Benjamin Franklin Representative selections, with introduction, bibliograpy, and notes

By Benjamin Franklin

Page 8

Trimmers (1743), 183
To the Publick (1743), 186
Preface to Logan's Translation of "Cato Major" (1743/4), 187
To John Franklin, at Boston (March 10, 1745), 188
Preface to _Poor Richard_ (1746), 189
The Speech of Polly Baker (1747), 190
Preface to _Poor Richard_ (1747), 193
To Peter Collinson (August 14, 1747), 194
Preface to _Poor Richard Improved_ (1748), 195
Advice to a Young Tradesman (1748), 196
To George Whitefield (July 6, 1749),

Last Page Next Page

Text Comparison with Vie de Franklin, écrite par lui-même - Tome I Suivie de ses œuvres morales, politiques et littéraires

Page 12
Par ce moyen, il tournoit de bonne heure notre attention vers ce qui étoit juste, prudent, utile dans la conduite de la vie.
Page 16
Il étoit naturellement plus éloquent que moi.
Page 17
J'aperçus quelques fautes, que je corrigeai: mais je trouvai qu'il me manquoit un fonds de mots, si je peux m'exprimer ainsi, et cette facilité à me les rappeler et à les employer, qu'il me sembloit que j'aurois déjà acquise, si j'avois continué à faire des vers.
Page 25
Je retournai en ville, chez une vieille femme qui m'avoit vendu du pain d'épice pour manger dans la traversée.
Page 37
Ils me déplaisoient l'un et l'autre.
Page 40
Il m'assura qu'il s'étoit d'abord un peu contraint, de peur que je ne prisse ses éloges pour de la flatterie.
Page 58
Je résolus, dès ce moment, de les pratiquer aussi long-temps que je vivrois, et je consignai cette résolution dans mon journal.
Page 66
Le temps et l'expérience démontrèrent si pleinement l'utilité du papier-monnoie, que par la suite, il n'éprouva jamais une grande contradiction; de sorte qu'il monta bientôt jusqu'à cinquante-cinq mille livres sterlings, et en l'année 1739, à quatre-vingt mille livres sterlings.
Page 75
M.
Page 76
Ils se servoient de grandes machines, et par ce moyen ils pouvoient recueillir une quantité considérable d'électricité, et produire des phénomènes qui n'avoient point été jusqu'alors observés.
Page 78
Franklin commençoit à désespérer du succès de sa tentative, quand tout-à-coup il observa que quelques brins de la corde de chanvre s'écartoient l'un de l'autre et se roidissoient.
Page 84
Par l'entremise du docteur Collinson, ce généreux et savant ami de Franklin, les curateurs du collége virent se réunir à eux[33], les deux héritiers du fondateur de la Pensylvanie, Thomas Penn et Richard Penn, qui, en même-temps, firent au collége un présent de cinq cents livres sterlings.
Page 85
On verra aussi par ces lettres, quel étoit alors l'état du collége.
Page 102
Pitt.
Page 113
Je désire qu'alors les administrateurs de la donation emploient cent mille livres sterlings à faire construire les ouvrages publics qu'on croira les plus généralement utiles, comme des fortifications, des ponts, des aqueducs, des bains publics; à paver les rues, et à tout ce qui peut rendre le séjour de la ville plus agréable aux habitans et aux étrangers qui viendront pour y rétablir leur santé, ou y passer quelque temps.
Page 117
Je suis vieux et pesant: sans cela, je serois allé les lui présenter moi-même.
Page 125
J'avertis donc ces gens pointilleux, chagrins, mécontens, que s'ils veulent être respectés, aimés et vivre heureux, ils doivent cesser de regarder la _jambe crochue_.
Page 133
Pour connoître cette vérité, par expérience, il faut qu'une personne reste au lit, dans la même position, et que relevant ses draps, elle laisse une partie de son corps exposée à un air nouveau: alors elle sentira cette partie tout-à-coup rafraîchie, parce que l'air soulagera sa peau, en recevant et emportant au loin la matière transpirable qui l'incommodoit.
Page 135
Telles sont les règles de l'art.
Page 136
Gardez-vous de croire que tout ce que vous possédez est à vous, et de vivre en conséquence.