Expériences et observations sur l'électricité faites à Philadelphie en Amérique

By Benjamin Franklin

Page 137

couverture;
elle suit l'or par le plus long chemin autour de la couverture plûtôt
que de prendre le plus court au travers de cette couverture, qui n'est
pas un si bon conducteur. Mais dans cette ligne d'or le métal est d'une
finesse si grande, que ce n'est presque que la couleur de l'or; sur la
couverture d'un livre _in-8º_. il n'y a pas un pouce quarré, & par
conséquent pas la trente-sixiéme partie d'un grain suivant Mr. de
Reaumur. Cependant elle est suffisante pour conduire la charge de cinq
gros vases, & je ne sçais de combien davantage. Présentement je suppose
qu'un fil-d'archal du quart d'un pouce de diamètre contient environ
5000. fois autant de métal qu'il y en a dans cette ligne d'or, & si cela
est, il conduira la charge de 25000. vases de verre pareils, quantité
que j'imagine bien supérieure à ce qu'il y en a jamais eu dans aucun
coup de tonnerre naturel. Mais une verge du diamètre d'un demi-pouce en
conduiroit quatre fois autant que celle d'un quart.

Et à l'égard du conducteur, quoiqu'il faille une certaine épaisseur de
métal pour conduire un grande quantité d'électricité & en même tems
conserver sa propre substance ferme & réunie, & qu'une moindre
épaisseur, comme par exemple un très-petit fil-d'archal, soit détruite
par l'explosion; cependant un pareil petit fil auroit suffi pour
conduire ce coup, quoiqu'il devienne incapable d'en conduire un autre.
Et considérant l'extrème rapidité avec laquelle le fluide électrique
court sans explosion quand il a un passage libre ou une communication de
métal parfait; je penserois qu'une grande quantité seroit conduite en
peu de tems à un nuage ou tirée d'un nuage pour rétablir son équilibre
avec la terre par le moyen d'un très-petit fil de fer, & par conséquent
des verges épaisses ne paroissent pas si nécessaires. Quoiqu'il en soit,
comme la quantité de tonnerre déchargée dans un coup ne peut pas se bien
mesurer, & qu'elle est certainement très-différente en différens coups,
plus grande dans quelques-uns que dans d'autres, & comme le fer (le
meilleur métal pour cet usage, étant le moins propre à se fondre,) est à
bon marché, il n'y a point d'inconvénient d'avoir un plus gros canal
pour conduire ce coup impétueux que nous ne le jugeons nécessaire; car
quoiqu'un fil-d'archal moyen puisse suffire, deux ou trois ne peuvent
pas nuire. Le tems & des observations exactes bien comparées indiqueront
à la fin la grosseur convenable avec une plus grande certitude.

Les verges pointuës élevées sur les édifices peuvent de même prévenir
souvent un coup de la manière suivante. Un oeil placé de façon qu'il
voye horizontalement le dessous

Last Page Next Page

Text Comparison with Expériences et observations sur l'électricité faites à Philadelphie en Amérique

Page 3
Franklin a suivie à l'imitation du grand Newton & des plus excellens Physiciens, méthode qui doit suffire pour prévenir le public en faveur de l'ouvrage qu'on lui présente.
Page 22
Conduit par cette observation & par une infinité d'autres rapprochées avec sagacité, il découvre une analogie surprenante entre l'électricité & la foudre: il fait voir par des raisons solides que le feu électrique & le feu du ciel sont le même élément bien différent du feu commun, quoiqu'il puisse le produire.
Page 29
688.
Page 37
C.
Page 42
a donc raison de la mettre dans la situation la plus favorable à ses vuës, lorsqu'il veut.
Page 49
Nous supposons, comme ci-dessus, que le feu électrique est un élément commun, dont chacune des trois personnes susdites a une portion égale avant le commencement de l'opération avec le tube: A, qui est sur un gâteau de cire, & qui frotte le tube, rassemble de son corps dans le verre le feu électrique; & sa communication avec le magazin commun étant interceptée par la cire, son corps ne recouvre pas d'abord ce qui lui en manque.
Page 52
] AUTRES EXPÉRIENCES _Qui prouvent que la bouteille de Leyde ne contient pas plus de feu électrique, lorsqu'elle est chargée, ni moins, lorsqu'elle est déchargée, qu'auparavant: que dans la décharge le feu ne sort point du fil-d'archal & des côtés en même-tems, comme quelques-uns l'ont pensé; mais que les côtés reçoivent toujours ce qui est déchargé par le fil-d'archal, ou une égale quantité; la surface extérieure étant toujours dans un état négatif d'électricité, tandis que la surface intérieure est dans un état positif.
Page 53
Voici quelques maximes générales tirées de mes remarques sur les différentes expériences que j'ai tentées pour épuiser le coussin, qui pourront le faire connoître.
Page 57
123.
Page 78
Dans le croissant antérieur le feu passe du coussin dans le verre: dans l'autre il quitte le verre & retourne dans la partie postérieure du coussin.
Page 111
le Prieur de Marly fit partir le sieur Coiffier lui-même pour m'apporter la lettre suivant qu'il m'écrivit à la hâte.
Page 115
le Monnier, Médecin de S.
Page 117
des Sc.
Page 118
S'il est vrai que le tonnerre puisse produire ces mauvais effets; il est assez vraisemblable qu'un morceau de fer ou d'autre métal peut les prévenir.
Page 120
Quelque préparé que l'on soit au bruit que doit produire cette inflammation, on en est toujours surpris, mais ce n'est pas ce qu'il y a à craindre dans cette expérience.
Page 127
A.
Page 137
Et considérant l'extrème rapidité avec laquelle le fluide électrique court sans explosion quand il a un passage libre ou une communication de métal parfait; je penserois qu'une grande quantité seroit conduite en peu de tems à un nuage ou tirée d'un nuage pour rétablir son équilibre avec la terre par le moyen d'un très-petit fil de fer, & par conséquent des verges épaisses ne paroissent pas si nécessaires.
Page 146
C'est une petitesse dont on ne doit pas charger un galant homme qui n'a pas marqué tant de partialité que l'Abbé dans la relation de ses expériences.
Page 148
boules restent séparées d'un pouce & demi ou de deux pouces, alors à l'approche du tube frotté elles perdront par dégré leur vertu répulsive & viendront en contact: & à mesure qu'on approche toujours le tube davantage, elles se sépareront encore à une aussi grande distance qu'auparavant: au retour du tube elles s'approcheront jusqu'à se toucher, & se repousseront ensuite comme en premier lieu.
Page 151
Franklin dans une première Lettre à M.