Experiments and Observations on Electricity Made at Philadelphia in America

By Benjamin Franklin

Page 46

floor. Every electrician knows that a globe wet within
will afford little or no fire, but the reason has not before been attempted
to be given, that I know of.

34. So if a tube lined with a [11]non-electric, be rubb'd, little or no
fire is obtained from it. What is collected from the hand in the downward
rubbing stroke, entering the pores of the glass, and driving an equal
quantity out of the inner surface into the non-electric lining: and the
hand in passing up to take a second stroke, takes out again what had been
thrown into the outer surface, and then the inner surface receives back
again what it had given to the non-electric lining. Thus the particles of
electrical fluid belonging to the inside surface go in and out of their
pores every stroke given to the tube. Put a wire into the tube, the inward
end in contact with the non-electric lining, so it will represent the
_Leyden_ bottle. Let a second person touch the wire while you rub, and the
fire driven out of the inward surface when you give the stroke, will pass
through him into the common mass, and return through him when the inner
surface resumes its quantity, and therefore this new kind of _Leyden_
bottle cannot so be charged. But thus it may: after every stroke, before
you pass your hand up to make another, let the second person apply his
finger to the wire, take the spark, and then withdraw his finger; and so on
till he has drawn a number of sparks; thus will the inner surface be
exhausted, and the outer surface charged; then wrap a sheet of gilt paper
close round the outer surface, and grasping it in your hand you may receive
a shock by applying the finger of the other hand to the wire: for now the
vacant pores in the inner surface resume their quantity, and the
overcharg'd pores in the outer surface discharge that overplus; the
equilibrium being restored through your body, which could not be restored
through the glass.[12] If the tube be exhausted of air, a non electric
lining in contact with the wire is not necessary; for _in vacuo_, the
electrical fire will fly freely from the inner surface, without a
non-electric conductor: but air resists its motion; for being itself an
electric _per se_, it does not attract it, having already its quantity. So
the air never draws off an electric atmosphere from any body, but in
proportion to the non-electrics mix'd with it: it rather keeps such an
atmosphere confin'd, which

Last Page Next Page

Text Comparison with Expériences et observations sur l'électricité faites à Philadelphie en Amérique

Page 0
generously made available by the Bibliothèque nationale de France (BnF/Gallica) at http://gallica.
Page 6
J'espère qu'en allant par cette voye à mon objet principal, qui est de mettre les Lecteurs en état de mieux juger du mérite de mon auteur, & de la valeur de son ouvrage, je ne leur laisserai rien à désirer sur les faits principaux de l'électricité.
Page 7
La Physique est encore redevable à Gilbert de beaucoup d'autres observations sur l'Électricité.
Page 9
Quand on frotte le tube vuide d'air, la lumière est plus vive, mais toute dans son intérieur, & l'on n'en peut tirer d'étincelle.
Page 19
Quoique les expériences & les observations dont cette thèse est remplie, n'ayent pas toutes le mérite de la nouveauté, elles sont trop intéressantes par leur objet & par l'ordre dans lequel elles sont rapportées, pour ne pas trouver place dans cette histoire.
Page 20
Lindulf.
Page 23
Richman qui furent mises dans les nouvelles publiques de.
Page 32
1.
Page 43
[Note 14: Voyez vers la fin les Lettres 7, 8 & 9.
Page 45
.
Page 56
Il y aura la même explosion & le même choc, si la bouteille électrisée est tenue d'une main par le _crochet_, & touchée de l'autre par les _côtés_[19], que si elle est tenue par les _côtés_ & touchée au _crochet_.
Page 59
D'ailleurs la fiole ne souffrira pas ce que l'on appelle une charge, à moins qu'il n'en puisse sortir autant de feu par une voye qu'il en entre par une autre.
Page 72
.
Page 73
Placez un boulet de fer sur un verre, & qu'une balle de liége humide, suspendue par un fil de soye, vienne toucher le boulet: prenez une bouteille dans chaque main, l'une électrisée par le _crochet_ & l'autre par le _côté_: appliquez le fil-d'archal _donnant_ au boulet qu'il électrisera positivement, & le liége sera répoussé.
Page 122
_ MONSIEUR, Je vous remercie des expériences que vous m'avez communiquées.
Page 143
Cette décharge en D peut être renduë sensible en recevant ce feu dans le crochet d'une troisiéme bouteille, ce qui s'exécute ainsi: au lieu de prendre le crochet de la seconde bouteille dans votre main, faites passer au travers le fil-d'archal d'une troisiéme bouteille préparée comme pour l'expérience de Leyde, & tenez cette troisiéme bouteille dans votre main, la seconde y étant penduë par les bouts des crochets, passés l'un dans l'autre: quand l'expérience est achevée, cette troisiéme bouteille reçoit le feu en D, & elle sera chargée.
Page 146
Je le trouve constamment tout autrement; dans mes mains il est toujours attiré d'abord & ensuite repoussé: en chargeant la feüille il faut avoir soin d'empêcher qu'elle ne se porte vers quelque corps non-électrique, & que par ce moyen elle ne se décharge, tandis que vous la croyez chargée.
Page 148
On suppose qu'en portant le verre frotté au bout ou au bord du tube mince dans la troisiéme expérience, il l'électrise positivement, ou ajoute au feu électrique qu'il contenoit auparavant, & par conséquent il en passe au travers des boules qui se repoussent mutuellement; mais à l'approche d'un verre frotté qui laisse sortir pareillement un fluide électrique, les boules en déchargeront moins, ou une partie sera poussée en arrière par une force qui agira dans une direction contraire, & elles s'approcheront plus près.
Page 150
370.
Page 152
Par cette expérience on peut connoître le danger qu'il y a, même avec les plus grandes précautions, pour l'opérateur quand il fait ces expériences avec de gros pots; car on ne peut pas douter que plusieurs étant chargés en plein ne soient capables de tuer un homme, comme ils ont auparavant tué un poulet d'inde, en les augmentant à proportion de la taille.