Benjamin Franklin Representative selections, with introduction, bibliograpy, and notes

By Benjamin Franklin

Page 64

lands was less than that right he
had already envisioned--the right to become a royal colony.[i-292]

But Franklin's pleas for charter, constitutional, and natural rights may
be misleading if one considers his position as suggestive of doctrinaire
republicanism, of Paine's "Government is the badge of our lost
innocence," or of Shelley's

Kings, priests, and statesmen blast the human flower.

His political activities assert the rights of the governed against the
governor; his writings often indirectly suggest the intemperance of the
governed, and the need for something more lasting than mere outer
freedom. Like Coleridge, who wrote:

[Man] may not hope from outward forms to win
The passion and the life, whose fountains are within,

white-locked Father Abraham harangued:

The Taxes are indeed very heavy, and if those laid on by the
Government were the only Ones we had to pay, we might more
easily discharge them; but we have many others, and much more
grievous to some of us. We are taxed twice as much by our
_Idleness_, three times as much by our _Pride_, and four
times as much by our _Folly_; and from these Taxes the
Commissioners cannot ease or deliver us by allowing an
Abatement.[i-293]

With solid good sense Franklin acknowledged that "happiness in this
life rather depends on internals than externals."[i-294]

His purpose for being in London accomplished, Franklin wrote _The
Interest of Great Britain Considered with Regard to Her Colonies, and
the Acquisitions of Canada and Guadaloupe_ (1760). Since "there is
evidence that the pamphlet created much contemporary interest,"[i-295]
Franklin undoubtedly had some influence in causing the retention of
Canada, a retention which "made the American Revolution
inevitable."[i-296] If the release from French terrorism caused the
colonists to become myopic toward advantages lent them as a British
colony, it is appropriate in view of Franklin's later advocacy of
independence and ironic in view of his then imperialistic principles,
that he should have written _The Interest of Great Britain_. Here
Franklin, later to be a propagandist of revolution, cast himself in the
role of architect of a vast empire. For economic reasons, and for
colonial safety, he urged the retention, ridiculing the charge that the
colonies were lying in wait to declare their independence from England,
if the French were cast out from Canada.

Back in Pennsylvania in 1764 he declared the provincial government
"running fast into anarchy and confusion."[i-297] In his _Cool

Last Page Next Page

Text Comparison with Vie de Benjamin Franklin, écrite par lui-même - Tome II suivie de ses œuvres morales, politiques et littéraires

Page 7
Mais tout homme, qui peut se procurer une plume, de l'encre et du papier, avec quelques caractères, une presse et une paire de grosses balles, peut se nommer lui-même chef du tribunal, et il a aussitôt la pleine possession et l'exercice de tous ses droits.
Page 20
L'immense quantité de terres couvertes de bois, que nous avons encore à préparer pour la culture, rendra long-temps notre nation laborieuse et frugale.
Page 26
Si l'on interdisoit le pillage, on auroit moins d'ardeur à combattre, et vraisemblablement la paix seroit bien plus durable.
Page 29
Pour mieux me faire entendre, je ferai d'abord deux observations.
Page 38
Les missionnaires qui ont essayé de les convertir au christianisme, se plaignent tous de cette extrême déférence, comme d'un des plus grands obstacles au succès de leur mission.
Page 42
Saint-Paul nous dit, dans la relation de son voyage et de son naufrage sur l'île de Malthe:--«Les Barbares nous traitèrent avec beaucoup de bienveillance, car ils allumèrent du feu, et nous reçurent à cause de la pluie qui tomboit, et à cause du froid».
Page 49
En un mot, le fermier est en état de donner de si bons gages à ceux qui travaillent pour lui, que tous ceux qui connoissent l'ancien monde, doivent convenir qu'il n'y a pas d'endroit où les manouvriers soient si bien nourris, si bien vêtus, si bien logés, que dans les États-Unis de l'Amérique.
Page 57
Les fermiers américains ont tous les ans beaucoup de laine et de lin: mais au lieu d'en exporter, on emploie le tout dans le pays.
Page 58
Cependant le cordonnier gagne en Amérique, beaucoup plus qu'il ne gagneroit en Europe, parce qu'il peut ajouter au prix qu'il vend ses souliers, une somme presqu'égale aux dépenses de fret, de commission, d'assurances, que fait nécessairement payer le marchand.
Page 68
Quelques parties de cette île se sont enfoncées dans la mer, tandis que d'autres, qu'elle couvroit, se sont beaucoup élevées au-dessus d'elle.
Page 70
Beaucoup de terres, qui sont à présent sous les eaux, resteroient à découvert, et d'autres seroient submergées, puisque l'eau s'élèveroit ou s'enfonceroit de près de cinq lieues dans les extrémités opposées.
Page 71
J'ai ouï dire que les chimistes pouvoient décomposer le bois et la pierre, et qu'ils tiraient de l'un une grande quantité d'air, et de l'autre une grande quantité d'eau.
Page 78
Voici ce que dit l'orateur indien à sir William Johnson.
Page 84
La propriété de la moindre partie du territoire, dont nous parlons, ne peut être contestée.
Page 91
Maintenant nous allons essayer de montrer combien les lords commissaires du commerce et des colonies se sont trompés, en disant,.
Page 93
De Sheffield.
Page 104
--Nous répétons qu'il n'y a point là de colons qui aient de titres légitimes.
Page 108
Il est très possible que ce gouvernement général soit aussi bien, aussi fidèlement administré sans que le peuple s'en mêle, qu'avec lui: mais lorsqu'on lui a imposé de pesans fardeaux, on a toujours trouvé utile de faire en sorte que cette imposition parût en partie son ouvrage, attendu qu'il la supporte beaucoup mieux lorsqu'il croit qu'elle vient de lui, et que quand quelques mesures publiques lui semblent injustes ou désagréables, les roues du gouvernement ont de la peine à marcher.
Page 130
Pendant tout le bel été passé vous y êtes arrivé à six heures.
Page 143
En me levant, me laver et invoquer la bonté suprème, 6.