Memoirs of Benjamin Franklin; Written by Himself. [Vol. 2 of 2] With his Most Interesting Essays, Letters, and Miscellaneous Writings; Familiar, Moral, Political, Economical, and Philosophical, Selected with Care from All His Published Productions, and Comprising Whatever Is Most Entertaining and Valuable to the General Reader

By Benjamin Franklin

Page 100

character as an _honest_ and faithful
as well as _skilful_ workman, and then he need not fear employment.

"And now, as to what you propose for Benny, I believe he may be, as you
say, well enough qualified for it; and when he appears to be settled, if
a vacancy should happen, it is very probable he may be thought of to
supply it; but it is a rule with me not to remove any officer that
behaves well, keeps regular accounts, and pays duly; and I think the
rule is founded on reason and justice. I have not shown any backwardness
to assist Benny, where it could be done without injuring another. But if
my friends require of me to gratify not only their inclinations, but
their resentments, they expect too much of me. Above all things, I
dislike family quarrels; and when they happen among my relations,
nothing gives me more pain. If I were to set myself up as a judge of
those subsisting between you and brother's widow and children, how
unqualified must I be, at this distance, to determine rightly,
especially having heard but one side. They always treated me with
friendly and affectionate regard; you have done the same. What can I say
between you but that I wish you were reconciled, and that I will love
that side best that is most ready to forgive and oblige the other. You
will be angry with me here for putting you and them too much upon a
footing, but I shall nevertheless be

"B. FRANKLIN."

* * * * *

"_Miss Stevenson, Wanstead._

"Craven-street, May 16, 1760.

"I send my good girl the books I mentioned to her last night. I beg her
to accept of them as a small mark of my esteem and friendship. They are
written in the familiar, easy manner for which the French are so
remarkable; and

Last Page Next Page

Text Comparison with Vie de Benjamin Franklin, écrite par lui-même - Tome II suivie de ses œuvres morales, politiques et littéraires

Page 20
Les habitans des villes commerçantes peuvent être riches et adonnés au luxe, tandis que ceux des campagnes possèdent toutes les vertus qui contribuent au bonheur et à la prospérité publique.
Page 26
Si l'on interdisoit le pillage, on auroit moins d'ardeur à combattre, et vraisemblablement la paix seroit bien plus durable.
Page 27
_ «Je suis très-certain, etc».
Page 35
[20] Prison de Londres.
Page 37
» Les Sauvages ayant de fréquentes occasions de tenir des conseils publics, ils se sont accoutumés à maintenir beaucoup d'ordre et de décence dans ces assemblées.
Page 38
Par ce moyen, ils évitent les disputes: mais aussi on peut difficilement connoître leur façon de penser et l'impression qu'on fait sur eux.
Page 49
La récolte de l'année dernière a été généralement abondante; et cependant le fermier n'a jamais vendu aussi cher ce qu'il a livré au commerce, ainsi que l'attestent les prix courans qu'on a publiés.
Page 57
Mais ce ne sont que ces sortes d'objets qu'il est avantageux d'y fabriquer lorsqu'on en trouve le débit.
Page 61
La force et les moyens qu'a un gouvernement pour faire le bonheur du peuple, dépendent beaucoup de l'opinion; c'est-à-dire, de l'idée générale qu'on se forme de sa bonté, ainsi que de la sagesse et de l'intégrité de ceux qui gouvernent.
Page 66
On leur apprendra aussi les noms modernes des lieux dont parlent les anciens auteurs.
Page 89
Le chanvre croît spontanément dans les vallées et dans le pays bas.
Page 91
Et, certes, alors on verra que cette dépendance peut avoir des conséquences graves pour la nation, et mérite toute l'attention du gouvernement.
Page 108
(_Note du Traducteur.
Page 112
Alors, les gouverneurs et les conseils n'ayant point de représentans du peuple pour approuver leurs mesures, y concourir et les rendre agréables aux colons, verront bientôt leur administration devenir suspecte et odieuse.
Page 113
Il faudroit enfin, que les sujets de l'Angleterre, qui habitent en-deçà de la mer, eussent, à cet égard, les mêmes droits que ceux qui vivent dans la Grande-Bretagne, jusqu'à ce que le nouveau parlement jugeât qu'il est de l'intérêt général de rétablir quelques-uns ou même tous les actes prohibitifs.
Page 116
Recommander d'offrir un pardon aux colonies, qu'on a outragées, c'est, en vérité, montrer qu'on nous croit encore l'ignorance, la bassesse, l'insensibilité que votre aveugle et orgueilleuse nation s'est long-temps plu à nous supposer.
Page 120
Ce n'est pas le salaire de l'ouvrier, mais le prix des marchandises qui doit être modéré, pour qu'on puisse vendre ces marchandises à l'étranger: mais on a toujours négligé de faire cette distinction.
Page 137
3.
Page 144
Quelque chose aussi, qui prétendoit être la raison, me suggéroit, de temps en temps, que cette extrême délicatesse, que j'exigeois de moi-même, pouvoit bien être une espèce de sottise en morale, qui me rendroit ridicule, si elle étoit connue; qu'un caractère parfait pourroit éprouver l'inconvénient d'être un objet d'envie et de haine, et que celui qui veut le bien, doit se souffrir un petit nombre de défauts, pour mettre ses amis à leur aise.
Page 149
Souvenez-vous que le bonhomme Richard dit qu'un chat ganté n'attrape point de souris.