Franklin's Autobiography (Eclectic English Classics)

By Benjamin Franklin

Page 79

guard was to avoid
every (the least) offense against Temperance, leaving the other
virtues to their ordinary chance, only marking every evening the
faults of the day. Thus, if in the first week I could keep my first
line, marked T., clear of spots, I supposed the habit of that virtue
so much strengthened, and its opposite weakened, that I might venture
extending my attention to include the next, and for the following week
keep both lines clear of spots. Proceeding thus to the last, I could
go through a course complete in thirteen weeks, and four courses in a
year. And, like him who, having a garden to weed, does not attempt to
eradicate all the bad

_FORM OF THE PAGES._

-----------------------------------------------------
| TEMPERANCE. |
|---------------------------------------------------|
| EAT NOT TO DULLNESS; |
| DRINK NOT TO ELEVATION. |
|---------------------------------------------------|
| | S. | M. | T. | W. | T. | F. | S. |
|----------------+----+----+----+----+----+----+----|
| T[emperance] | | | | | | | |
|----------------+----+----+----+----+----+----+----|
| S[ilence] | * | * | | * | | * | |
|----------------+----+----+----+----+----+----+----|
| O[rder] | ** | * | * |

Last Page Next Page

Text Comparison with Vie de Benjamin Franklin, écrite par lui-même - Tome II suivie de ses œuvres morales, politiques et littéraires

Page 0
.
Page 3
Si nous avions donc voulu avoir l'avantage de voir notre langue plus généralement répandue, nous aurions dû ne pas négliger de faire disparoître des difficultés qui, toutes légères qu'elles sont, découragent ceux qui l'étudient.
Page 12
Je me lève donc, tous les jours, de très-bon matin, et je reste alors sans m'habiller une heure ou une demi-heure, suivant la saison, m'occupant à lire, ou à écrire.
Page 14
Mais puisque très-probablement nous vivons dans un temps où les sciences sont encore trop dans l'enfance, pour voir un tel art porté à sa perfection, il faut que je me contente du plaisir, que vous me promettez, de voir ressusciter un poulet ou un coq d'Inde.
Page 18
que d'encourager les cruautés sans nombre qu'on exerce continuellement pour nous le procurer! Un célèbre moraliste français, dit que quand il considère les guerres que nous fomentons en Afrique pour y acheter des nègres, le grand nombre qu'il en périt dans ces guerres, les multitudes de ces infortunés qui meurent, pendant la traversée, victimes de la maladie, de l'air empoisonné ou de la mauvaise nourriture, et enfin tous ceux qui succombent aux traitemens cruels qu'on leur fait souffrir dans leur état d'esclaves, il ne peut pas voir un morceau de sucre, sans s'imaginer qu'il est rempli de taches de sang humain.
Page 30
L'arc du sauvage, sa hache et son vêtement de peaux n'exigent pas qu'une loi lui en assure la conservation.
Page 45
vienne m'interrompre.
Page 67
Il y aura, chaque année, un exercice général, en présence des curateurs du collége et de tous les citoyens qui voudront y assister.
Page 76
En 1755, l'Angleterre donna le commandement d'une armée au général Braddock, et l'envoya en Amérique pour chasser les Français des lieux qu'ils possédoient sur les montagnes d'Allegany et sur les bords de l'Ohio.
Page 83
Ce qui donna occasion à cette vente sera clairement expliqué dans nos observations sur la suite du rapport des lords commissaires du commerce et des colonies.
Page 86
Par ce moyen, ils ne se plaindront plus qu'on envahit leurs propriétés, et les habitans de nos frontières auront assez de pays pour s'établir et pour chasser, sans se mêler avec ces peuples.
Page 88
» Pour bien faire connoître ce qui donna lieu à ces représentations, nous observerons que dès le premier octobre 1767, et durant tout le temps que lord Shelburne[57] fut secrétaire d'état au département de l'Amérique méridionale, on conçut le projet d'établir aux frais de la couronne, trois nouveaux gouvernemens dans l'Amérique septentrionale;.
Page 89
»La troisième, c'est qu'on y a toujours du merrein, du bois de charpente, des farines et d'autres choses nécessaires pour l'approvisionnement de nos établissemens aux Antilles.
Page 100
Enfin, la quatrième proposition ne contient que l'aveu que fait le gouverneur en disant qu'il connoît _un peu_ la situation et l'état des choses en Amérique; et que d'après quelques _petits_ exemples, il se figure aisément ce qui peut et doit certainement arriver, si l'on ne le prévient à temps.
Page 106
[50] Inspecteur-général des affaires indiennes dans la partie méridionale des colonies anglaises.
Page 115
S.
Page 117
Je sais, au contraire, que cette prédiction aura le sort de toutes celles que j'ai faites en Angleterre; c'est-à-dire, qu'on n'y croira qu'après que l'événement l'aura vérifiée.
Page 125
Mais sans parler des autres avantages que peut procurer l'augmentation des salaires, il en est un bien précieux, que cette augmentation a produit en Angleterre: c'est celui d'y améliorer la condition de la classe d'hommes qui n'a que ses bras pour vivre, c'est-à-dire, de la partie la plus nombreuse de la société.
Page 126
DIALOGUE ENTRE LA GOUTTE ET FRANKLIN[70].
Page 129
LA GOUTTE.