Benjamin Franklin Representative selections, with introduction, bibliograpy, and notes

By Benjamin Franklin

Page 290

for being laughed at; but it is barbarously
unhandsome, when friends meet for the benefit of conversation and a
proper relaxation from business, that one should be the butt of the
company, and four men made merry at the cost of the fifth.

How different from this character is that of the good-natured, gay
Eugenius, who never spoke yet but with a design to divert and please,
and who was never yet baulked in his intention. Eugenius takes more
delight in applying the wit of his friends, than in being admired
himself; and if any one of the company is so unfortunate as to be
touched a little too nearly, he will make use of some ingenious artifice
to turn the edge of ridicule another way, choosing rather to make
himself a public jest, than be at the pain of seeing his friend in
confusion.

Among the tribe of laughers, I reckon the petty gentlemen that write
satires, and carry them about in their pockets, reading them themselves
in all company they happen into; taking an advantage of the ill taste of
the town to make themselves famous for a pack of paltry, low nonsense,
for which they deserve to be kicked rather than admired, by all who have
the least tincture of politeness. These I take to be the most
incorrigible of all my readers; nay, I expect they will be squibbing at
the Busy-Body himself. However, the only favour he begs of them is this,
that if they cannot control their overbearing itch of scribbling, let
him be attacked in downright biting lyrics; for there is no satire he
dreads half so much as an attempt towards a panegyric.



THE BUSY-BODY, NO. 3

Tuesday, February 18th, 1728/9

Non vultus instantis Tyranni
Mente quatit solida,--neque Auster,
Dux inquieti turbidus Adriae,
Nec fulminantis magna Jovis manus.
--HOR.

It is said that the Persians, in their ancient Constitution, had publick
Schools in which Virtue was taught as a Liberal Art or Science; and it
is certainly of more Consequence to a Man, that he has learnt to govern
his Passions; in spite of Temptation to be just in his Dealings, to be
Temperate in his Pleasures, to support himself with Fortitude under his
Misfortunes, to behave with Prudence in all Affairs,

Last Page Next Page

Text Comparison with Vie de Benjamin Franklin, écrite par lui-même - Tome II suivie de ses œuvres morales, politiques et littéraires

Page 3
Si nous avions donc voulu avoir l'avantage de voir notre langue plus généralement répandue, nous aurions dû ne pas négliger de faire disparoître des difficultés qui, toutes légères qu'elles sont, découragent ceux qui l'étudient.
Page 8
Telle est mon opinion quant au ressentiment particulier et à la rétribution que méritent les calomnies.
Page 15
On en rencontre quelquefois de tels: mais ils sont rares.
Page 18
que d'encourager les cruautés sans nombre qu'on exerce continuellement pour nous le procurer! Un célèbre moraliste français, dit que quand il considère les guerres que nous fomentons en Afrique pour y acheter des nègres, le grand nombre qu'il en périt dans ces guerres, les multitudes de ces infortunés qui meurent, pendant la traversée, victimes de la maladie, de l'air empoisonné ou de la mauvaise nourriture, et enfin tous ceux qui succombent aux traitemens cruels qu'on leur fait souffrir dans leur état d'esclaves, il ne peut pas voir un morceau de sucre, sans s'imaginer qu'il est rempli de taches de sang humain.
Page 24
Devons-nous les laisser mandier dans nos rues, ou souffrir qu'ils pillent nos propriétés? car les hommes accoutumés à l'esclavage, ne travaillent point pour gagner leur vie, à moins qu'ils n'y soient forcés.
Page 28
--Vingt plans inutiles ou incommodes n'en justifient pas un qui est inique.
Page 39
Nous vous sommes infiniment obligés d'avoir la bonté de venir si loin de votre pays, pour nous apprendre ce que vos mères vous ont appris.
Page 60
[39] Le département de la Seine-Inférieure.
Page 72
Que devient alors ce fluide? S'élève-t-il au-dessus de notre atmosphère, et se mêle-t-il également avec la masse universelle de la même matière? ou une couche sphérique de cette matière, plus dense que l'air, ou moins mêlée avec lui, attirée par notre globe, et repoussée seulement jusqu'à une certaine hauteur par la pesanteur de l'air, enveloppe-t-elle la terre, et suit-elle son mouvement autour du soleil? En ce cas, comme il doit y avoir.
Page 73
La seconde, c'est qu'il s'étend à plusieurs milles à l'ouest de la chaîne des montagnes d'Allegany.
Page 89
Quant à la seconde et à la troisième raison des représentations, nous remarquerons qu'aucune des possessions anglaises dans l'Amérique septentrionale, n'exige moins d'encouragement que celle de l'Ohio, pour cultiver les matières propres à la construction des vaisseaux et à la marine, et pour approvisionner les Antilles, de bois et de comestibles.
Page 95
» Peut-il y avoir une opinion plus claire, plus concluante, en faveur de la proposition que nous avons humblement soumise au conseil de sa majesté?--Les lords commissaires de 1768, ne disent-ils pas positivement que les habitans des colonies du centre auront la liberté de s'étendre graduellement dans l'intérieur du pays?--N'est-il donc pas bien extraordinaire qu'après deux ans de délibération, les lords commissaires actuels présentent aux lords du conseil privé un rapport, dans lequel se référant à celui de 1768, ils disent: _Que tous les argumens à ce sujet y ont été rassemblés avec beaucoup de force et de précision_; et qu'ils ajoutent dans le même paragraphe qu'_ils doivent combattre cette opinion et conseiller au roi d'arrêter les progrès des établissemens dans l'intérieur du pays_?--Ils disent encore, «Qu'on doit empêcher, autant qu'il est possible, ces établissemens éloignés; et qu'il faut qu'une proclamation nouvelle annonce la résolution où est sa majesté, de ne point permettre à présent qu'on fasse de nouveaux établissemens au-delà des limites; c'est-à-dire, au-delà des montagnes d'Allegany.
Page 102
» À tous ces faits, nous ajouterons qu'au congrès tenu avec les six Nations, dans le fort Stanwix, en 1768, lorsque sa majesté acheta le territoire de l'Ohio, MM.
Page 107
9 d.
Page 117
vous, le souvenir du mal que vous nous avez fait, vous engageroit à nous accabler de la plus cruelle tyrannie, et à employer toute sorte de moyens pour nous empêcher d'acquérir de la force et de prospérer.
Page 128
FRANKLIN.
Page 130
Pas une fois! LA GOUTTE.
Page 134
--Enfin, il me demanda quelle étoit ma religion.
Page 139
_ -------------------------------------------------- | DIM.
Page 140
| | | | | | | | |------|------|------|------|------|------|------| Application.