Expériences et observations sur l'électricité faites à Philadelphie en Amérique

By Benjamin Franklin

Page 71

deux balles vous en mettez huit, quatre communiquant avec la
surface supérieure & quatre avec la surface inférieure, placées
alternativement; lesquelles huit étant environ à six pouces de distance,
complettent la circonférence, la force & la vitesse seront de beaucoup
augmentées, la roue faisant cinquante tours dans une minute, mais elle
ne continuera pas à tourner si long-tems...... On pourroit peut-être
appliquer ces roues à la sonnerie d'un petit carillon[25], & faire par
leur moyen mouvoir de petits planétaires fort légers.

[Note 25: On l'a exécuté depuis.]

57. Courbez un fil-d'archal circulairement avec un tenon à chaque
extrémité; appuyez-en une extrémité contre la surface inférieure de la
roue, & amenez l'autre extremité à la surface supérieure, il en
résultera un craquement terrible, & la force sera déchargée.

58. Chaque étincelle ainsi tirée de la surface de la roue fait un trou
rond dans la dorure, perçant, lorsqu'elle sort, une partie de cette
dorure, ce qui montre que le feu n'est pas accumulé sur la dorure, mais
qu'il est contenu dans le verre même.

59. La dorure étant vernissée avec un vernis à la térébentine, le
vernis, quoique dur & sec, est brûlé par l'étincelle que l'on tire au
travers, & répand une odeur forte, & une fumée visible. Lorsque
l'étincelle est tirée à travers le papier, tout autour du trou qu'elle a
fait, le papier se trouve noirci par la fumée, qui quelquefois même
pénètre plusieurs feuilles. On trouve aussi une partie de la dorure
emportée, après avoir été poussée avec force dans le trou fait au papier
par le coup.

60. On remarque avec étonnement la quantité de feu électrique qui peut
résider dans la plus petite portion de verre. Une bouteille de verre des
plus minces d'environ un pouce de diamètre, pésant seulement six grains,
à demi-pleine d'eau, en partie dorée sur le dehors, & garnie d'un
crochet de fil-d'archal, donne, lorsqu'elle est électrisée, un aussi
grand coup qu'un homme puisse le supporter. Comme le verre a le plus
d'épaisseur vers l'orifice, je présume que la moitié inférieure, qui
étant dorée, a été électrisée, & a donné le coup, n'excède pas 2.
grains; car il paroît, lorsqu'elle est rompue, qu'elle est beaucoup plus
mince que la moitié supérieure. Si une de ces bouteilles minces est
électrisée par le côté, & que l'étincelle soit tirée à travers la
dorure, le verre sera brisé au dedans en même temps que la dorure le
sera au dehors.

61. En supposant (pour les raisons ci-dessus alléguées §. 42. 43. 44.)
qu'il n'y a pas plus de feu électrique dans la bouteille après sa charge
qu'auparavant, combien grande ne doit pas être la

Last Page Next Page

Text Comparison with Vie de Benjamin Franklin, écrite par lui-même - Tome II suivie de ses œuvres morales, politiques et littéraires

Page 17
Le seul commerce du sucre emploie mille vaisseaux, et celui du tabac presqu'autant.
Page 20
plus heureuses en achetant de jolis bonnets, mais parce que cela procuroit aussi aux Philadelphiennes, une provision de gants chauds.
Page 21
Mais, si en nourrissant ma famille, j'en occupe une partie à filer, l'autre à faire des briques et d'autres matériaux pour bâtir, le prix de mon bled me restera, et au bout de l'an, nous serons tous mieux vêtus et mieux logés.
Page 22
Presque toutes les parties de notre corps nous obligent à quelque dépense.
Page 25
»Ne prêtons donc plus l'oreille à la détestable proposition d'affranchir les esclaves chrétiens.
Page 38
C'est pure civilité.
Page 42
Nous, habitans des colonies, nous n'avons jamais prétendu être exempts de contribuer aux dépenses nécessaires au maintien de la prospérité de l'empire.
Page 43
Il ne seroit même pas aisé d'engager nos colons à les abandonner, quand une amitié plus sincère que jamais succéderoit à la querelle qui nous divise.
Page 60
--Mais quoique beaucoup de gens ne doutent pas plus de leur propre infaillibilité que les catholiques de celle de leur église, peu d'entr'eux ne l'avouent pas aussi naturellement qu'une dame française, qui, dans une petite dispute qu'elle avoit avec sa soeur, lui disoit:--«Je ne sais pas, ma.
Page 63
SECONDE CLASSE.
Page 91
est d'une très-bonne qualité, et qu'il croît spontanément sur les bords de l'Ohio, ainsi que nous l'avons avancé.
Page 98
Or, ce dernier.
Page 103
--Vous nous avez souvent dit que vous aviez des loix pour gouverner votre nation; mais nous ne voyons pas qu'en effet vous en ayez.
Page 112
Mais payer des taxes directes et très-fortes, sans avoir aucune part à leur établissement, taxes qui peuvent nous sembler aussi inutiles qu'onéreuses, c'est sans doute, une mesure trop cruelle pour des Anglais, qui ne peuvent croire qu'en hasardant leur fortune et leur vie pour conquérir, défricher des contrées nouvelles, et étendre l'empire et le commerce de leur patrie, ils ont perdu leurs droits naturels.
Page 120
--Quoique les ouvriers de Manchester et de Norwich, et ceux d'Amiens et d'Abbeville, soient occupés du même genre de travail, le salaire des premiers est bien plus considérable que celui des autres; et cependant, à qualité égale, les étoffes de laine de Manchester et de Norwich sont moins chères que celles d'Amiens et d'Abbeville.
Page 133
_) LE PAPIER, POËME.
Page 135
LE SECOND.
Page 140
| | | | | | | | |------|------|------|------|------|------|------| Application.
Page 149
--Il est vrai, qu'il y a beaucoup à faire, et peut-être manquez-vous de force.
Page 150
la pierre.