Franklin's Autobiography (Eclectic English Classics)

By Benjamin Franklin

Page 26

that we could not hear so as to
understand each other. There were canoes on the shore, and we made
signs, and hallooed that they should fetch us; but they either did not
understand us or thought it impracticable, so they went away, and
night coming on, we had no remedy but to wait till the wind should
abate. In the mean time, the boatman and I concluded to sleep if we
could, and so crowded into the scuttle with the Dutchman, who was
still wet, and the spray beating over the head of our boat leaked
through to us, so that we were soon almost as wet as he. In this
manner we lay all night, with very little rest; but the wind abating
the next day, we made a shift to reach Amboy before night, having been
thirty hours on the water, without victuals, or any drink but a bottle
of filthy rum, the water we sailed on being salt.

In the evening I found myself very feverish, and went in to bed; but,
having read somewhere that cold water, drunk plentifully, was good for
a fever, I followed the prescription, sweat plentifully most of the
night, my fever left me, and in the morning, crossing the ferry, I
proceeded on my journey on foot, having fifty miles to Burlington,[40]
where I was told I should find boats that would carry me the rest of
the way to Philadelphia.

It rained very hard all the day. I was thoroughly soaked, and by noon a
good deal tired, so I stopped at a poor inn, where I stayed all night,
beginning now to wish that I had never left home. I cut so miserable a
figure, too, that I found, by the questions asked me, I was suspected to
be some runaway servant and in danger of being taken up on that
suspicion. However, I proceeded the next day, and got in the evening to
an inn, within eight or ten miles of Burlington, kept by one Dr. Brown.
He entered into conversation with me while I took some refreshment, and,
finding I had read a little, became very sociable and friendly. Our
acquaintance continued as long as he lived.[n] He had been, I imagine,
an itinerant doctor; for there was no town in England, or country in
Europe, of which he could not give a very particular account. He had
some letters,[41] and was ingenious, but much of an unbeliever, and
wickedly undertook, some years after, to travesty the Bible in doggerel
verse, as Cotton had done Virgil. By this means he

Last Page Next Page

Text Comparison with Expériences et observations sur l'électricité faites à Philadelphie en Amérique

Page 3
C'est ce qu'a fait M.
Page 19
Il en prouve l'efficacité par le traitement circonstancié, par le changement en mieux & par la guérison parfaite de quatre paralytiques, par le soulagement d'un rhumatisme très-douloureux, par la résolution des nodus & le rétablissement des forces d'un gouteux & d'un autre malade privés l'un.
Page 22
Franklin, sans prétendre à la première de ces classes, occupe une place de distinction dans les deux dernières avec les Physiciens qui se sont le plus avancés dans cette carrière; mais il les laisse bien loin derrière lui.
Page 25
C'est avec cette glace que j'ai percé d'un coup d'électricité jusqu'à cent soixante feüilles de papier fin; elle m'a aussi servi à enflammer la poudre à canon froide; mais je trouve plus commode l'usage des grands vases de verre bien armés.
Page 32
Cette forme peut être renduë visible dans un.
Page 35
Cette large surface métallique soutient une atmosphère électrique beaucoup plus grande que n'en.
Page 51
.
Page 57
123.
Page 58
»Cette expérience étant attaquée dans le même endroit & de la même manière que la précédente, trouve aussi la même défense.
Page 74
] 66.
Page 81
J'ai aussi senti le feu électrique lorsqu'il avoit traversé l'or, l'argent, le cuivre, le plomb, le fer, le bois & le corps humain, sans y appercevoir aucune différence: l'odeur est toujours la même lorsque l'étincelle ne brûle pas ce qu'elle frappe, c'est pourquoi j'imagine qu'elle ne prend son odeur d'aucune qualité des corps qu'elle traverse, & en effet comme cette odeur abandonne si rapidement la matière électrique & s'attache au revers du doigt.
Page 100
Prenez garde en coupant votre feuille de ne pas laisser de petits lambeaux sur les extrémités, qui forment quelquefois des pointes où vous ne voudriez pas les avoir; vous pouvez faire cette figure si aiguë dans sa partie inférieure, & si obtuse dans sa partie supérieure, qu'il ne soit pas besoin de lame inférieure, se déchargeant d'elle-même assez promptement dans l'air.
Page 101
Les plus sages physiciens en sont restés à admirer les effets, sans pouvoir presque rien dire des causes; ou s'ils en ont hazardé quelqu'explication on reconnoît aisément dans leurs écrits que ce n'est que par des conjectures relatives ou à leurs préjugés, ou à leurs affections, ou aux systèmes qu'ils avoient embrassés, ou aux différentes sciences qu'ils avoient le plus cultivées.
Page 103
3.
Page 104
17.
Page 131
Avril 1755.
Page 132
Quand on condense un peu une éponge, en la pressant entre les doigts, elle ne prend & ne garde pas autant d'eau que dans son état le plus naturel de relâchement &.
Page 143
& 51.
Page 144
Je pense qu'en le touchant j'ai enlevé toute la charge de matière électrique qui étoit dans le conducteur, le crochet de la bouteille & l'eau ou les fils de fer qui y sont contenus: nous voyons que tous les corps non-électriques peuvent en recevoir autant, cependant le verre de la bouteille conserve sa capacité de donner un coup, comme l'éprouveront tous ceux qui voudront l'essayer.
Page 145
J'en laissai une sur la cire depuis dix heures du soir jusqu'à huit du lendemain matin, je trouvai qu'elle conservoit une quantité de sa charge suffisante pour me donner une commotion sensible aux bras, quoique la chambre où étoit cette bouteille eût été balayée pendant ce tems, ce qui devoit avoir élevé beaucoup de poussière pour.