Memoirs of Benjamin Franklin; Written by Himself. [Vol. 1 of 2] With His Most Interesting Essays, Letters, and Miscellaneous Writings; Familiar, Moral, Political, Economical, and Philosophical, Selected with Care from All His Published Productions, and Comprising Whatever Is Most Entertaining and Valuable to the General Reader

By Benjamin Franklin

Page 98

of the nights spent in tippling: I thereupon wrote a paper, to be
read in Junto, representing these irregularities, but insisting more
particularly on the inequality of this six-shilling tax of the
constables, respecting the circumstances of those who paid it, since a
poor widow housekeeper, all whose property to be guarded by the watch
did not perhaps exceed the value of fifty pounds, paid as much as the
wealthiest merchant who had thousands of pounds worth of goods in his
stores. On the whole, I proposed, as a more effectual watch, the hiring
of proper men to serve constantly in the business; and, as a more
equitable way of supporting the charge, the levying of a tax that should
be proportioned to the property. This idea, being approved by the Junto,
was communicated to the other clubs, but as originating in each of them;
and though the plan was not immediately carried into execution, yet, by
preparing the minds of the people for the change, it paved the way for
the law, obtained a few years after, when the members of our clubs were
grown into more influence.

About this time I wrote a paper (first to be read in the Junto, but it
was afterward published) on the different accidents and carelessnesses
by which houses were set on fire, with cautions against them, and means
proposed of avoiding them. This was spoken of as a useful piece, and
gave rise to a project, which soon followed it, of forming a company for
the more ready extinguishing of fires, and mutual assistance in removing
and securing of goods when in danger. Associates in this scheme were
presently found amounting to thirty. Our articles of agreement obliged
every member to keep always in good order and fit for use a certain
number of leathern buckets, with strong bags and baskets (for packing
and transporting goods), which were to be brought to every fire; and we
agreed about once a month to spend a social evening together in
discoursing and communicating such ideas as occurred to us upon the
subject of fires as might be useful in our conduct on such occasions.
The utility of this institution soon appeared; and many more desiring to
be admitted than we thought convenient for one company, they were
advised to form another, which was accordingly done; and thus went on
one new company after another, till they became so numerous as to
include most of the inhabitants who were men of property; and now, at
the time of my writing this (though upward of fifty years since its
establishment), that

Last Page Next Page

Text Comparison with Vie de Franklin, écrite par lui-même - Tome I Suivie de ses œuvres morales, politiques et littéraires

Page 5
Ils pourront, au.
Page 10
Pour moi, on m'envoya dans un collège à l'âge de huit ans; mon père me destinoit à l'église et me regardoit déjà comme le chapelain de la famille.
Page 17
Au bout de ce temps-là, j'essayai, sans regarder le livre, de rendre aux discours leur première forme, et d'exprimer chaque pensée comme elle étoit dans l'ouvrage même, employant les mots les plus convenables, qui s'offroient à mon esprit.
Page 32
Quelques jours après, voyant le capitaine Holmes de retour, il la lui montra, et lui demanda s'il connoissoit Keith, et quelle espèce d'homme c'étoit, ajoutant que selon lui, il falloit qu'il eût bien peu de discernement pour songer à mettre à la tête d'une entreprise un enfant qui avoit encore trois ans à courir pour être rangé dans la classe des hommes.
Page 39
«Dans la carrière du commerce, lui dit-il, vous parviendrez, quoique vous n'ayiez point de capitaux, à vous procurer de l'emploi comme facteur, et vous pourrez, avec le temps, acquérir les moyens de vous établir pour votre compte».
Page 40
Il fut extrêmement regretté; car c'étoit le meilleur d'entre nous.
Page 47
Je trouvois à mon retour, mes caractères mêlés, mes pages transposées, mes matières rompues, etc.
Page 57
Nul d'entr'eux n'a cessé d'avoir de l'estime pour moi.
Page 62
Le soir, en me retirant du club, je le vois encore à l'ouvrage, et le matin il s'y est remis avant que ses voisins soient levés.
Page 64
Aussitôt que je le pus, je lui payai le capital et les intérêts, et lui renouvelai tous mes remerciemens; de sorte que cette première erreur de ma vie fut presque corrigée.
Page 74
Les habitans de ces frontières n'étoient pas en état de leur résister.
Page 77
Il conclut que l'effet de ces barres seroit d'écarter le nuage à une distance où l'éclat de la foudre ne pourroit pas se faire sentir; d'en détacher la matière électrique, ou du moins, de la conduire jusque dans la terre, sans qu'elle pût être dangereuse pour le bâtiment.
Page 79
Il étoit des hommes qui regardoient comme trop humiliant pour eux, qu'un Américain, un habitant d'une ville encore peu célèbre, un homme dont le nom étoit à peine connu, fût en état de faire des découvertes, et de présenter des théories qui avoient échappé aux recherches des philosophes les plus éclairés de l'Europe.
Page 94
L'appréhension même d'un danger commun ne suffisoit pas pour les réconcilier un moment.
Page 104
Il y a lieu de croire que Franklin eut beaucoup de part à cet ouvrage, ou du moins, qu'il fournit des matériaux à l'auteur.
Page 115
Certes, je désire que l'une et l'autre entreprennent de former l'établissement que j'ai conçu, parce que je pense que, quoiqu'il puisse s'élever des difficultés imprévues, on peut trouver le moyen de les vaincre, et de rendre le plan praticable.
Page 116
Si la jeunesse manque un peu de cette prudence qui est nécessaire pour conduire un ménage, elle trouve assez de parens et d'amis d'un âge mûr, pour remédier à ce défaut, et elle est plutôt habituée à une vie tranquille et régulière.
Page 120
Mes voeux les plus ardens sont cependant pour ma ville natale: _esto perpetua!_ Elle possède maintenant une excellente constitution.
Page 126
Combien peu d'entre nous existent aussi long-temps! J'ai vu des générations naître, fleurir et disparoître.
Page 141
J'ai considéré que si je ne m'étois pas éveillé de si bon matin, j'aurois dormi six heures de plus, à la clarté du soleil, et qu'en revanche j'aurois la nuit suivante, passé six heures de plus à la clarté des bougies; et comme la dernière est beaucoup plus coûteuse que l'autre, mon goût pour l'économie m'a induit à faire usage de tout le peu d'arithmétique que je sais, pour faire les calculs dont je vais vous faire part.