Memoirs of Benjamin Franklin; Written by Himself. [Vol. 1 of 2] With His Most Interesting Essays, Letters, and Miscellaneous Writings; Familiar, Moral, Political, Economical, and Philosophical, Selected with Care from All His Published Productions, and Comprising Whatever Is Most Entertaining and Valuable to the General Reader

By Benjamin Franklin

Page 128

gave them the reasons of my
doubting: the subscription was dropped, and the projectors thereby
missed the mortification they would have undergone if the fireworks had
been prepared. Dr. Bond, on some other occasion afterward, said that he
did not like Franklin's forebodings.

Governor Morris, who had continually worried the Assembly with message
after message, before the defeat of Braddock, to beat them into the
making of acts to raise money for the defence of the province, without
taxing, among others, the proprietary estates, and had rejected all
their bills for not having such an exempting clause, now redoubled his
attacks with more hope of success, the danger and necessity being
greater. The Assembly, however, continued firm, believing they had
justice on their side, and that it would be giving up an essential right
if they suffered the governor to amend their money-bills. In one of the
last, indeed, which was for granting fifty thousand pounds, his proposed
amendment was only of a single word: the bill expressed "that all
estates, real and personal, were to be taxed; those of the proprietaries
_not_ excepted." His amendment was, for _not_ read _only_. A small but
very material alteration! However, when the news of the disaster reached
England, our friends there, whom we had taken care to furnish will all
the Assembly's answers to the governor's messages, raised a clamour
against the proprietaries for their meanness and injustice in giving
their governor such instructions; some going so far as to say that, by
obstructing the defence of their province, they forfeited their right to
it. They were intimidated by this, sent orders to their receiver-general
to add five thousand pounds of their money to whatever sum might be
given by the Assembly for such purpose. This being testified to the
house, was accepted in lieu of their share of a general tax, and a new
bill was formed, with an exempting clause, which passed accordingly. By
this act I was appointed one of the commissioners for disposing of the
money, sixty thousand pounds. I had been active in modelling the bill
and procuring its passage, and had, at the same time, drawn one for
establishing and disciplining a voluntary militia, which I carried
through the house without much difficulty, as care was taken in it to
leave the Quakers at liberty. To promote the association necessary to
form the militia, I wrote a dialogue stating and answering all the
objections I could think of to such a militia, which was printed, and
had, as I thought great effect. While the several companies in the city
and country were forming and

Last Page Next Page

Text Comparison with Expériences et observations sur l'électricité faites à Philadelphie en Amérique

Page 8
C'est peut-être sur cette idée de Gilbert que le célèbre Otto de Guerike s'avisa de faire des observations sur un globe de soufre qu'il excitoit à l'électricité par un mouvement qui imitoit en quelque forte celui de la terre.
Page 24
Dans l'un & l'autre cas; sans cesser de plaindre son malheur, je ne puis en attribuer la cause qu'à son défaut d'attention & de précaution.
Page 40
Comme il ne peut plus être poussé de feu électrique au dedans de la bouteille, lorsque tout celui du dehors est épuisé; de même dans une bouteille non encore électrisée, on ne sauroit en pousser dans le dedans, lorsqu'il n'en peut sortir du dehors: ce qui arrive ou quand le fond est trop épais, ou quand la bouteille est placée sur un corps originairement électrique.
Page 43
Faites tenir un fil-d'archal dans le plomb dont le bas de la bouteille est armé (_d_), de sorte qu'en faisant un coude pour se relever perpendiculairement, l'anneau qui le termine se trouve de niveau avec le haut ou l'anneau du fil-d'archal qui entre dans le liége (_e_) à trois ou quatre pouces de distance.
Page 44
I.
Page 55
_ Soit, Monsieur, on s'en tient à votre parole.
Page 67
.
Page 71
60.
Page 79
.
Page 87
L'Océan est un composé d'eau, corps non-électrique, & de sel, corps originairement électrique.
Page 90
111.
Page 105
23.
Page 107
de cuivre, dont le fléau ait au moins 2.
Page 114
Il consiste à élever dans le voisinage autour de leurs châteaux ou maisons plusieurs de ces mêmes verges métalliques sur de grands arbres, sur des tours, sur des éminences, &c.
Page 119
On remplit de poudre séche une petite cartouche; on la bourre assez fort pour en écraser quelques grains; on y enfonce ensuite deux fils-d'archal pointus un à chaque bout, ensorte que leurs pointes ne soient éloignées que d'un demi pouce au milieu de la cartouche que l'on place dans cercle; quand les quatre vases se déchargent, la flamme sautant de la pointe d'un fil-d'archal à celle de l'autre dans la cartouche au travers de la poudre, l'enflamme, & l'explosion de la poudre se fait au même instant que le craquement de la décharge.
Page 125
Mais je n'ai pas le tems d'ajouter autre chose si ce n'est que je suis, Monsieur, &c.
Page 132
Je ne sçaurois m'empêcher de hazarder quelques conjectures sur ce sujet; voici celles qui s'offrent à présent à mon esprit; & quand même de nouvelles découvertes montreroient qu'elles ne sont pas tout-à-fait justes, elles pourroient, en attendant, être de quelque utilité, en excitant les curieux à faire davantage d'expériences, & en donnant occasion à des recherches plus exactes.
Page 136
Ainsi les verges de métal, d'une grosseur suffisante, & qui s'étendent de la partie la plus haute d'un édifice jusqu'à terre, étant de la meilleure matière, & des conducteurs parfaits, préserveront, je pense, le bâtiment de dommage, ou en rétablissant l'équilibre assez vîte pour prévenir le coup, ou en le conduisant dans la substance de la verge aussi loin qu'elle s'étend, ensorte qu'il n'y ait d'explosion qu'au dessus de sa pointe, entre elle & les nuages.
Page 140
_ L'Abbé ne nous dit point quels sont ces effets: je n'ai jamais pû les observer tous, & on peut aisément rendre raison de ceux que l'on observe, en supposant que ce côté est entiérement destitué de matière électrique.
Page 151
On peut de même découvrir aisément avec une bouteille chargée si le feu électrique est tiré de l'appareil par un nuage négatif ou s'il y est poussé par un positif, & quelque soit celui par lequel il sera électrisé, soit que ce nuage se sépare de son surplus, soit que son défaut soit remplacé sur le champ, l'appareil perdra son électricité.