Memoirs of Benjamin Franklin; Written by Himself. [Vol. 1 of 2] With His Most Interesting Essays, Letters, and Miscellaneous Writings; Familiar, Moral, Political, Economical, and Philosophical, Selected with Care from All His Published Productions, and Comprising Whatever Is Most Entertaining and Valuable to the General Reader

By Benjamin Franklin

Page 124

procuring him the
wagons, &c., &c., and readily paid my account of disbursements; thanking
me repeatedly, and requesting my farther assistance in sending
provisions after him. I undertook this also, and was busily employed in
it till we heard of his defeat; advancing for the service, of my own
money, upward of one thousand pounds sterling, of which I sent him an
account. It came to his hands, luckily for me, a few days before the
battle, and he returned me immediately an order on the paymaster for the
round sum of one thousand pounds, leaving the remainder to the next
account. I consider this payment as good luck, having never been able
to obtain that remainder, of which more hereafter.

This general was, I think, a brave man, and might probably have made a
figure as a good officer in some European war; but he had too much
self-confidence, too high an opinion of the validity of regular troops,
and too mean a one of both Americans and Indians. George Croghan, our
Indian interpreter, joined him on his march with one hundred of those
people, who might have been of great use to his army as guides, scouts,
&c., if he had treated them kindly; but he slighted and neglected them,
and they gradually left him. In conversation with him one day, he was
giving me some account of his intended progress. "After taking Fort
Duquesne," said he, "I am to proceed to Niagara; and having taken that,
to Frontenac, if the season will allow time, and I suppose it will; for
Duquesne can hardly detain me above three or four days; and then I see
nothing that can obstruct my march to Niagara." Having before revolved
in my mind the long line his army must make in their march by a very
narrow road, to be cut for them through the woods and bushes; and also
what I had read of a former defeat of fifteen hundred French who invaded
the Illinois country, I had conceived some doubts and some fears for the
event of the campaign. But I ventured only to say, "To be sure, sir, if
you arrive well before Duquesne, with the fine troops so well provided
with artillery, the fort, though completely fortified, and assisted with
a very strong garrison, can probably make but a short resistance. The
only danger I apprehend of obstruction to your march is from the
ambuscades of the Indians, who, by constant practice, are dexterous in
laying and executing them: and the slender line, near four miles long,
which your army must make, may

Last Page Next Page

Text Comparison with Expériences et observations sur l'électricité faites à Philadelphie en Amérique

Page 9
Boyle avoit fait beaucoup de recherches sur les corps qui donnent de la lumière dans l'obscurité, en particulier sur le ver luisant; y ayant emprunté un diamant qu'on disoit avoir la propriété d'être lumineux dans les ténèbres, il observa que ce diamant étant frotté dans l'obscurité contre quelqu'étoffe que ce fût, devenoit en effet non-seulement lumineux, mais encore électrique, comme l'avoit observé Gilbert.
Page 11
Dufay de l'Académie Royale des Sciences, informé des découvertes de M.
Page 14
Dans le premier cas il ne faut que tirer une étincelle du fil-d'archal avec l'autre main: l'on reçoit la commotion, & la bouteille est déchargée à l'instant; dans le second l'on approche le fil-d'archal d'un corps non-électrique pour tirer l'étincelle; mais il faut avoir attention à ne pas tenir ce corps de l'autre main, car on seroit frappé; dans le troisième cas il ne s'agit que d'opposer à quelques pouces de distance du crochet une pointe de métal, comme celle d'une aiguille, d'un poinçon, &c.
Page 32
Lorsque la quantité de fluide électrique qui a été enlevée à une portion de matière commune, lui est renduë, elle y entre, les triangles dilatés étant comprimés de nouveau, jusqu'à ce qu'il y ait place pour la totalité.
Page 34
La pointe de l'atmosphère de l'angle C étant beaucoup plus loin de C qu'aucune partie de l'atmosphère sur les lignes C B, ou B A; & outre la distance qui résulte de la nature de la figure, là où l'attraction est moindre, les particules doivent naturellement s'étendre à une plus grande distance par leur mutuelle répulsion.
Page 41
EXPÉRIENCES _Qui confirment ce qui vient d'être avancé.
Page 42
Après les avoir laissées en cet état pendant plusieurs heures, j'ai fait l'expérience de Leyde avec chacune de ces deux bouteilles, & j'ai trouvé que la commotion donnée par la bouteille posée sur le support électrique, étoit la plus forte.
Page 54
ou 4.
Page 71
.
Page 77
La surface qui a été ainsi vuidée, pour avoir chassé son fluide électrique, en reprend avec violence une quantité égale aussitôt que le verre trouve l'occasion de décharger cette quantité excédente au-delà de ce qu'il peut retenir par l'attraction dans son autre surface, dont la répulsion additionnelle a occasionné le vuide; car les expériences favorisant, je dirois presque confirmant cette hipothèse, je dois, pour éviter les répétitions, vous prier de revoir ce qui a déjà été dit de la fiole électrique dans mes précédentes lettres.
Page 80
entre les corps non-électriques & le verre, qui est un corps originairement électrique, consiste en ces deux particularités; la première que le corps non-électrique souffre sans peine un changement dans la quantité du fluide électrique qu'il contient.
Page 81
J'ai aussi senti le feu électrique lorsqu'il avoit traversé l'or, l'argent, le cuivre, le plomb, le fer, le bois & le corps humain, sans y appercevoir aucune différence: l'odeur est toujours la même lorsque l'étincelle ne brûle pas ce qu'elle frappe, c'est pourquoi j'imagine qu'elle ne prend son odeur d'aucune qualité des corps qu'elle traverse, & en effet comme cette odeur abandonne si rapidement la matière électrique & s'attache au revers du doigt.
Page 108
J'ai fait planter dans un jardin trois grosses perches de vingt-huit à vingt-neuf pieds disposées en triangle, & éloignées les unes des autres d'environ huit pieds; deux de ces perches sont contre un mur, & la troisiéme est au-dedans du jardin.
Page 123
J'observe que quand j'ai présenté mon doigt devant le globe de soufre, lorsqu'il est en mouvement, le ruisseau de feu entre mon doigt & le globe semble se répandre sur sa surface comme s'il sortoit du doigt; il en est tout autrement du globe de verre.
Page 127
Franklin, Écuyer, & communiquées à P.
Page 130
Je crois que le dernier cas est rare, car quoique bientôt après la dernière expérience je fis un voyage à Boston, & fus hors de chez moi la plus grande partie de l'été, ce qui m'empêcha de poursuivre mes observations & mes essais; cependant M.
Page 137
Un oeil placé de façon qu'il voye horizontalement le dessous.
Page 141
Mais de l'aveu des Électriciens, la cause attractive est dans la boule même, & non dans le corps fixe auquel elle court.
Page 142
la recevroit & la rassembleroit assurément; mais ayant tenu les bouteilles dans cette situation pendant un tems considérable, pendant lequel le globe ne cessa de tourner, je ne m'apperçus point que la seconde bouteille fut chargée le moins du monde, car quand je portai le doigt au crochet, comme dans l'expérience de Leyde, je n'éprouvai pas la moindre commotion, & je ne vis pas une étincelle partir du crochet.
Page 158
18.