Benjamin Franklin Representative selections, with introduction, bibliograpy, and notes

By Benjamin Franklin

Page 297

unmercifully, Tho' I believe it is only for want of Thought.
But I have twenty Things more to tell you besides all this:
There is a handsome Gentleman, that has a Mind (I don't
question) to make love to me, but he can't get the least
Opportunity to--O dear! here she comes again; I must
conclude, yours, &c.

"PATIENCE."

Indeed, 'tis well enough, as it happens, that she is come to shorten
this Complaint, which I think is full long enough already, and probably
would otherwise have been as long again. However, I must confess, I
cannot help pitying my Correspondent's Case; and, in her Behalf, exhort
the Visitor to remember and consider the Words of the Wise Man,
"Withdraw thy Foot from the House of thy Neighbour, lest he grow weary
of thee, and so hate thee." It is, I believe, a nice thing, and very
difficult, to regulate our Visits in such a Manner, as never to give
Offence by coming too seldom, or too often, or departing too abruptly,
or staying too long. However, in my Opinion, it is safest for most
People in a general way, who are unwilling to disoblige, to visit
seldom, and tarry but a little while in a Place, notwithstanding
pressing invitations, which are many times insincere. And tho' more of
your Company should be really desir'd, yet in this Case, too much
Reservedness is a Fault more easily excus'd than the Contrary.

Men are subjected to various Inconveniences meerly through lack of a
small Share of Courage, which is a Quality very necessary in the common
Occurrences of Life, as well as in a Battle. How many Impertinences do
we daily suffer with great Uneasiness, because we have not Courage
enough to discover our Dislike? And why may not a Man use the Boldness
and Freedom of telling his Friends, that their long Visits sometimes
incommode him? On this Occasion, it may be entertaining to some of my
Readers, if I acquaint them with the _Turkish_ Manner of entertaining
Visitors, which I have from an Author of unquestionable Veracity; who
assures us, that even the Turks are not so ignorant of Civility and

Last Page Next Page

Text Comparison with Expériences et observations sur l'électricité faites à Philadelphie en Amérique

Page 18
Jallabert célèbre Professeur de Philosophie à Genève inséré dans le Journal des Sçavans pour le mois de Mai 1748.
Page 21
Il seroit inutile d'en rapporter ici la construction & le détail que l'on trouvera tome premier, pag.
Page 23
Ceux à qui j'avois laissé le soin de mon expérience avec les instructions nécessaires, virent l'électricité naturelle & furent les premiers à recueillir le feu du ciel.
Page 25
On lui apprend que l'électricité du soufre paroît d'une nature différente de celle du verre; il se met sur le champ à répéter les expériences qui peuvent constater le fait, & convaincu par lui-même de la vérité, il en laisse toute la gloire à son émule.
Page 41
Un célebre Physicien a cependant cru remarquer le contraire; & c'est sur.
Page 56
_Nouvelles expériences & observations sur l'Électricité.
Page 58
»Cette expérience étant attaquée dans le même endroit & de la même manière que la précédente, trouve aussi la même défense.
Page 61
.
Page 78
Quand on applique le premier conducteur pour tirer le feu du verre, le croissant de derrière disparoît.
Page 79
.
Page 91
Cela se continuë ainsi à travers les deux bandes, mais avec une telle vîtesse quelle est presque instantanée.
Page 94
126.
Page 113
Je suis persuadé que, si au lieu de terminer, comme on le fait ordinairement, les toits des pavillons, des tours, des clochers & les mâts des vaisseaux &c.
Page 124
P.
Page 131
Il remarqua que son appareil électrisé par le tonnerre, ou seulement par les nuages sans apparence de tonnerre, étoit tantôt dans un état positif & tantôt dans un état négatif; il a donné un détail bien circonstancié de toutes ses observations à ce sujet dans son _Libro secondo del Electricismo naturale_, imprimé _in_-4º.
Page 133
de raréfaction.
Page 134
Pour prouver qu'un corps dans différentes circonstances de dilatation & de contraction est capable de recevoir & de retenir plus ou moins de fluide électrique sur sa surface, je rapporterai l'expérience suivante: Je plaçai sur le plancher un verre à boire propre, & dessus un petit pot d'argent, dans lequel je mis environ trois brasses de chaîne de cuivre, à un bout de laquelle j'attachai un fil de soye qui s'élevoit directement au plat-fond où il passoit sur une poulie & delà redescendoit dans ma main, de sorte que je pouvois à mon gré enlever la chaîne du pot, l'élever à un pied de distance du plat-fond & la laisser par gradation retomber dans le pot.
Page 135
s'enlève, & y retourner quand elle retombe; mais la chose est encore évidente aux yeux, le floccon de coton s'approchant toujours du pot quand on tiroit la chaîne en haut, & se retirant quand on la laissoit tomber.
Page 136
, qu'il s'écartera considérablement de la ligne droite pour s'attacher aux bons conducteurs, & qu'enfin dans cette course il est actuellement en mouvement, quoique sans bruit & imperceptiblement avant l'explosion dans & parmi les conducteurs.
Page 139
coups & le pétillement de la matière électrique entre les timbres furent si forts qu'on les entendit dans toute la maison; mais selon toutes ses observations les nuages furent constamment dans un état négatif jusques il y a environ six semaines; il trouva un jour qu'ils passèrent dans quelques minutes du négatif au positif.