Expériences et observations sur l'électricité faites à Philadelphie en Amérique

By Benjamin Franklin

Page 12

été attirée,
repoussée & soutenuë en l'air au-dessus du globe de soufre, M. Dufay
observa que la feüille d'or alla s'attacher à un morceau de gomme-copal
qu'il lui présentoit & y demeura. Cela lui fit soupçonner que
l'électricité de la gomme-copal étoit différente par sa nature de
l'électricité du verre, puisque l'une attiroit ce que l'autre
repoussoit. Cette observation le porta à faire plusieurs autres
expériences, d'où il crut pouvoir conclure qu'il y avoit en effet deux
sortes d'électricités. Il nomma l'une vitrée & l'autre résineuse; mais
les Physiciens n'ont pas admis cette distinction. On verra cependant
dans la suite de cet ouvrage qu'elle est bien fondée, & qu'un globe de
soufre détruit l'effet d'un globe de verre.

M. Dufay répétant de même l'expérience de M. Gray, dans laquelle on
électrise un enfant suspendu sur des cordons de crin ou de soye, &
s'étant mis lui-même à la place de l'enfant; quelqu'un voulut ramasser
une feüille d'or qui s'étoit attachée à sa jambe; dans l'instant ils
sentirent l'un à la jambe & l'autre au doigt une douleur comme une
piqûre, & l'on entendit un pétillement semblable à celui du tube
lorsqu'on en approche le doigt. Cette douleur & ce pétillement sont
accompagnés d'une étincelle visible même en plein jour.

Cette étincelle n'avoit été regardée jusques-là que comme la lumière de
certains phosphores qui ne brûlent point, tels que le bois pourri & les
vers luisans: mais la douleur fit penser à M. Dufay que l'électricité
étoit un véritable feu. On s'est appliqué depuis à en rendre les effets
plus sensibles.

Les Physiciens d'Allemagne profitant de tout ce qui avoit été découvert
avant eux sur le sujet de l'électricité, imaginèrent de reprendre le
globe de verre, dont Hauksbée n'avoit pas tiré un meilleur parti que du
tube & qu'il avoit abandonné trop légèrement. Ce qui les y engagea fut
sans doute la réflexion que le verre étant plus électrique, un globe de
cette matière doit produire de plus grands effets que le globe de soufre
d'Otto de Guerike, & qu'étant susceptible d'une friction plus rapide &
plus long-tems continuée, l'usage de ce globe devoit être plus facile &
plus avantageux que celui du tube de Hauksbée. Ils employèrent des
globes & des rouës plus grandes & les disposèrent de la même manière que
la meule & la rouë dont se servent les Couteliers. Par ce moyen ils
réussirent d'abord à rendre beaucoup plus sensibles tous les phénomènes
de l'électricité déjà connus. Ils firent encore de très-belles
découvertes dont les Journaux d'Allemagne de 1745. ont rendu compte, &
dont on ne rapportera ici qu'une seule.

Si, en faisant tourner & frotter le

Last Page Next Page

Text Comparison with Benjamin Franklin and the First Balloons

Page 0
Drafts of three of the letters are deposited in the University of Pennsylvania, but the existence of one letter and the whereabouts of another were unknown to the late Mr.
Page 1
Montgolfier, of Annonay, was repeated by M.
Page 2
One of 38 feet Diameter is preparing by Mr.
Page 3
One has ordered four of 15 feet Diameter each; I know not with what Purpose; But such is the present Enthusiasm for promoting and improving this Discovery, that probably we shall soon make considerable Progress in the art of constructing and using the Machines.
Page 4
It was supposed to have risen about 200 Toises: But did not continue long at that height, was carried horizontally by the Wind, and descended gently as the Air within grew cooler.
Page 5
Some of the larger Balloons that have been up are preparing to be sent up again in a few Days; but I do not hear of any material improvements yet made either in the mechanical or Chemical parts of the Operation.
Page 6
Probably while they were employed in keeping up the Fire, the Machine might turn, and by that means they were _desorientes_ as the French call it.
Page 7
so high that they could not see them.
Page 8
In this Country we are not so much afraid of being laught at.
Page 9
(THE SECOND AERIAL VOYAGE BY MAN.
Page 10
I had a Pocket Glass, with which I follow'd it, till I lost Sight, first of the Men, then of the Car, and when I last saw the Balloon, it appear'd no bigger than a Walnut.
Page 11
Tuesday Evening.
Page 12
Le Taffetas etoit roussi aux deux Extremites.
Page 13
_ Smyth states that he reproduced this letter from my press-copy but he omits the capital letters and the contractions in spelling, as well as the references "A" and "B," which are given by Bigelow with the remark that the drawings were not found.
Page 14
16, there are several missing accents that might have been in the original French document, in "desorientes", "operation", "deja", "depart", "detache" and "extremites".