Memoirs of Benjamin Franklin; Written by Himself. [Vol. 1 of 2] With His Most Interesting Essays, Letters, and Miscellaneous Writings; Familiar, Moral, Political, Economical, and Philosophical, Selected with Care from All His Published Productions, and Comprising Whatever Is Most Entertaining and Valuable to the General Reader

By Benjamin Franklin

Page 73

worth
all Plutarch's Lives put together.

"But being tired of figuring to myself a character of which every
figure suits only one man in the world, without giving him the
praise of it, I shall end my letter, my dear Dr. Franklin, with a
personal application to your proper self.

"I am earnestly desirous, then, my dear sir, that you should let
the world into the traits of your genuine character, as civil
broils may otherwise tend to disguise or traduce it. Considering
your great age, the caution of your character, and your peculiar
style of thinking, it is not likely that any one besides yourself
can be sufficiently master of the facts of your life or the
intentions of your mind.

"Besides all this, the immense revolution of the present period
will necessarily turn our attention towards the author of it; and
when virtuous principles have been pretended in it, it will be
highly important to show that such have really influenced; and, as
your own character will be the principal one to receive a scrutiny,
it is proper (even for its effects upon your vast and rising
country, as well as upon England and upon Europe) that it should
stand respectable and eternal. For the furtherance of human
happiness, I have always maintained that it is necessary to prove
that man is not even at present a vicious and detestable animal;
and still more to prove that good management may greatly amend him;
and it is for much the same reason that I am anxious to see the
opinion established, that there are fair characters among the
individuals of the race; for the moment that all men, without
exception, shall be conceived abandoned, good people will cease

Last Page Next Page

Text Comparison with Expériences et observations sur l'électricité faites à Philadelphie en Amérique

Page 1
Franklin; celui-ci, qui ne les avoit pas écrites à cette intention, se pressa d'envoyer à son ami quelques changemens, qui n'étant pas arrivés à tems, ne purent être mis que comme additions & corrections à la fin de l'ouvrage.
Page 3
des Végét.
Page 7
L'ambre-jaune étoit mis alors au rang des choses les plus précieuses; il servoit à l'ornement des autels & aux parures inventées par le luxe.
Page 15
le Monnier, médecin, à qui on est redevable de la plupart des découvertes précédentes, _Hist.
Page 21
des Scienc.
Page 27
traduites de l'Anglois par M.
Page 47
Couchez deux livres sur deux verres dos à dos, à la distance de deux ou trois pouces; mettez sur l'un la fiole électrisée, & touchez le fil-d'archal, ce livre sera électrisé _négativement_; le feu électrique en étant tiré par le fond de la bouteille, ôtez la bouteille, & la tenez à la main, touchez l'autre livre avec le fil-d'archal, ce livre sera électrisé positivement: le feu passant du fil-d'archal dans le livre, & votre main en refournissant en même tems à la bouteille; une petite boule de liége suspendue à un fil de soye jouëra entre ces deux livres jusqu'à ce que l'équilibre soit rétabli.
Page 56
38.
Page 64
étoient égales en capacité, en matiére, en forme, & leur intérieur également moüillé, ce degré seroit éxactement le même dans chacune.
Page 65
Il résulte de toutes ces observations que j'ai faites & répétées avec tout le soin & l'éxactitude possibles, qu'en s'y prenant comme l'enseigne M.
Page 66
72.
Page 77
.
Page 98
.
Page 106
Il y a aussi des exemples que la foudre opère quelquefois des fusions de métaux par chaleur, ce sont alors de véritables fusions, des fusions brûlantes.
Page 108
Ces verges de fer bien pointuës tireroient probablement & tireroit sans bruit le feu électrique hors du nuage, avant qu'il vint assez près pour frapper & pour causer aucun désastre.
Page 127
Colden de la nouvelle York.
Page 132
Je ne sçaurois m'empêcher de hazarder quelques conjectures sur ce sujet; voici celles qui s'offrent à présent à mon esprit; & quand même de nouvelles découvertes montreroient qu'elles ne sont pas tout-à-fait justes, elles pourroient, en attendant, être de quelque utilité, en excitant les curieux à faire davantage d'expériences, & en donnant occasion à des recherches plus exactes.
Page 135
Qu'il me soit permis de recommander au curieux dans cette branche de la philosophie naturelle, de répèter avec soin & en observateurs exacts, les expériences que j'ai rapportées dans cet écrit & les précédens sur l'électricité positive & négative avec les autres de même genre qu'ils imagineront, afin de s'assurer si l'électricité communiquée par un globe de verre est réellement positive.
Page 156
perte du feu, tombe en rosée, II.
Page 163
242.