Franklin's Autobiography (Eclectic English Classics)

By Benjamin Franklin

Page 89

more confusion.

"That few in public affairs act from a mere view of the good of
their country, whatever they may pretend; and though their
actings bring real good to their country, yet men primarily
consider that their own and their country's interest is united,
and do not act from a principle of benevolence.

"That fewer still, in public affairs, act with a view to the good
of mankind.

"There seems to me at present to be great occasion for raising a
United Party for Virtue, by forming the virtuous and good men of
all nations into a regular body, to be governed by suitable good
and wise rules, which good and wise men may probably be more
unanimous in their obedience to than common people are to common
laws.

"I at present think that whoever attempts this aright, and is
well qualified, cannot fail of pleasing God, and of meeting with
success.

B. F."

Revolving this project in my mind, as to be undertaken hereafter, when
my circumstances should afford me the necessary leisure, I put down
from time to time, on pieces of paper, such thoughts as occurred to me
respecting it. Most of these are lost; but I find one purporting to be
the substance of an intended creed, containing, as I thought, the
essentials of every known religion, and being free of everything that
might shock the professors of any religion. It is expressed in these
words:

"That there is one God, who made all things.

"That he governs the world by his providence.

"That he ought to be worshiped by adoration, prayer, and thanksgiving.

"But that the most acceptable service of God is doing good to man.

"That the soul is immortal.

"And that God will certainly reward virtue and punish vice, either
here or hereafter."

My ideas at that time were that the sect should be begun and spread at
first among young and single men only; that each person to be
initiated should not only declare his assent to such creed, but should
have exercised himself with the thirteen-weeks' examination and
practice

Last Page Next Page

Text Comparison with Expériences et observations sur l'électricité faites à Philadelphie en Amérique

Page 3
Ces premières connoissances ont conduit notre auteur à trouver les moyens de faire paroître l'électricité de deux manières tout-à-fait opposées, l'une en augmentant l'électricité naturelle dans les corps que nous nommons non-électriques, & il.
Page 22
nouvelles propriétés, & pour cela s'en tiennent modestement aux expériences, d'autres enfin en proposant leurs conjectures, font voir des rapports évidens entre les phénomènes les plus communs des météores & ceux de l'électricité.
Page 24
Richman a reçu le coup fatal.
Page 33
2.
Page 36
pouces ou plus de distance; tandis que l'aiguille est ainsi présentée, le conducteur ne sauroit être chargé, la pointe tirant le feu aussi promptement qu'il est poussé par le globe électrique: chargez-le, & présentez alors la pointe à la même distance, & il sera déchargé en un instant.
Page 50
.
Page 51
.
Page 60
46.
Page 100
Tournez cette feüille de façon que la partie aiguë soit la plus élevée, & alors elle se placera tout auprès de la lame non-électrisée, parce qu'elle reçoit plus promptement à la pointe de l'angle aigu qu'elle ne peut décharger à la pointe de l'angle droit; ainsi la différence de distance est toujours proportionnelle à la différence d'accélération.
Page 110
Elme.
Page 112
» «Voilà, Monsieur, un récit fait à la hâte, mais naïf & vrai que j'atteste, & vous pouvez assurer que je suis prêt à rendre témoignage de cet événement dans toutes occasions.
Page 124
469.
Page 127
D.
Page 136
Si c'est du bois, de la brique, de la pierre ou quelque chose de semblable, les éclats sortiront du côté où il y a moins de résistance, & de même lorsqu'il se fait un trou à travers du carton par le moyen d'un vase électrisé, si les surfaces du carton ne sont pas enfermées ou pressées, il y aura une bavûre élevée tout autour du trou des deux côtés du carton; mais si l'un des côtés est resserré, ensorte que la bavûre ne puisse pas s'élèver de ce côté, elle s'élevera entiérement de l'autre, de quelque côté que le fluide ait été dirigé, car la bavûre autour du trou est l'effet de l'explosion en tous sens autour du centre du courant plutôt que l'effet de la direction.
Page 139
Outre les méthodes rapportées dans mon écrit de Septembre dernier pour découvrir l'état électrique des nuages, on peut se servir de la suivante.
Page 140
un carreau de verre enduit de métal dessus & dessous, il est évident que ce que l'on pose sur la surface opposée à celle qui reçoit l'électricité du conducteur, prend aussi une vertu électrique très-marquée, qui, dit M.
Page 144
Pendez une bouteille préparée pour l'expérience de Leyde au conducteur par son crochet, & chargez-la; après cela écartez la communication du fond de la bouteille, alors le conducteur donne des signes évidens de son électrisation, car si on attache autour de lui un fil & qu'on laisse des bouts longs d'environ deux pouces, ils s'étendront comme une paire de cornes; mais si vous touchez le conducteur il en sortira une étincelle & les fils tomberont, & le conducteur ne donne plus le moindre signe d'électrisation après cela.
Page 154
coup ou une explosion; ce n'est qu'une partie de l'usage que je proposois de faire de ces verges; quoique l'autre partie soit d'une importance & d'une utilité égales, puisqu'elle consiste à conduire un coup qu'elles n'auroient pas réussi à prévenir, il semble qu'on l'ait totalement oubliée.
Page 157
_Circulation_ de l'air, II.
Page 163
.