Expériences et observations sur l'électricité faites à Philadelphie en Amérique

By Benjamin Franklin

Page 151

demi-heure, les
boules se réunissant chaque fois & restant en contact quelques secondes
avant qu'elles se repoussent de nouveau l'une l'autre. On peut de même
découvrir aisément avec une bouteille chargée si le feu électrique est
tiré de l'appareil par un nuage négatif ou s'il y est poussé par un
positif, & quelque soit celui par lequel il sera électrisé, soit que ce
nuage se sépare de son surplus, soit que son défaut soit remplacé sur le
champ, l'appareil perdra son électricité. On remarque que c'est souvent
le cas après un éclair: cependant quand l'air est bien sec, l'appareil
continuëra d'être électrisé pendant dix minutes ou un quart-d'heure
après que les nuages ont passé le zénith, & quelquefois jusqu'à ce
qu'ils paroissent à plus de moitié chemin vers l'horizon: la pluye
surtout, quand les goutes sont grosses, fait communément descendre le
feu électrique; & la grêle en été n'y manque jamais à mon avis. Quand
l'appareil fut électrisé la dernière fois, ce fut par la chûte d'une
neige fonduë, ce qui arriva dernièrement environ le 12. de Novembre;
c'étoit le vingt-sixiéme jour & la soixante-uniéme fois qu'il avoit été
électrisé depuis qu'il avoit été élevé, c'est-à-dire vers le milieu de
Mai, & comme le thermomètre de Fahrenheit n'étoit que de sept degrés
au-dessus de la congélation, on présume que l'hyver n'interrompra pas
entièrement les opérations de cette sorte. À Londres il n'arriva que
deux orages de tonnerre pendant tout l'été, & l'appareil fut quelquefois
si fortement électrisé pendant l'un, que les timbres qui ont souvent été
sonnés par les nuages assez fort pour être entendus dans toutes les
chambres de la maison (les portes étant ouvertes) furent tenus en
silence par le cours presque continuel d'un feu électrique dense entre
chaque timbre & la boule de cuivre, qui ne la laissoit pas frapper.

Je terminerai cet écrit déjà trop long par les deux questions suivantes.

1º. L'air raréfié tout-à-coup ne peut-il pas donner le feu électrique
aux nuages & aux vapeurs qui le traversent, & lorsqu'il est condensé
soudain, ne peut-il pas le recevoir d'eux?

2º. L'aurore boréale n'est-elle point l'élancement du feu électrique des
nuages positifs aux négatifs à une grande distance dans la partie
supérieure de l'atmosphère où la résistance est moindre?





APPENDIX.

_Comme M. Franklin dans une première Lettre à M. Collinson a
parlé de son dessein d'essayer le pouvoir d'un coup
électrique très-fort sur un poulet-d'inde, ce Monsieur en
conséquence a eu la bonté d'en envoyer une relation qui se

Last Page Next Page

Text Comparison with The Complete Works in Philosophy, Politics and Morals of the late Dr. Benjamin Franklin, Vol. 1 [of 3]

Page 1
_ _The character of Dr.
Page 21
My vanity was flattered by this success; but my father checked my exultation, by ridiculing my productions, and telling me that versifiers were always poor.
Page 34
Keimer also made verses, but they were indifferent ones.
Page 39
He was then a sober and industrious lad; his knowledge had gained him a very general esteem, and he seemed to promise to make an advantageous figure in society.
Page 40
You shall row for me, said he, till we get home.
Page 93
Peters has taken ten.
Page 135
through the substance of the glass, but must be done by a non-electric communication formed without, from surface to surface.
Page 149
43.
Page 159
from the stroke of lightning, by directing us to fix on the highest parts of those edifices, upright rods of iron made sharp as a needle, and gilt to prevent rusting, and from the foot of those rods a wire down the outside of the building into the ground, or down round one of the shrouds of a ship, and down her side till it reaches the water? Would not these pointed rods probably draw the electrical fire silently out of a cloud before it came nigh enough to strike, and thereby secure us from that most sudden and terrible mischief? 21.
Page 164
But, if the electrical fluid so easily pervades glass, how does the phial become _charged_ (as we term it) when we hold it in our hands? Would not the fire, thrown in by the wire, pass through to our hands, and so escape into the floor? Would not the bottle in that case be left just as we found it, uncharged, as we know a metal bottle so attempted to be charged would be? Indeed, if there be the least crack, the minutest solution of continuity in the glass, though it remains so tight that nothing else we know of will pass, yet the extremely subtile electric fluid flies through such a crack with the greatest freedom, and such a bottle we know can never be charged: what then makes the difference between such a bottle and one that is sound, but this, that the fluid can pass through the one, and not through the other[51]? 29.
Page 212
Too great charge might, indeed, kill a man, but I have not yet seen any hurt done by it.
Page 216
3.
Page 220
Supposing then, that the velocity of the electric fire be the same as that of light, it will go through a space equal to the earth's diameter in about 2/60 of one second of a minute.
Page 228
FOOTNOTE: [75] James Alexander.
Page 237
_ _London, Feb.
Page 265
stroke of lightning than our common dwellings.
Page 266
_ [82] Notre curiosité pourroit peut-être s'applandir des recherches qu'elle nous a fait faire sur la nature du tonnerre, & sur la mécanisme de ses principaux effets, mais ce n'est point ce qu'il y a de plus important; il vaudroit bien mieux que nous puissions tronver quelque moyen de nous en garantir: on y a pensé; on s'est même flatté d'avoir fait cette grande découverte; mais malheureusement douze années d'épreuves & un peu.
Page 284
At a certain period, the cohesion is weakened and in its progress towards putrefaction, which tends to produce a total separation, the flesh becomes what we call tender, or is in that state most proper to be used as our food.
Page 292
Trans.
Page 308
draws electricity from the clouds, 428.