Expériences et observations sur l'électricité faites à Philadelphie en Amérique

By Benjamin Franklin

Page 101

à un demi
pouce de distance, & remuëra continuellement sa queuë comme un poisson,
de sorte qu'il paroît animé. Tournez sa queuë, vers le premier
conducteur, & alors il vole à votre doigt & semble le grignoter. Si vous
tenez sous lui une lame à six ou huit pouces de distance, & si vous
cessez de tourner le globe, lorsque l'atmosphère électrique du
conducteur diminuë, il descendra sur la lame, & nagera encore en arrière
à plusieurs reprises avec le même mouvement de poisson, ce qui fait un
jeu amusant pour les spectateurs. Par une legère pratique d'émousser ou
d'aiguiser les têtes, ou les queuës de ces figures, vous pouvez leur
faire prendre la place que vous desirez, plus près ou plus loin de la
lame électrisée.


MÉMOIRE
_Lû à l'Académie Royale des Sciences, le 13. Mai 1752. par M.
D'ALIBARD._


EXPÉRIENCES ET OBSERVATIONS
SUR LE TONNERRE,
_Relatives à celles de Philadelphie._

Le tonnerre est un de ces phénomènes dont tous les physiciens ont éssaye
de découvrir la nature, mais dont aucun n'a encore donné d'explication
satisfaisante. Rien de plus commun que les effets de ce redoutable
météore, rien de plus ignoré que leur cause; il semble même que plus on
a fait d'efforts pour en approfondir le principe, plus on s'est écarté
de la voye qui pouvoit y conduire. Les connoissances physiques n'étoient
point encore assez avancées pour que l'on pût pénétrer un mistère dont
l'intelligence étoit réservée à un siécle plus éclairé. Ce qui a causé
la difficulté, ce qui a retardé jusqu'à présent l'explication de ce
phénomène, c'est qu'on ne lui voyoit point de rapport à aucune chose
connuë, & ce n'est que par l'enchaînement des rapports que l'on peut
arriver d'une connoissance à une autre; il étoit impossible de rapporter
le tonnerre à son vrai principe, puisque le principe même étoit inconnu.
Les plus sages physiciens en sont restés à admirer les effets, sans
pouvoir presque rien dire des causes; ou s'ils en ont hazardé
quelqu'explication on reconnoît aisément dans leurs écrits que ce n'est
que par des conjectures relatives ou à leurs préjugés, ou à leurs
affections, ou aux systèmes qu'ils avoient embrassés, ou aux différentes
sciences qu'ils avoient le plus cultivées. Les premiers philosophes
regardoient le tonnerre comme un attribut des Dieux, ou comme un esprit,
& ne poussoient pas plus loin leurs recherches à ce sujet; d'autres
philosophes imaginèrent que les corps célestes se renvoyoient
mutuellement des influences dont la rencontre produisoit ce météore: la
plupart des physiciens en ont cherché la cause dans les exhalaisons des
matières inflammables de la terre. Les chimistes ont prétendu en avoir
découvert le principe dans le mêlange du nitre,

Last Page Next Page

Text Comparison with Expériences et observations sur l'électricité faites à Philadelphie en Amérique

Page 14
Quand la bouteille préparée, comme on vient de le dire, est bien électrisée, on peut la transporter fort loin,.
Page 21
55.
Page 35
Ces connoissances sont agréables à la vérité, mais sans elles nous pouvons garantir notre porcelaine.
Page 36
soutiendroit une verge de fer cinquante fois plus pesante.
Page 47
Couchez deux livres sur deux verres dos à dos, à la distance de deux ou trois pouces; mettez sur l'un la fiole électrisée, & touchez le fil-d'archal, ce livre sera électrisé _négativement_; le feu électrique en étant tiré par le fond de la bouteille, ôtez la bouteille, & la tenez à la main, touchez l'autre livre avec le fil-d'archal, ce livre sera électrisé positivement: le feu passant du fil-d'archal dans le livre, & votre main en refournissant en même tems à la bouteille; une petite boule de liége suspendue à un fil de soye jouëra entre ces deux livres jusqu'à ce que l'équilibre soit rétabli.
Page 54
pouces de distance, & qui se changeoit en un courant continu, pour peu que je l'approchasse davantage.
Page 60
45.
Page 61
.
Page 63
_ Voici le procedé.
Page 76
Maintenant je suppose que le verre dans ses premiers principes & dans la fournaise n'a pas plus de ce fluide électrique que toute autre matière commune; que lorsqu'il est soufflé, qu'il se refroidit, & que les particules de feu commun l'abandonnent, ses pores deviennent un vuide.
Page 90
108.
Page 97
personnes aveugles.
Page 110
Elme.
Page 126
Au bout de la ficelle près de la main, il faut noüer un cordon ou ruban de soye, & attacher une clef dans l'endroit où la soye & la ficelle se joignent.
Page 134
Que l'atmosphère autour du pot fût diminuée en enlevant la chaîne, & augmentée en la baissant, c'est une chose non-seulement conforme à la raison, puisque l'atmosphère de la chaîne doit être tirée de celle du pot quand elle.
Page 148
C'est pourquoi l'éloignement entre les boules augmentera à mesure que le fluide qui les entoure, augmente, & en général soit par l'approche, soit par l'éloignement de quelque corps, si la différence entre la densité du fluide intérieur & extérieur est augmentée ou diminuée, la répulsion des boules sera augmentée ou diminuée à proportion.
Page 149
_Septiéme Exp.
Page 151
Collinson a parlé de son dessein d'essayer le pouvoir d'un coup électrique très-fort sur un poulet-d'inde, ce Monsieur en conséquence a eu la bonté d'en envoyer une relation qui se .
Page 155
attaché à l'horloge, le reste étant sauté, & ses particules dissipées en fumée & en parties insensibles, comme il arrive à la poudre à canon à l'approche du feu ordinaire.
Page 157
31.