Expériences et observations sur l'électricité faites à Philadelphie en Amérique

By Benjamin Franklin

Page 105

passer au-dessous d'un nuage de mer fort
électrisé, l'attire à une très-grande distance.

22. Quand plusieurs nuages de mer rencontrent plusieurs nuages de terre,
le feu électrique s'élance de différens côtés, & les élancemens
continuënt jusqu'à ce que le feu électrique soit également répandu dans
tous ces nuages.

23. La distance où se font les élancemens du feu électrique étant
relative à l'étenduë des corps électrisés, si dans les expériences
électriques deux canons de fusil électrisés frappent à deux pouces de
distance & font un éclat & un bruit sensible, à quelle distance énorme
ne doivent pas être portés le coup, le bruit & le feu d'un nuage de dix
mille arpens électrisé?

24. Comme les courans d'air avec les nuages suivant des routes
différentes, il est aisé de concevoir comment les nuages passant les uns
sous les autres peuvent s'attirer réciproquement & s'approcher
suffisamment pour le choc électrique. On conçoit de même comment les
nuages électrisés peuvent être emportés sur les terres fort loin de la
mer sans aucun obstacle.

25. Le feu électrique n'est visible & ne se fait entendre que quand il
traverse l'air pour sauter d'un corps à un autre; on ne l'apperçoit
point le long d'un fil de fer dans les expériences électriques; & on le
voit le long d'une chaîne, parce qu'il saute de chaînon en chaînon. De
même le feu du tonnerre ne brille que quand il saute d'un nuage à un
autre. Quoique l'éclair & le coup partent en même tems, l'on ne voit le
premier avant d'entendre le second, que parce que la lumière vole plus
rapidement que le son; d'où il suit naturellement que l'on peut juger de
l'éloignement du tonnerre par la distance de l'éclair au bruit, & qu'il
n'y a jamais rien à craindre d'un éclat de tonnerre dont on a vû
l'éclair.

26. Une étincelle électrique tirée à quelque distance d'un corps
irrégulier par un autre corps pareil, paroît courbée & ondoyante dans
l'air; delà vient l'apparition de l'éclair en zic-zac.

27. Les éminences, les grands arbres & les édifices élevés sont les plus
exposés à être frappés du tonnerre; ainsi il est dangereux d'y chercher
un abri pendant l'orage.

28. Une autre raison pourquoi il vaudroit mieux être en rase campagne,
c'est que le feu électrique, s'il y atteignoit quelqu'un, pourroit
glisser sur ses habits mouillés, sans lui faire de mal. Un rat mouillé
ne peut être tué par l'explosion de la bouteille électrique.

29. Le feu électrique & le feu commun peuvent subsister, & subsistent
ensemble dans le même corps. Le premier agit sur le second; & une
quantité suffisante de l'un & de l'autre en

Last Page Next Page

Text Comparison with Franklin's Way to Wealth; or, "Poor Richard Improved"

Page 0
Illustrated by twenty-two Cuts on Wood.
Page 1
Virtue and Innocence, a Poem 1 0 The Economy of Human Life 1 0 Old Friends in a New Dress, or Selections from Esop's Fables, in Verse, 2 parts, plates 2 0 Little Jack Horner, in Verse, plain 1s.
Page 2
COURTEOUS READER, I HAVE heard that nothing gives an author so great pleasure, as to find his works respectfully quoted by others.
Page 3
] 'So what signifies wishing and hoping for better times? We may make these times better, if we bestir ourselves.
Page 4
" [Illustration] 'Methinks I hear some of you say, "Must a man afford himself no leisure?" I will tell thee, my friend, what Poor Richard says, "Employ thy time well, if thou meanest to gain leisure; and, since thou art not sure of a minute, throw not away an hour.
Page 5
A man may if he knows not how to save as he gets, "keep his nose all his life to the grindstone, and die not worth a groat at last.
Page 6
"If you would know the value of money, go and try to borrow some; for he that goes a borrowing, goes a sorrowing," as Poor Richard says; and, indeed, so does he that lends to such people, when he goes to get it in again.
Page 7
But poverty often deprives a man of all spirit and virtue.
Page 8
yet you are about to put yourself under that tyranny, when you run in debt for such dress! Your creditor has authority, at his pleasure, to deprive you of your liberty, by confining you in gaol for life, or by selling you for a servant, if you should not be able to pay him.
Page 9
and T.