Benjamin Franklin Representative selections, with introduction, bibliograpy, and notes

By Benjamin Franklin

Page 62

achieved between
the governor and the governed. If laws are fabricated which contravene
these, the governed have retained for themselves the right of forcible
resistance. A natural inference from these premises is that sovereignty
rests with the people. In the colonies this secular social compact was
buttressed by the principle of covenants and natural rights within the
churches. Sermons became "textbooks of politics."[i-277] Miss Baldwin
has ably illustrated how before 1763 the clergy in Franklin's native New
England had popularized the "doctrines of natural right, the social
contract, and the right of resistance" as well as "the fundamental
principle of American constitutional law, that government, like its
citizens, is bounded by law and when it transcends its authority it acts
illegally."[i-278]

In an oration commemorating the Boston massacre Dr. Benjamin Church
stated the principle of the compact: "A sense of their wants and
weakness in a state of nature, doubtless inclined them to such
reciprocal aids and support, as eventually established society."[i-279]
Defining liberty as "the happiness of living under laws of our own
making by our personal consent or that of our representatives,"[i-280]
he warned that any breach of trust in the governor "effectually absolves
subjects from every bond of covenant and peace."[i-281]

Then, too, Newtonian science buttressed the principle of natural rights.
Sir Isaac Newton demonstrated mathematically that the universe was
governed by a fagot of immutable, universal, and harmonious physical
laws. These were capable of being apprehended through reason. Now even
as reason discovered the matchless physical harmony, so could reason,
men argued, ferret out unvarying, universal principles of
social-political rights. These principles constituted natural rights,
natural to the extent that all men had the power, if not the capacity,
to discover and learn them through use of their native reason. Newton
demonstrated the validity of physical law: Locke sanctioned the
supremacy of reason. Since Franklin was himself motivated by Newtonian
rationalism and was a student of Locke, there is reason to believe that
he was vibrantly aware of the extent to which the
scientific-rationalistic ideology lent sanction to man's timeless quest
for the certitude of "natural rights," antecedent to all laws.

Franklin's mission to London in 1757 as Pennsylvania agent may be
understood through an examination of _An Historical Review of the
Constitution and Government of Pennsylvania_ (London, 1759).[i-282] If
not written by him, at least "the ideas are his." Convinced that the
proprietors "seem to have no regard to the Publick Welfare, so the
private Point may be gained--'Tis like Firing a House to have
Opportunity of stealing a Trencher,"[i-283] Franklin knew that a
brilliant attack had to be made were he to intimidate the proprietary
government into assuming

Last Page Next Page

Text Comparison with Vie de Franklin, écrite par lui-même - Tome I Suivie de ses œuvres morales, politiques et littéraires

Page 22
Mais j'étois peu capable de la juger pour ce qu'elle étoit.
Page 23
Cette immersion le désenivra un peu, et il s'endormit tranquillement après avoir tiré de sa poche un volume qu'il me pria de faire sècher.
Page 33
Un de ses amis, nommé _Vernon_, auquel il étoit dû, en Pensylvanie, environ trente-six livres sterlings, me pria de les recevoir et de les garder jusqu'à ce que j'eusse de ses nouvelles.
Page 43
Pour moi, je fus tout de suite employé chez Palmer, qui étoit alors un fameux imprimeur dans l'enclos de Saint-Barthélémy, et chez lequel je restai près d'un an.
Page 46
Aussi étoient-ils étonnés de voir, et par cet exemple et par beaucoup d'autres, que l'_Américain aquatique_, comme ils m'appeloient, étoit plus fort que ceux qui buvoient du porter[21].
Page 56
--«Le temps, que je dois rester chez Keimer, ajouta-t-il, expirera au printems prochain.
Page 62
Nous ne pouvions pas l'occuper tout de suite: mais je lui dis imprudemment, en lui recommandant le secret, que je me proposois de publier avant peu une nouvelle feuille périodique, et qu'alors nous lui donnerions de l'ouvrage.
Page 69
Ils avoient conservé de l'affection pour moi, depuis le temps que j'avois logé dans leur maison.
Page 78
Il présenta aussitôt son doigt fermé à la clef, et il en tira une forte étincelle.
Page 82
En 1745, Franklin publia un mémoire sur les cheminées, qu'il avoit nouvellement inventées en Pensylvanie.
Page 85
On verra aussi par ces lettres, quel étoit alors l'état du collége.
Page 112
J'ai moi-même, dans ma ville natale, commencé par apprendre le métier d'imprimeur; et ensuite j'ai eu la facilité de m'établir à Philadelphie, parce que deux amis m'ont prêté de l'argent, qui a été la base de ma fortune, et la cause de tout ce que j'ai pu faire d'utile dans le cours de ma vie.
Page 113
Je désire qu'alors les administrateurs de la donation emploient cent mille livres sterlings à faire construire les ouvrages publics qu'on croira les plus généralement utiles, comme des fortifications, des ponts, des aqueducs, des bains publics; à paver les rues, et à tout ce qui peut rendre le séjour de la ville plus agréable aux habitans et aux étrangers qui viendront pour y rétablir leur santé, ou y passer quelque temps.
Page 114
Je recommande aussi de rendre le Skuylkil entièrement navigable.
Page 119
Quoique de pareils écrits soient regardés avec indifférence par beaucoup de gens, il suffit qu'ils fassent une forte impression sur la centième partie des lecteurs, pour que l'effet en soit très-considérable.
Page 120
Je crains même de n'avoir jamais ce bonheur.
Page 122
Or, si elle éprouve quelqu'indisposition, quel sera.
Page 123
Daignez, messieurs, faire sentir à nos parens l'injustice d'une tendresse exclusive, et la nécessité de partager également leurs soins et leur affection entre tous leurs enfans.
Page 128
On peut, en le jouant, acquérir ou fortifier plusieurs qualités utiles dans le cours de la vie, et se les rendre assez familières pour s'en servir avec promptitude dans toutes les occasions.
Page 137
Enfin, si vous voulez connoître le chemin de la fortune, sachez qu'il est tout aussi uni que celui du marché.