Expériences et observations sur l'électricité faites à Philadelphie en Amérique

By Benjamin Franklin

Page 46

suit de là qu'on ne sçauroit électriser une
bouteille qui est sale ou humide en dehors, surtout si cette humidité
monte jusqu'au liége ou au fil-d'archal.

»À prendre les choses à la rigueur, Mr. L. N. a raison de dire, contre
l'assurance de Mr. Franklin, qu'il n'est pas impossible de charger une
bouteille préparée comme on vient de l'expliquer; j'en avois fait
l'expérience de diverses manières long-tems avant d'avoir vû les lettres
de l'académicien; je l'avois même poussée plus loin, puisque j'étois
venu à bout de charger & de décharger la bouteille par parties,
c'est-à-dire à plusieurs reprises, il ne s'agit pour cela que d'avoir
une fiole fort allongée, de l'entourer de plusieurs bandes ou ceintures
de métal parallèles, & assez éloignées pour que l'étincelle électrique
ne puisse sauter de l'une à l'autre, & de ne pas forcer en
l'électrisant. L'expérience qu'on nous oppose revient au même, elle
réussit quand la main qui soutient la bouteille ne touche pas à la
ceinture métallique, & qu'on ne force pas l'électrisation au point que
le feu puisse franchir l'espace vuide qui se trouve entr'elles, elle ne
réussiroit pas autrement.

»Quoi qu'il en soit, je ne trouve pas que le succès de cette expérience
prouve beaucoup contre la proposition de Mr. Franklin: il n'en reste pas
moins vrai que la bouteille ne se chargera point tant qu'il y aura une
communication exactement établie entre son intérieur & sa doublure
extérieure. Il faut toujours regarder la main qui lui est appliquée,
comme faisant partie de cette doublure; si elle est assez écartée de la
ceinture métallique pour que le feu ne puisse passer de l'une à l'autre,
la bouteille pourra se charger foiblement; mais ce ne sera jamais mais
que dans la partie qui est couverte par la main, & point du tout dans la
partie qui est couverte par la bande de métal.»


EXPÉRIENCE VI.

Placez un homme sur un gâteau de cire, & donnez-lui à toucher le
fil-d'archal de la fiole électrisée, que vous tiendrez à la main
demeurant debout sur le plancher; à chaque fois qu'il le touchera, il
sera électrisé de _plus_ en _plus_, & quiconque sera sur le plancher
pourra tirer de lui une étincelle. Le feu dans cette expérience passe du
fil-d'archal dans son corps, & passe en même tems de votre main dans la
partie extérieure de la bouteille.


EXPÉRIENCE VII.

Donnez-lui à tenir la fiole électrisée, & touchez le fil-d'archal; à
chaque fois que vous le toucherez, il sera électrisé de _moins_ en
_moins_, & pourra tirer une étincelle de chacun de ceux qui sont sur le
plancher. Ici le feu passe du fil-d'archal dans vous,

Last Page Next Page

Text Comparison with Franklin's Way to Wealth; or, "Poor Richard Improved"

Page 0
Hence it is, that Poor Richard is so often quoted, and that, in the present title, he is said to be improved.
Page 1
half bound 1 0 Wonders of the Horse, recorded in Anecdotes, Prose and Verse, by Joseph Taylor 2 6 Tales of the Robin & other Small Birds, in Verse, by Joseph Taylor 2 6 Instructive Conversation Cards, consisting .
Page 2
'It would be thought a hard government that should tax its people one-tenth part of their time to be employed in its service: but idleness taxes many of us much more; sloth, by bringing.
Page 3
" Nor will the bailiff or the constable enter, for "industry pays debts, while despair increaseth them.
Page 4
" [Illustration] 'Methinks I hear some of you say, "Must a man afford himself no leisure?" I will tell thee, my friend, what Poor Richard says, "Employ thy time well, if thou meanest to gain leisure; and, since thou art not sure of a minute, throw not away an hour.
Page 5
" You may think perhaps, that a little tea, or a little punch now and then, diet a little more costly, clothes a little finer, and a little entertainment now and then, can be no great matter; but remember, "Many a little makes a mickle.
Page 6
" Again, "It is foolish to lay out money in a purchase of repentance;" and yet this folly is practised every day at auctions, for want of minding the Almanack.
Page 7
1, 1805.
Page 8
And when you have got the Philosopher's stone, sure you will no longer complain of bad times, or the difficulty of paying taxes.
Page 9
--I am, as ever, thine to serve thee, RICHARD SAUNDERS.