Benjamin Franklin Representative selections, with introduction, bibliograpy, and notes

By Benjamin Franklin

Page 327

continent colonies, communicating with all of them northward
and southward by post, and with all the islands by sea, and
having the advantage of a good growing library, be the centre
of the Society.

That at Philadelphia there be always at least seven members,
viz. a physician, a botanist, a mathematician, a chemist, a
mechanician, a geographer, and a general natural philosopher,
besides a president, treasurer, and secretary.

That these members meet once a month, or oftener, at their
own expense, to communicate to each other their observations
and experiments, to receive, read, and consider such letters,
communications, or queries as shall be sent from distant
members; to direct the dispersing of copies of such
communications as are valuable, to other distant members, in
order to procure their sentiments thereupon.

That the subjects of the correspondence be: all
new-discovered plants, herbs, trees, roots, their virtues,
uses, &c.; methods of propagating them, and making such as
are useful, but particular to some plantations, more general;
improvements of vegetable juices, as ciders, wines, &c.; new
methods of curing or preventing diseases; all new-discovered
fossils in different countries, as mines, minerals, and
quarries; new and useful improvements in any branch of
mathematics; new discoveries in chemistry, such as
improvements in distillation, brewing, and assaying of ores;
new mechanical inventions for saving labour, as mills and
carriages, and for raising and conveying of water, draining
of meadows, &c.; all new arts, trades, and manufactures, that
may be proposed or thought of; surveys, maps, and charts of
particular parts of the sea-coasts or inland countries;
course and junction of rivers and great roads, situation of
lakes and mountains, nature of the soil and productions; new
methods of improving the breed of useful animals; introducing
other sorts from foreign countries; new improvements in
planting,

Last Page Next Page

Text Comparison with Expériences et observations sur l'électricité faites à Philadelphie en Amérique

Page 6
HISTOIRE ABRÉGÉE DE L'ÉLECTRICITÉ.
Page 11
On doit donc entendre par corps électriques ceux qui le sont naturellement qui n'ont besoin que d'être frottés pour en donner des preuves, & par corps non-électriques ceux qui ne peuvent devenir électriques que par communication, comme sont les métaux.
Page 22
Étant venu à bout de fondre, & même de vitrifier les métaux d'un coup d'électricité, il compare ce phénomène avec un effet tout semblable du tonnerre; c'est celui de fondre l'argent dans une bourse & une lame d'épée dans le fourreau.
Page 30
La matière électrique est composée de particules extrèmement subtiles, puisqu'elle peut traverser la matière commune, même les métaux les plus denses, avec tant de facilité & de liberté qu'elle n'éprouve aucune résistance sensible.
Page 40
Si vous essayez d'en introduire davantage il est rejetté par le fil-d'archal, ou casse la bouteille avec un craquement sensible.
Page 45
6.
Page 52
Il s'en faut beaucoup que je ne l'aye regardée du même oeil; plus j'y ai réfléchi avant de l'entreprendre, plus elle m'a paru difficile; & depuis que j'en suis venu à bout, j'estime qu'il n'y a point d'expérience électrique plus délicate, &.
Page 65
Car, qu'est-ce que faire cette analyse? N'est-ce pas tout simplement séparer chacune des parties dont elle est composée, pour voir à laquelle de ses parties la matière électrique restera attachée? Or en suivant la route indiquée par M.
Page 73
] 63.
Page 75
[Note 32: Voyez le §.
Page 81
J'ai aussi senti le feu électrique lorsqu'il avoit traversé l'or, l'argent, le cuivre, le plomb, le fer, le bois & le corps humain, sans y appercevoir aucune différence: l'odeur est toujours la même lorsque l'étincelle ne brûle pas ce qu'elle frappe, c'est pourquoi j'imagine qu'elle ne prend son odeur d'aucune qualité des corps qu'elle traverse, & en effet comme cette odeur abandonne si rapidement la matière électrique & s'attache au revers du doigt.
Page 84
[Note 37: Nous supposons que chaque particule de sable, d'humidité ou de fumée étant d'abord attirée, & ensuite repoussée, emporte avec elle une portion de feu électrique, mais que cette portion subsiste toujours dans ces particules, jusqu'à ce qu'elles la communiquent à quelqu'autre corps, & qu'elle n'est jamais réellement détruite; ainsi quand on jette de l'eau sur du feu commun, nous n'imaginons point que ce dernier élément soit par-là détruit & anéanti, mais seulement dispersé, chaque particule d'eau emportant en vapeurs la portion de feu qu'elle a attirée & qu'elle s'est attachée.
Page 91
Dans l'un & l'autre elles ont ainsi la facilité de se réunir en goutes.
Page 110
Mai 1752.
Page 112
Le porteur m'a assuré de vive voix qu'il avoit tiré pendant près d'un quart-d'heure avant que M.
Page 128
Cette expérience consistoit à prendre deux bouteilles, à en charger une du feu de la verge de fer & à donner à l'autre une charge égale avec le globe de verre électrique par le moyen du premier conducteur, & après les avoir chargées, à les placer sur une table à trois ou quatre pouces l'une de l'autre, ayant suspendu au plat-fons avec un fil de soye fin, une boulette de liége qui pût joüer entre les crochets.
Page 130
Ceux qui sont versés dans les expériences électriques concevront aisément que les effets & les apparences doivent être à peu de chose près les mêmes dans les deux cas; même explosion, même éclair entre deux nuages, entre les nuages & les montagnes, &c.
Page 148
_Cinquiéme Expér.
Page 151
L'aurore boréale n'est-elle point l'élancement du feu électrique des nuages positifs aux négatifs à une grande distance dans la partie supérieure de l'atmosphère où la résistance est moindre? APPENDIX.
Page 160
207.