Franklin's Autobiography (Eclectic English Classics)

By Benjamin Franklin

Page 24

Because to be a libeler
I hate it with my heart."
]

[Footnote 19: In Franklin's time the grammar school was a school for
teaching Latin, which was begun by committing the grammar to memory.]

[Footnote 20: Characters, or method of writing shorthand.]

[Footnote 21: Candles were made by dipping wicks in the fat a number
of times, and also by setting the wicks in a mold and pouring the fat
round them.]

[Footnote 22: Ants.]

[Footnote 23: The marble having crumbled, a larger stone was placed
over the grave in 1827, and Franklin's inscription repeated. It stands
in the Granary Burying Ground.]

[Footnote 24: Aged.]

[Footnote 25: A joiner is a mechanic who does the woodwork of houses,
etc.; a turner, one who works with a lathe; a brasier, a worker in
brass.]

[Footnote 26: A chapman was a peddler.]

[Footnote 27: Agreements written upon sheets, the edges of which were
cut or indented to match each other, for security and identification.]

[Footnote 28: A street in London in which many writers of small
ability or reputation, or of unhappy fortune, had lodgings. "Grub
Street style," therefore, means poor or worthless in literary value.
The term, which always implied a sneer, was made current by Pope and
Swift and their coterie.]

[Footnote 29: A paper published in London every week day from the 1st
of March, 1711, to the 6th of December, 1712, and made up for the most
part of essays by Addison, Steele, and their friends. It held aloof
from politics, and dealt with the manners of the time and with
literature.]

[Footnote 30: These gentlemen of Port Royal lived in the old convent
of Port Royal des Champs, near Paris. They were learned men who, with
other works, prepared schoolbooks, among which was the "Art of
Thinking," a logic.]

[Footnote 31: "The Socratic method," i.e., the method of modest
questioning, which Socrates used with pupils and opponents alike, and
by which he led them to concessions and unforeseen conclusions.]

[Footnote 32: These lines are not Pope's, but Lord Roscommon's,
slightly modified.]

[Footnote 33: "The New England Courant was the fourth newspaper that
appeared in America. The first number of the Boston News-Letter was
published April 24, 1704. This was the first newspaper in America. The
Boston Gazette commenced Dec. 21, 1719; the American Weekly Mercury,
at Philadelphia, Dec. 22, 1719; the New England Courant, Aug. 21,
1721. Dr. Franklin's error of memory probably originated in the
circumstance of his brother having been the printer of the Boston
Gazette when it was first established. This was the second newspaper
published in America."--SPARKS.]

[Footnote 34: Told.]

[Footnote 35: Lowered; put down.[n]]

[Footnote

Last Page Next Page

Text Comparison with Expériences et observations sur l'électricité faites à Philadelphie en Amérique

Page 11
Instruit par ce contre-tems M.
Page 18
Quel but plus noble les Sciences peuvent-elles se proposer? l'extrait d'une lettre de M.
Page 29
Décembre 1751.
Page 34
Ainsi une épingle tenuë par la tête, & présentée par la pointe à un corps électrisé, tirera son atmosphère à un pied de distance; mais si la tête étoit présentée au lieu de la pointe, le même effet n'en résulteroit pas.
Page 35
19.
Page 46
Il faut toujours regarder la main qui lui est appliquée, comme faisant partie de cette doublure; si elle est assez écartée de la ceinture métallique pour que le feu ne puisse passer de l'une à l'autre, la bouteille pourra se charger foiblement; mais ce ne sera jamais mais que dans la partie qui est couverte par la main, & point du tout dans la partie qui est couverte par la bande de métal.
Page 50
nous enflammons les liqueurs spiritueuses avec le fil-d'archal de la fiole.
Page 75
] 67.
Page 92
Donnez lui plus de feu, & il donnera une étincelle à une plus grande distance.
Page 98
Quelquefois la tache s'étend un peu plus que la largeur de la feuille, & paroît plus brillante sur le bord, comme vous pouvez l'observer sur celles-ci en les examinant de près.
Page 111
«Je vous annonce, Monsieur, ce que vous attendez; l'expérience est complette.
Page 114
& insérée dans les gazettes d'Hollande & de France du mois de Septembre suivant, qu'il n'a pas été tué par le tonnerre tombé directement du ciel, mais par l'explosion de la matière électrique dont la barre de fer trop bien isolée se trouva surchargée au moment que sa tête en approcha pendant qu'il faisoit ses observations.
Page 116
Dès le commencement de l'année 1752.
Page 119
En voici le procédé.
Page 132
g.
Page 142
Si l'opinion de l'Abbé est fondée, que la surface extérieure communiquant avec la doublure est chargée aussi bien que l'intérieure communiquant avec le crochet, comment puis-je, moi qui suis sur la cire, décharger ces deux bouteilles, quand il est bien connu que je n'en pourrois pas décharger une séparément? Bien plus, supposé que j'aye tiré la matière électrique des deux, qu'est-elle devenuë? car il ne paroît pas que j'en aye une quantité plus grande quand l'expérience est finie, & que je n'ai pas bougé de dessus la cire.
Page 143
Cela me fait penser que l'Abbé se trompe quand il dit qu'il n'y a point de différence entre le choc senti en faisant l'expérience de Leyde & la piqûre sentie en tirant de simples étincelles, si ce n'est du plus au moins.
Page 148
On suppose qu'en portant le verre frotté au bout ou au bord du tube mince dans la troisiéme expérience, il l'électrise positivement, ou ajoute au feu électrique qu'il contenoit auparavant, & par conséquent il en passe au travers des boules qui se repoussent mutuellement; mais à l'approche d'un verre frotté qui laisse sortir pareillement un fluide électrique, les boules en déchargeront moins, ou une partie sera poussée en arrière par une force qui agira dans une direction contraire, & elles s'approcheront plus près.
Page 151
demi-heure, les boules se réunissant chaque fois & restant en contact quelques secondes avant qu'elles se repoussent de nouveau l'une l'autre.
Page 162
_Retraite_ sous un arbre pendant l'orage, dangereuse, II.