Expériences et observations sur l'électricité faites à Philadelphie en Amérique

By Benjamin Franklin

Page 77

peut faire, & par
ce moyen elles agissent l'une sur l'autre. Les particules du fluide
électrique ont une mutuelle répulsion, mais par le pouvoir d'attraction
dans le verre, elles sont condensées, ou plus rapprochées l'une de
l'autre. Lorsque le verre a reçu, & que par son attraction il a condensé
autant de ce fluide électrique, que la force d'attraction & de
condensation dans l'une est égale à la force d'expension dans l'autre,
il ne peut plus s'en imbiber, & cela reste constamment sa quantité
totale. Mais chaque surface en recevroit plus, si la répulsion de ce qui
est dans la surface opposée ne résistoit à son entrée. Les quantités de
ce fluide dans chaque surface étant égales, leur action répulsive l'une
sur l'autre est égale, & par conséquent celles d'une surface ne
sçauroient chasser celles de l'autre.

Mais si l'on en pousse dans une surface une quantité plus grande que le
verre n'en tireroit naturellement, elle augmente le pouvoir répulsif de
ce côté, & surmontant l'attraction de l'autre, elle chasse la partie du
fluide qui a été imbibée par cette surface, s'il se trouve un corps
non-électrique prêt à la recevoir, ce qui arrive dans tous les cas où le
verre est électrisé pour donner un choc. La surface qui a été ainsi
vuidée, pour avoir chassé son fluide électrique, en reprend avec
violence une quantité égale aussitôt que le verre trouve l'occasion de
décharger cette quantité excédente au-delà de ce qu'il peut retenir par
l'attraction dans son autre surface, dont la répulsion additionnelle a
occasionné le vuide; car les expériences favorisant, je dirois presque
confirmant cette hipothèse, je dois, pour éviter les répétitions, vous
prier de revoir ce qui a déjà été dit de la fiole électrique dans mes
précédentes lettres.

71. Voyons maintenant l'usage que nous en pouvons faire pour expliquer
plusieurs autres phénomènes..... Le verre qui est un corps extrêmement
élastique, (& peut-être qu'il doit son élasticité jusqu'à un certain
point à la grande quantité de ce fluide répulsif qu'il renferme dans ses
pores,) le verre doit, lorsqu'il est frotté, avoir sa surface frottée un
peu élargie, ou ses parties solides un peu écartées, de sorte que les
interstices dans lesquels réside le fluide électrique, deviennent plus
larges, laissant de la place pour une plus grande quantité de ce fluide,
lequel y est immédiatement attiré du coussin, ou de la main frottante
qui se refournissent toujours au magazin commun; mais aussitôt que les
parties du verre ainsi ouvert & rempli ont essuyé le frottement, elles
se referment, & obligent la quantité surnuméraire de sortir sur la
surface où elle doit rester jusqu'à ce que ces parties

Last Page Next Page

Text Comparison with Benjamin Franklin and the First Balloons

Page 0
Smyth, the editor of the last and most complete edition of Franklin's Works,[1] who made careful search for the original documents.
Page 1
The Champ de Mars being surrounded by Multitudes, and vast Numbers on the opposite Side of the River.
Page 2
P.
Page 3
One has ordered four of 15 feet Diameter each; I know not with what Purpose; But such is the present Enthusiasm for promoting and improving this Discovery, that probably we shall soon make considerable Progress in the art of constructing and using the Machines.
Page 4
So vast a Bulk when it began to rise so majestically in the Air struck the spectators with surprise and Admiration.
Page 5
Enclosed is a Copy of the _Proces verbal_ taken of the Experiment made yesterday in the Garden of the Queen's Palace la Muette where the Dauphin now resides which being near my House I was present.
Page 6
Multitudes in Paris saw the Balloon passing; but did not know there were Men with it, it being then.
Page 7
He informed me that they lit gently without the least Shock, and the Balloon was very little damaged.
Page 8
When we have learnt to manage it, we may hope some time or other to find Uses for it, as Men have done for Magnetism and Electricity of which the first Experiments were mere Matters of Amusement.
Page 9
Being a little indispos'd, & the Air cool, and the Ground damp, I declin'd going into the Garden of the Tuilleries where the Balloon was plac'd, not knowing how long I might be oblig'd to wait there before it was ready to depart; and chose to stay in my Carriage near the Statue of Louis XV.
Page 10
The Persons embark'd were Mr.
Page 11
2.
Page 12
_Letter of August 30.
Page 13
for "By the emulation," in Smyth, read "But the Emulation;" in paragraph fifteen for the phrase, in Smyth and Bigelow, beginning, "I wish I could see the same emulation," correct to end, "between the two Nations as I see between the two Parties here;" in paragraph sixteen, in both Bigelow and Smyth, for "Experiment," read "Experience;" and for the unintelligible phrase in both Bigelow and Smyth, "Beings of a frank and [sic] nature," read "Beings of a Rank and Nature.
Page 14
2d" corrected to "Sept.