Benjamin Franklin Representative selections, with introduction, bibliograpy, and notes

By Benjamin Franklin

Page 270

we have but as one Chance to ten thousand, to hit on
the right Action; we should then be perpetually blundering about in the
Dark, and putting the Scheme in Disorder; for every wrong Action of a
Part, is a Defect or Blemish in the Order of the Whole. Is it not
necessary then, that our Actions should be over-rul'd and govern'd by an
all-wise Providence?--How exact and regular is every Thing in the
_natural_ World! How wisely in every Part contriv'd! We cannot here find
the least Defect! Those who have study'd the mere animal and vegetable
Creation, demonstrate that nothing can be more harmonious and beautiful!
All the heavenly Bodies, the Stars and Planets, are regulated with the
utmost Wisdom! And can we suppose less Care to be taken in the Order of
the _moral_ than in the _natural_ System? It is as if an ingenious
Artificer, having fram'd a curious Machine or Clock, and put its many
intricate Wheels and Powers in such a Dependance on one another, that
the whole might move in the most exact Order and Regularity, had
nevertheless plac'd in it several other Wheels endu'd with an
independent _Self-Motion_, but ignorant of the general Interest of the
Clock; and these would every now and then be moving wrong, disordering
the true Movement, and making continual Work for the Mender: which might
better be prevented, by depriving them of that Power of Self-Motion, and
placing them in a Dependance on the regular Part of the Clock.

VIII. _If there is no such Thing as Free-Will in Creatures, there can be
neither Merit nor Demerit in Creatures._

IX. _And therefore every Creature must be equally esteem'd by the
Creator._

These Propositions appear to be the necessary Consequences of the
former. And certainly no Reason can be given, why the Creator should
prefer in his Esteem one Part of His Works to another, if with equal
Wisdom and Goodness he design'd and created them all, since all Ill or
Defect, as contrary to his Nature, is excluded by his Power. We will sum
up the Argument thus, When the Creator first design'd the Universe,
either it was His Will and Intention that all Things should exist and
be in the Manner they are at this Time; or it was his Will they should
_be_ otherwise, _i.e._ in a different Manner: To say it was His Will
Things should be otherwise than they are, is to say Somewhat hath
contradicted His Will, and broken His Measures, which is impossible
because inconsistent with his Power; therefore we must allow that all
Things exist now in

Last Page Next Page

Text Comparison with Expériences et observations sur l'électricité faites à Philadelphie en Amérique

Page 4
de.
Page 6
prouve que l'observation de ce phénomène est très-ancienne, aussi ne se trouve-t-il guères de traités de Physique où il n'en soit parlé; mais personne que l'on sçache ne s'étoit avisé de faire sur ce sujet des recherches suivies avant Gilbert médecin Anglois qui vivoit vers l'an 1600.
Page 7
L'ambre-jaune étoit mis alors au rang des choses les plus précieuses; il servoit à l'ornement des autels & aux parures inventées par le luxe.
Page 10
Il s'en assura encore d'une autre façon: ayant fixé au bout d'un bâton de sapin d'environ quatre pouces de long une boule d'yvoire d'un peu plus d'un pouce de diamètre, il enfonça l'autre bout du bâton dans le bouchon de liége: ayant ensuite frotté le tube, il vit avec plaisir que la boule attiroit & repoussoit le duvet avec plus de force que n'avoit fait le liége.
Page 11
En répétant avec un tube de verre & des feüilles d'or une expérience d'Otto de Guerike, dans laquelle une petite plume avoit.
Page 12
Les Physiciens d'Allemagne profitant de tout ce qui avoit été découvert avant eux sur le sujet de l'électricité, imaginèrent de reprendre le globe de verre, dont Hauksbée n'avoit pas tiré un meilleur parti que du tube & qu'il avoit abandonné trop légèrement.
Page 19
Après avoir cité l'opinion d'un fameux Professeur[6] en médecine de Montpellier, qui prétend que le fluide nerveux n'est autre chose que le fluide électrique.
Page 28
PICQUET.
Page 38
Il n'y a de conducteurs parfaits de la matière électrique, que les métaux & l'eau; les autres corps ne le sont qu'à proportion qu'il entre dans leur composition du mêlange de ceux-ci; s'il n'y en a pas plus ou moins, ils ne seront point du tout conducteurs.
Page 44
5.
Page 48
_ Nous avions été quelque tems dans l'opinion que le feu électrique n'étoit pas produit, mais rassemblé par le frottement, étant en effet un élément répandu partout, & attiré par d'autres matières, spécialement par l'eau & par les métaux: nous avions aussi découvert & démontré son affluence au globe électrique, aussi bien que son effluence par le moyen des roues d'un petit moulin à vent[16], dont les aîles sont de gros papier placées obliquement, & tournant librement sur un axe délié de fil-d'archal, & aussi par de petites roues de la même matière, mais qui ont la forme des roues de moulin à eau.
Page 67
tenez le portrait horizontalement par le haut, & posez sur la tête du Roi une petite couronne dorée & mobile.
Page 78
Ainsi les parties de fluide électrique appartenant à la surface intérieure, pénètrent & ressortent de leurs pores à chaque coup donné au tube.
Page 86
FRANKLIN _de Philadelphie en Amérique_, A M.
Page 100
Car si vous le prenez par la queuë, & que vous le teniez à un pied, ou à une plus grande distance horizontale du premier conducteur, lorsque vous le laisserez aller, il volera à lui avec un mouvement vif, mais ondoyant, semblable à celui d'une aiguille dans l'eau; il prendra place alors sous le premier conducteur, peu-être à un quart ou.
Page 123
J'observe que le ruisseau ou l'aigrette de feu qui paroît à l'extrémité du fil-d'archal attaché au conducteur est longue, large & fort divergente quand on se sert du globe de verre, & qu'elle fait un bruit avec éclat ou craquement; mais quand on employe le globe de soufre, cette aigrette est courte, petite, & ne fait qu'un sifflement.
Page 129
Kinnersley, imprimée depuis à Londres,) que le globe de verre électrise positivement, je conclus que les nuages sont toujours électrisés négativement, ou contiennent toujours moins que leur quantité naturelle de fluide électrique.
Page 135
Je prie aussi ceux qui auront occasion d'observer les effets récents du tonnerre sur les bâtimens, les arbres, &c.
Page 145
si vous touchez la doublure de la bouteille (qui pendant tout ce tems est supposée pendre dans l'air dégagée de tout corps non-électrique) les fils sur le conducteur s'éleveront sur le champ & feront voir que le conducteur est électrisé: il reçoit cette électrisation de la surface intérieure de la bouteille, laquelle, quand la surface extérieure peut recevoir de la main qui lui est appliquée ce qui lui manque, en donnera autant que les corps en contact avec elle pourront en recevoir, ou tout ce qu'elle en a d'excès, s'ils sont assez gros.
Page 159
_Expérience_ de Leyde avec un carreau de verre, I.