Expériences et observations sur l'électricité faites à Philadelphie en Amérique

By Benjamin Franklin

Page 113

tems, on ne pût faire avec cette
électricité naturelle toutes les mêmes expériences que l'on fait avec
l'artificielle.

Il résulte de toutes les expériences & observations que j'ai rapportées
dans ce mémoire, & surtout de la dernière expérience faite à
Marly-la-Ville, que la matière du tonnerre est incontestablement la même
que celle de l'électricité. L'idée qu'en a euë M. Franklin cesse d'être
une conjecture; la voilà devenuë une réalité, & j'ose croire que plus on
approfondira tout ce qu'il a publié sur l'électricité, plus on
reconnoîtra combien la Physique lui est redevable pour cette partie.

Il ne me reste plus qu'à dire quelque chose des avantages qu'on peut
retirer de cette importante découverte. Puisqu'il est bien reconnu
qu'une pointe métallique présentée à quelque distance vis-à-vis d'un
corps actuellement électrisé en tire le feu, & le décharge entiérement
sans bruit, sans explosion & sans commotion: puisqu'il est également
vérifié qu'une verge de fer présentant sa pointe bien acérée vers un
nuage chargé de tonnerre, tire en silence la matière électrique de ce
nuage, dès qu'il est assez proche pour que la verge se trouve dans on
atmosphère électrique, cette verge suffira pour le décharger entiérement
de tout le feu qui y est retenu, & elle opérera ce bon effet d'autant
plus surement & plus facilement que la nuée orageuse sera plus près &
plus long-tems à passer à portée de la pointe.

Delà résultent les avantages infinis de dissiper presque à volonté la
matière du tonnerre, & de préserver de ses atteintes les édifices tant
publics que particuliers. Je suis persuadé que, si au lieu de terminer,
comme on le fait ordinairement, les toits des pavillons, des tours, des
clochers & les mâts des vaisseaux &c. par des giroüettes, par des coqs,
par des croix, par des perroquets, &c. On y dressoit des pointes
métalliques de la manière dont il a été expliqué ci-devant, on
garantiroit ces édifices de la foudre. Dans la supposition même où ces
pointes ainsi élevées, en tirant le feu des nuages orageux, en seroient
assaillies par une quantité excessive, ou, pour me servir des
expressions usitées, quand ces pointes fendroient la nuë, & attireroient
sur elles un orage tout entier, le fil de fer attaché à leur extrémité
inférieure suffiroit pour conduire ce feu jusqu'à la terre ou à l'eau au
dehors des édifices, sans que la foudre pût leur toucher; la raison m'en
paroît évidente. Comme le métal est moins électrique, & par-là plus
perméable à l'électricité que les pierres, les bois & les autres
matériaux qui entrent dans la construction d'un bâtiment; le feu
électrique ne quittera point cette route que quand elle

Last Page Next Page

Text Comparison with Franklin's Way to Wealth; or, "Poor Richard Improved"

Page 0
_Just Published_, A GRAMMATICAL CATECHISM for the use of Schools, upon the plan of Lindley Murray.
Page 1
with Biographical and Interesting Anecdotes 1 6 Watt's Catechism and Prayers, in 1 vol.
Page 2
However, let us hearken to good advice, and something may be done for us; "God helps them that help themselves," as Poor Richard says.
Page 3
--How much more than is necessary do we spend in sleep! forgetting that, "the sleeping fox catches no poultry, and that there will be sleeping enough in the grave," as Poor Richard says.
Page 4
" [Illustration] 'Methinks I hear some of you say, "Must a man afford himself no leisure?" I will tell thee, my friend, what Poor Richard says, "Employ thy time well, if thou meanest to gain leisure; and, since thou art not sure of a minute, throw not away an hour.
Page 5
" "If you would be wealthy, think of saving, as well as of getting.
Page 6
Remember what poor Richard says, "Buy what thou hast no need of, and ere long thou shalt sell thy necessaries.
Page 7
But, ah! think what you do when you run in debt; you give to another power over your liberty, If you cannot pay at the time, you will be ashamed to see your creditor; you will be in fear when you speak to him; you will make poor pitiful sneaking excuses, and, by degrees, come to lose your veracity, and sink into base, downright lying; for, "The second vice is lying, the first is running in debt," as Poor Richard says; and again, to the same purpose, "Lying rides upon Debt's back:" whereas a free-born Englishman ought not to be ashamed nor afraid to see or speak to any man living.
Page 8
Remember, Job suffered, and was afterwards prosperous.
Page 9
The people heard it, and approved the doctrine, and immediately practised the contrary, just as if it had been a common sermon; for the auction opened, and they began to buy extravagantly.