Expériences et observations sur l'électricité faites à Philadelphie en Amérique

By Benjamin Franklin

Page 139

coups & le pétillement de la
matière électrique entre les timbres furent si forts qu'on les entendit
dans toute la maison; mais selon toutes ses observations les nuages
furent constamment dans un état négatif jusques il y a environ six
semaines; il trouva un jour qu'ils passèrent dans quelques minutes du
négatif au positif. Environ huit jours après il fit une autre
observation de la même sorte, & le soir de lundi dernier le vent sud-est
soufflant fortement en tournant au nord-est & chassant beaucoup de
nuages épais, il y eut cinq ou six passages successifs du négatif au
positif, & du positif au négatif, les timbres s'arrêtant une minute ou
deux entre chaque changement. Outre les méthodes rapportées dans mon
écrit de Septembre dernier pour découvrir l'état électrique des nuages,
on peut se servir de la suivante. Quand vos timbres sonnent, passez un
tube frotté près du bord du timbre attaché à votre verge pointuë, si le
nuage est alors dans un état négatif, la sonnerie s'arrêtera; s'il est
dans un positif elle continuëra & sera peut-être plus vive. Ou bien
suspendez une très-petite boule de liége à un fil de soye fine, ensorte
qu'elle pende tout près du bord du timbre de la verge. Alors dès que le
timbre est électrisé positivement ou négativement, la petite boule est
repoussée & reste à quelque distance du timbre. Ayez tout prêt un
bouchon de flacon en verre & à tête ronde, frottez-le sur votre côté
jusqu'à ce qu'il soit électrisé, ensuite présentez-le à la boule de
liége; si l'électricité dans la boule est positive elle sera repoussée
du bouchon de verre aussi bien que du timbre. Si elle est négative elle
sera attirée vers le bouchon.




_LETTRE XIV._

_Remarques sur les Lettres de l'Abbé Nollet sur l'Électricité, à B.
Franklin Écuyer à Philadelphie, par M. David Colden de la nouvelle York,
à Coldenham dans la nouvelle York, le 4. Décembre 1753._


MONSIEUR,

En examinant les lettres de l'Abbé Nollet à M. Franklin, je suis obligé
de lui passer toutes les expériences qui se font avec ou dans des
bouteilles scellées hermétiquement ou vuidées d'air, parce que n'étant
pas en état de répéter les expériences, je ne pourrois pas appuyer par
des preuves tirées de l'expérience certaines idées qui se sont
présentées à moi là-dessus; c'est pourquoi le premier point sur lequel
j'ose ouvrir mon sentiment est dans la quatriéme lettre de l'Abbé, _pag.
66._ où il essaye de prouver que la matière électrique passe d'une
surface à l'autre à travers l'épaisseur entière du verre; il prend
l'expérience du tableau magique de M. Franklin, & parle ainsi: Lorsque
vous électrisez ainsi

Last Page Next Page

Text Comparison with Vie de Benjamin Franklin, écrite par lui-même - Tome II suivie de ses œuvres morales, politiques et littéraires

Page 4
Lord Chesterfield fit plaisamment la critique de cette nouvelle méthode.
Page 17
Le seul commerce du sucre emploie mille vaisseaux, et celui du tabac presqu'autant.
Page 24
»Leur condition est-elle donc devenue pire, parce qu'ils sont tombés entre nos mains? Non.
Page 29
SUR.
Page 30
À BENJAMIN VAUGHAN.
Page 31
On demandoit à ce voleur ce qu'il avoit à dire pour n'être pas condamné à mort.
Page 33
Un voleur de grands chemins n'est pas moins voleur, quand il dérobe avec une bande de ses camarades, que quand il est seul; et un peuple qui fait une guerre injuste, n'est qu'une grande bande de voleurs.
Page 34
Dans nos colonies, un nègre esclave à qui son maître ordonne de voler et d'assassiner son voisin, ou de commettre quelqu'autre action criminelle, peut le refuser; et le magistrat le protége en applaudissant à son refus.
Page 39
»Au commencement du monde, nos pères ne se nourrissoient que de la chair des animaux; et quand leur chasse n'étoit pas heureuse, ils mouroient de faim.
Page 52
Plusieurs personnes en Europe, sachant que l'auteur de cet avis connoît très-bien l'Amérique septentrionale, lui ont parlé ou écrit pour lui communiquer l'intention où elles sont d'aller s'y établir.
Page 62
[40] Franklin ne cite pas très-exactement cette anecdocte, qui se trouve dans les _Mémoires de madame de Stalh_, née mademoiselle Delaunay.
Page 77
»La cour de la Grande-Bretagne maintient que les cinq Nations des Iroquois, reconnues par la France, sont originairement, ou par droit de conquête, les légitimes propriétaires de la rivière de l'Ohio et de tout le pays mentionné dans son mémoire; et quant au territoire que ces Indiens ont cédé à la Grande-Bretagne, ce qui, il faut l'avouer, est la manière la plus juste et la plus légale de faire une acquisition de cette nature, elle le réclame, parce qu'il lui appartient,.
Page 81
Walpole.
Page 118
Je n'ignore pas qu'en venant en Amérique, vous avez eu pour principal motif l'espoir d'opérer une réconciliation; et je crois que quand vous aurez vu que, d'après les propositions qu'on vous a laissé la liberté de faire, cette réconciliation est impossible, vous abandonnerez l'odieux commandement dont vous vous êtes chargé, et vous retournerez à une vie privée, bien plus honorable.
Page 122
--Les fils et petits-fils du maître de la maison travailloient au métier.
Page 123
La fécondité du sol de l'Amérique, l'abondance et la variété de ses productions, l'activité et l'industrie de ses habitans, et la liberté du commerce dont l'indépendance américaine occasionnera tôt ou tard l'établissement.
Page 127
sais bien moi, que ce qui n'est pas trop boire ni trop manger, pour un homme qui fait raisonnablement d'exercice, est trop pour un homme qui n'en fait point.
Page 128
Dieu n'a pas donné des voitures à roues à tout le monde: mais il a donné à chacun deux jambes, qui sont des machines infiniment plus commodes et plus serviables.
Page 135
Luthérien.
Page 149
Eh bien! puisque vous êtes votre propre maître, rougissez lorsque vous vous surprenez vous-même dans l'oisiveté, tandis que vous avez tant à faire pour vous-même, pour votre famille, pour votre patrie.