Memoirs of Benjamin Franklin; Written by Himself. [Vol. 2 of 2] With his Most Interesting Essays, Letters, and Miscellaneous Writings; Familiar, Moral, Political, Economical, and Philosophical, Selected with Care from All His Published Productions, and Comprising Whatever Is Most Entertaining and Valuable to the General Reader

By Benjamin Franklin

Page 113

the friends of
America were run upon and hurt by them, and how much the Grenvillians
triumphed. I have just written a paper for next Thursday's Chronicle,
to extenuate matters a little.

"Mentioning Colonel Onslow reminds me of something that passed at the
beginning of this session in the house between him and Mr. Grenville.
The latter had been raving against America, as traitorous, rebellious,
&c., when the former, who has always been its firm friend, stood up and
gravely said, that in reading the Roman history, he found it was a
custom among that wise and magnanimous people, whenever the senate was
informed of any discontent in the provinces, to send two or three of
their body into the discontented provinces to inquire into the
grievances complained of, and report to the senate, that mild measures
might be used to remedy what was amiss before any severe steps were
taken to enforce obedience. That this example he thought worthy our
imitation in the present state of our colonies, for he did so far agree
with the honourable gentleman that spoke just before him as to allow
there were great discontents among them. He should therefore beg leave
to move, that two or three members of Parliament be appointed to go over
to New-England on this service. And that it might not be supposed he was
for imposing burdens on others that he would not be willing to bear
himself, he did at the same time declare his own willingness, if the
house should think fit to appoint them, to go over thither _with that
honourable gentleman_. Upon this there was a great laugh, which
continued some time, and was rather increased by Mr. Grenville's asking,
'Will the gentleman engage that I shall be safe there? Can I be assured
that I shall be allowed to come back again to make the report?' As soon
as the laugh was so far subsided as that Mr. Onslow could be heard
again, he added, 'I cannot absolutely engage for the honourable
gentleman's safe return; but if he goes thither upon this service, I am
strongly of opinion the _event_ will contribute greatly to the future
quiet of both countries.' On which the laugh was renewed and redoubled.

"If our people should follow the Boston example in entering into
resolutions of frugality and industry, full as necessary for us as for
them, I hope they will, among other things, give this reason, that 'tis
to enable them more speedily and effectually to discharge their debts to
Great Britain; this will soften a little, and, at the same time, appear
honourable,

Last Page Next Page

Text Comparison with Vie de Benjamin Franklin, écrite par lui-même - Tome II suivie de ses œuvres morales, politiques et littéraires

Page 5
L'on sait que quand le lecteur rencontre une question, il doit varier les inflexions de sa voix.
Page 13
Un crapaud enseveli dans du sable, vit, dit-on, jusqu'au moment où ce sable se pétrifie; et alors l'animal étant renfermé dans une pierre, peut vivre encore pendant une longue suite de siècles.
Page 26
Tandis que les corsaires se multiplient, les navires qui peuvent être pris et les chances du profit diminuent; de sorte qu'il y a beaucoup de croisières où les dépenses surpassent le gain.
Page 40
Il avoit été naturalisé parmi les six Nations, et parloit très-bien la langue Mohock.
Page 51
L'accroissement du luxe les alarme; et ils pensent que c'est-là ce qui nous conduit à grands pas vers notre ruine.
Page 56
Aussi, on y voit sans cesse augmenter le besoin des ouvriers de toute espèce, pour construire des maisons aux agriculteurs, et leur faire les meubles et ustensiles grossiers qu'il ne seroit pas aussi commode de faire venir d'Europe.
Page 58
Aussi, les artisans vivent en général beaucoup mieux en Amérique qu'en Europe; et ceux qui sont économes ramassent aisément de quoi vivre dans leur vieillesse, et laisser du bien à leurs enfans.
Page 60
.
Page 71
Tandis qu'un corps organisé, soit animal, soit végétal, augmente en croissance ou remplace ce qu'il perd continuellement, n'est-ce pas en attirant et en consolidant ce fluide, appelé _feu_, de manière à en former une partie de sa.
Page 72
Mais il ne peut ni créer une nouvelle matière, ni anéantir celle qui existe.
Page 74
D'après le second paragraphe du rapport des lords commissaires, il semble qu'ils craignent que les terres situées au sud-ouest des limites tracées sur la carte, soient réclamées par les Cherokées, comme leur pays de chasse, ou même que ce soit là que chassent les six Nations et leurs confédérés.
Page 81
Ces mêmes concessionnaires font aujourd'hui partie de la compagnie de M.
Page 93
De Sheffield.
Page 95
» Peut-il y avoir une opinion plus claire, plus concluante, en faveur de la proposition que nous avons humblement soumise au conseil de sa majesté?--Les lords commissaires de 1768, ne disent-ils pas positivement que les habitans des colonies du centre auront la liberté de s'étendre graduellement dans l'intérieur du pays?--N'est-il donc pas bien extraordinaire qu'après deux ans de délibération, les lords commissaires actuels présentent aux lords du conseil privé un rapport, dans lequel se référant à celui de 1768, ils disent: _Que tous les argumens à ce sujet y ont été rassemblés avec beaucoup de force et de précision_; et qu'ils ajoutent dans le même paragraphe qu'_ils doivent combattre cette opinion et conseiller au roi d'arrêter les progrès des établissemens dans l'intérieur du pays_?--Ils disent encore, «Qu'on doit empêcher, autant qu'il est possible, ces établissemens éloignés; et qu'il faut qu'une proclamation nouvelle annonce la résolution où est sa majesté, de ne point permettre à présent qu'on fasse de nouveaux établissemens au-delà des limites; c'est-à-dire, au-delà des montagnes d'Allegany.
Page 98
» Nous avouons franchement qu'il nous est impossible de concevoir pourquoi les lords commissaires du commerce et des plantations ont chargé leur rapport de l'opinion du général Gage sur ce qu'il appelle _l'établissement d'un pays étranger_, établissement qu'on ne pouvoit entreprendre sans être obligé de combattre pour chaque pouce de terrain.
Page 104
» Cependant, les lords commissaires du commerce et des colonies, ont fort peu d'égard à toutes ces circonstances.
Page 127
FRANKLIN.
Page 128
--Ne vous flattez donc pas qu'en passant une demi-heure dans votre voiture, vous preniez de l'exercice.
Page 132
Pendant plusieurs des premières années, je n'ai pensé qu'à elle.
Page 139
| |======|======|======|======|======|======|======| Sobriété.