Memoirs of Benjamin Franklin; Written by Himself. [Vol. 1 of 2] With His Most Interesting Essays, Letters, and Miscellaneous Writings; Familiar, Moral, Political, Economical, and Philosophical, Selected with Care from All His Published Productions, and Comprising Whatever Is Most Entertaining and Valuable to the General Reader

By Benjamin Franklin

Page 121

their stores, baggage, &c.,
not less than one hundred and fifty wagons being necessary. I happened
to say, I thought it was a pity they had not been landed in
Pennsylvania, as in that country almost every farmer had his wagon. The
general eagerly laid hold of my words, and said, "Then you, sir, who are
a man of interest there, can probably procure them for us, and I beg you
will undertake it." I asked what terms were to be offered the owners of
the wagons; and I was desired to put on paper the terms that appeared to
me necessary. This I did, and they were agreed to; and a commission and
instructions accordingly prepared immediately. What those terms were
will appear in the advertisement I published soon as I arrived at
Lancaster; which being, from the great and sudden effect it produced, a
piece of some curiosity, I shall insert it at length, as follows:

"ADVERTISEMENT.

"Lancaster, April 26th, 1753.

"Whereas, one hundred and fifty wagons, with four horses to each
wagon, and fifteen hundred saddle or packhorses, are wanted for the
service of his majesty's forces, now about to rendezvous at Will's
Creek; and his excellency General Braddock, having been pleased to
empower me to contract for the hire of the same, I hereby give
notice, that I shall attend for that purpose at Lancaster from this
day to next Wednesday evening, and at York from next Thursday
morning till Friday evening, where I shall be ready to agree for
wagons and teams, or single horses, on the following terms, viz.:
1. That there shall be paid for each wagon, with four good horses
and a driver, fifteen shillings per diem. And for each able horse,
with a packsaddle or other saddle and furniture, two shillings per
diem. And for each able horse without a saddle, eighteen pence per

Last Page Next Page

Text Comparison with Expériences et observations sur l'électricité faites à Philadelphie en Amérique

Page 4
Je lui rendis compte le 22.
Page 19
Il en prouve l'efficacité par le traitement circonstancié, par le changement en mieux & par la guérison parfaite de quatre paralytiques, par le soulagement d'un rhumatisme très-douloureux, par la résolution des nodus & le rétablissement des forces d'un gouteux & d'un autre malade privés l'un.
Page 23
Il s'agissoit d'en avoir une confirmation tirée de l'expérience; je ne fus pas long-tems à l'attendre.
Page 24
L'exemple de ce qui est arrivé à plusieurs autres en pareilles circonstances, me fait pancher vers ce dernier sentiment.
Page 34
se rencontre entre L C M, où la quantité est la plus abondante, & où la surface pour l'attirer & la retenir est la plus petite.
Page 37
On découvrit dans la suite que le frottement du verre ne produisoit pas la matière électrique, à moins que l'on ne conservât une communication entre le corps frottant & le plancher; & les expériences suivantes prouvèrent que la matière électrique étoit réellement tirée de ces corps, que l'on avoit cru d'abord n'en contenir aucune: alors on douta que le verre & les autres corps apellés électriques par soi, eussent réellement en eux-mêmes quelque matière électrique; puisque, selon les apparences, ils n'en fournissoient aucune autre que celle qu'ils tiroient d'abord de ces corps qui avoient été appellés non électriques; mais quelques-unes de mes expériences prouvent que le verre en contient une grande quantité; & je soupçonne à présent qu'elle est répanduë assez également dans toute la matière du globe terrestre.
Page 38
[Note 10: Cette proposition a été trouvée depuis trop générale: M.
Page 39
Je ne puis cependant me dispenser de vous communiquer encore quelques observations sur la merveilleuse bouteille de M.
Page 45
ajoute tout de suite: _Ne sçait-on pas qu'on fait cesser l'électricité d'un corps quand on en tire des étincelles? Ce que vous faites ici sur la bouteille de Leyde, vous l'éprouverez de même sur une barre de fer,.
Page 50
.
Page 69
«Au lieu de faire cette roue de bois, & d'y rapporter des rayons de verre, comme l'enseigne M.
Page 84
[Note 37: Nous supposons que chaque particule de sable, d'humidité ou de fumée étant d'abord attirée, & ensuite repoussée, emporte avec elle une portion de feu électrique, mais que cette portion subsiste toujours dans ces particules, jusqu'à ce qu'elles la communiquent à quelqu'autre corps, & qu'elle n'est jamais réellement détruite; ainsi quand on jette de l'eau sur du feu commun, nous n'imaginons point que ce dernier élément soit par-là détruit & anéanti, mais seulement dispersé, chaque particule d'eau emportant en vapeurs la portion de feu qu'elle a attirée & qu'elle s'est attachée.
Page 94
.
Page 105
27.
Page 113
Je suis persuadé que, si au lieu de terminer, comme on le fait ordinairement, les toits des pavillons, des tours, des clochers & les mâts des vaisseaux &c.
Page 117
Personne n'aura de peine à se persuader que les clochers de Chartres à cause de leur grande élévation au milieu d'une vaste plaine ont été & sont souvent frappés du tonnerre.
Page 118
» Le magnétisme qu'elle acquiert est plus fort quand l'aiguille est frappée étant tournée au nord & au sud; il est plus foible quand l'aiguille est Est & Ouest; si la force du coup étoit beaucoup plus grande, peut-être que, l'aiguille étant nord & sud, si le feu entroit par le bout sud il deviendroit nord, autrement nous serions embarrassés de rendre raison du renversement des pôles des boussoles par le coup de foudre, puisqu'il n'a jamais pû trouver leurs aiguilles que dans cette position, & que selon nos petites expériences, soit que le feu électrique entre par le bout du nord & sorte par celui du.
Page 130
Je déchargeai promptement dans la verge de cette manière plusieurs bouteilles qui étoient chargées au globe; le fluide électrique passant du crochet dans la verge jusqu'à ce que le crochet ne tirât plus d'étincelles du doigt; & pendant que la verge recevoit de la bouteille, les timbres cesserent de sonner: mais en continuant d'appliquer le crochet de la bouteille à la verge, j'épuisai la quantité naturelle de la surface intérieure de ces bouteilles, ou pour m'exprimer à l'ordinaire je les chargeai négativement.
Page 143
Franklin, qui pense que tout le pouvoir de donner le coup réside dans le verre même & non dans les corps non-électriques qui le touchent.
Page 146
101.