Franklin's Autobiography (Eclectic English Classics)

By Benjamin Franklin

Page 134

in this dear country, to lay in the stores that
might be necessary in so long a march through a wilderness, where
nothing was to be purchased. I commiserated their case, and resolved
to endeavor procuring them some relief. I said nothing, however, to
him of my intention, but wrote the next morning to the committee of
the Assembly who had the disposition of some public money, warmly
recommending the case of these officers to their consideration, and
proposing that a present should be sent them of necessaries and
refreshments. My son, who had some experience of a camp life and of
its wants, drew up a list for me, which I inclosed in my letter. The
committee approved, and used such diligence that, conducted by my son,
the stores arrived at the camp as soon as the wagons. They consisted
of twenty parcels, each containing

6 lbs. loaf sugar,
6 lbs. good Muscovado[171] do.,
1 lb. good green tea,
1 lb. good bohea do.,
6 lbs. good ground coffee,
6 lbs. chocolate,
1/2 cwt. best white biscuit,
1/2 lb. pepper,
1 quart best white wine vinegar,
1 Gloucester cheese,
1 keg containing 20 lbs. good
butter,
2 doz. old Madeira wine,
2 gals. Jamaica spirits,
1 bottle flour of mustard,
2 well-cured hams,
1/2 doz. dried tongues,
6 lbs. rice,
6 lbs. raisins.

These twenty parcels, well packed, were placed on as many horses, each
parcel, with the horse, being intended as a present for one officer.
They were very thankfully received, and the kindness acknowledged by
letters to me from the colonels of both regiments in the most grateful
terms. The general, too, was highly satisfied with my conduct in
procuring him the wagons, etc., and readily paid my account of
disbursements, thanking me repeatedly, and requesting my further
assistance in sending provisions after him. I undertook this also, and
was busily employed in it till we heard of his defeat, advancing for
the service, of my own money, upward of one thousand pounds sterling,
of which I sent him an account. It came to his hands, luckily for me,
a few days before the battle, and he returned me immediately an order
on

Last Page Next Page

Text Comparison with Expériences et observations sur l'électricité faites à Philadelphie en Amérique

Page 2
Collinson avoit fait imprimer comme additions & corrections à la suite des Lettres.
Page 8
Tenant l'axe de ce globe dans une position verticale, il promenoit une plume par toute la chambre; sans qu'elle s'appliquât au globe.
Page 20
_ V.
Page 31
9.
Page 43
) Dès que vous tirez du feu de la partie intérieure en touchant le fil-d'archal, la partie extérieure de la bouteille en attire une égale quantité par le fil.
Page 67
.
Page 72
.
Page 76
Maintenant je suppose que le verre dans ses premiers principes & dans la fournaise n'a pas plus de ce fluide électrique que toute autre matière commune; que lorsqu'il est soufflé, qu'il se refroidit, & que les particules de feu commun l'abandonnent, ses pores deviennent un vuide.
Page 81
Dans ce cas il falloit que chaque particule de fluide électrique, avant que de traverser mon corps, eût premièrement traversé la liqueur, lorsque la fiole se chargeoit, & qu'elle la traversât de nouveau lorsque la fiole se déchargeoit, & cependant il ne s'ensuivit pas d'autre effet que si la fiole eût été chargée avec de l'eau.
Page 82
_ _1er.
Page 91
Si l'eau soutenuë par les sept boules venoit en contact, elle formeroit une ou plusieurs goutes assez pésantes pour rompre la cohésion qu'elle avoit avec les boules, & ainsi elle se précipiteroit.
Page 100
Prenez garde en coupant votre feuille de ne pas laisser de petits lambeaux sur les extrémités, qui forment quelquefois des pointes où vous ne voudriez pas les avoir; vous pouvez faire cette figure si aiguë dans sa partie inférieure, & si obtuse dans sa partie supérieure, qu'il ne soit pas besoin de lame inférieure, se déchargeant d'elle-même assez promptement dans l'air.
Page 134
C'est ce qui le rendit capable de communiquer une électricité positive à la verge.
Page 135
Je prie aussi ceux qui auront occasion d'observer les effets récents du tonnerre sur les bâtimens, les arbres, &c.
Page 141
69.
Page 143
50.
Page 145
Rien de plus opposé aux notions les plus communes des corps électriques par eux-mêmes, & l'expérience m'est un garant du contraire, car ayant laissé plusieurs fois à dessein une bouteille chargée sur la cire pendant des heures, je trouvai qu'elle conservoit autant de sa charge qu'une autre qui étoit restée pendant le même tems sur une table.
Page 151
On peut de même découvrir aisément avec une bouteille chargée si le feu électrique est tiré de l'appareil par un nuage négatif ou s'il y est poussé par un positif, & quelque soit celui par lequel il sera électrisé, soit que ce nuage se sépare de son surplus, soit que son défaut soit remplacé sur le champ, l'appareil perdra son électricité.
Page 155
Je sens que l'histoire naturelle de M.
Page 158
192.