Experiments and Observations on Electricity Made at Philadelphia in America

By Benjamin Franklin

Page 3

when you form a direct communication as above.

So wonderfully are these two states of Electricity, the _plus_ and _minus_,
combined and balanced in this miraculous bottle! situated and related to
each other in a manner that I can by no means comprehend! If it were
possible that a bottle should in one part contain a quantity of air
strongly comprest, and in another part a perfect vacuum, we know the
equilibrium would be instantly restored _within_. But here we have a bottle
containing at the same time a _plenum_ of electrical fire, and a _vacuum_
of the same fire; and yet the equilibrium cannot be restored between them
but by a communication _without_! though the _plenum_ presses violently to
expand, and the hungry vacuum seems to attract as violently in order to be
filled.

5. The shock to the nerves (or convulsion rather) is occasion'd by the
sudden passing of the fire through the body in its way from the top to the
bottom of the bottle. The fire takes the shortest course, as Mr _Watson_
justly observes: But it does not appear, from experiment, that, in order
for a person to be shocked, a communication with the floor is necessary;
for he that holds the bottle with one hand, and touches the wire with the
other, will be shock'd as much, though his shoes be dry, or even standing
on wax, as otherwise. And on the touch of the wire (or of the gun-barrel,
which is the same thing) the fire does not proceed from the touching finger
to the wire, as is supposed, but from the wire to the finger, and passes
through the body to the other hand, and so into the bottom of the bottle.


EXPERIMENTS _confirming the above_.


EXPERIMENT I.

Place an electrised phial on wax; a small cork-ball suspended by a dry
silk-thread held in your hand, and brought near to the wire, will first be
attracted, and then repelled: when in this state of repellency, sink your
hand, that the ball may be brought towards the bottom of the bottle; it
will there be instantly and strongly attracted, 'till it has parted with
its fire.

If the bottle had an electrical atmosphere, as well as the wire, an
electrified cork would be repelled from one as well as from the other.


EXPERIMENT II.

FIG. 1. From a bent wire (_a_) sticking in the table, let a small linen
thread (_b_) hang down within half an inch of the electrised phial (_c_).
Touch the wire of the phial repeatedly with your finger, and at every touch
you will see the

Last Page Next Page

Text Comparison with Expériences et observations sur l'électricité faites à Philadelphie en Amérique

Page 23
La nouvelle m'en fut apportée dès le soir même, & j'en rendis compte deux jours après à l'Académie Royale des Sciences.
Page 24
Dans le tems que la Physique récompensoit si mal les soins d'un Sçavant empressé à pénétrer ses secrets, je continuois à faire mes observations tant sur l'électricité naturelle que sur l'artificielle.
Page 25
C'est avec la même franchise qu'il se rend aux découvertes d'autrui.
Page 31
Si l'on en ajoûte davantage, le surplus reste sur la surface, & forme ce que nous appellons une Atmosphère électrique, & l'on dit alors que le corps est électrisé.
Page 36
Mais il n'est pas encore tems de parler de ces différens sentimens; le détail.
Page 45
ajoute tout de suite: _Ne sçait-on pas qu'on fait cesser l'électricité d'un corps quand on en tire des étincelles? Ce que vous faites ici sur la bouteille de Leyde, vous l'éprouverez de même sur une barre de fer,.
Page 61
51.
Page 62
Car c'est une proprieté des corps non-électriques, que tout le corps reçoit ou donne dans un instant tout le feu électrique qui est donné ou enlevé à quelqu'une de ses parties.
Page 66
27.
Page 71
[Note 25: On l'a exécuté depuis.
Page 85
C'est une observation constante dans ces expériences, que plus la quantité d'électricité sur le conducteur de carton est grande, plus il frappe de loin, & décharge son feu aisément; & la pointe pareillement le tirera toujours à une plus grande distance.
Page 86
BENJAMIN FRANKLIN; & communiquées dans plusieurs Lettres à M.
Page 103
13.
Page 106
Quoiqu'on n'ait pas encore poussé les expériences électriques jusqu'à des opérations pareilles, je ne doute point qu'on n'y parvienne dans la suite.
Page 113
On y dressoit des pointes métalliques de la manière dont il a été expliqué ci-devant, on garantiroit ces édifices de la foudre.
Page 119
Je n'ai point appris qu'aucun de vos Électriciens d'Europe ait pû jusqu'ici enflammer la poudre à tirer par le feu électrique.
Page 128
Si les deux bouteilles étoient électrisées positivement, la boulette attirée & repoussée par l'une, devroit aussi être repoussée par l'autre: si l'une étoit positivement & l'autre négativement, la boulette seroit attirée & repoussée tour à tour par chacune, & continueroit de joüer entr'elles aussi long-tems qu'elles conserveroient quelque charge considérable.
Page 149
son milieu le tube de verre frotté, ensorte qu'il fasse à peu près angle droit avec lui, les boules du bout se repousseront l'une l'autre; elles le feront d'autant plus que le tube frotté sera plus près.
Page 153
Nous disons de même que l'eau ne peut pas passer au travers du verre, & cependant le jet-d'eau d'une pompe percera les carreaux de vitre les plus épais.
Page 154
La foudre passa entre le marteau & l'horloge dans ce fil-d'archal sans offenser les planchers, sans y produire aucun effet, si ce n'est d'agrandir un peu les trous de foret, sans endommager la muraille de plâtre ni aucune partie du bâtiment jusqu'à l'extrémité de ce fil-d'archal & de celui du pendule de l'horloge, ce dernier étoit de la grosseur d'une plume d'oye.