Memoirs of Benjamin Franklin; Written by Himself. [Vol. 2 of 2] With his Most Interesting Essays, Letters, and Miscellaneous Writings; Familiar, Moral, Political, Economical, and Philosophical, Selected with Care from All His Published Productions, and Comprising Whatever Is Most Entertaining and Valuable to the General Reader

By Benjamin Franklin

Page 119

honest whigs at * *. Adieu.

[18] Dr. Franklin, Colonel Harrison, and Mr. Lynch, were at this
time appointed by Congress (of which they were members) to confer
on certain subjects with General Washington. The American army was
then employed in blocking up General Howe in Boston; and it was
during this visit that General Washington communicated the
following memorable anecdote to Dr. Franklin, viz., "that there had
been a time when his army had been so destitute of military stores
as not to have powder enough in all its magazines to furnish more
than five rounds per man for their small arms." Artillery were out
of the question: they were fired now and then, only to show that
they had them. Yet this secret was kept with so much address and
good countenance from both armies, that General Washington was
enabled effectually to continue the blockade.

"I am ever yours most affectionately,
"B. FRANKLIN."

* * * * *

"_Mrs. Thompson, at Lisle._

Paris, February 8, 1777.

"You are too early, _hussy_, as well as too saucy, in calling me
_rebel_; you should wait for the event, which will determine whether it
is a _rebellion_ or only a _revolution_. Here the ladies are more
civil; they call us _les insurgens_, a character that usually pleases
them; and methinks all other women who smart, or have smarted, under the
tyranny of a bad husband, ought to be

Last Page Next Page

Text Comparison with Expériences et observations sur l'électricité faites à Philadelphie en Amérique

Page 2
peu obscurs dans l'original.
Page 4
De là sont venus les termes nouveaux électriser _en plus_, électriser _en moins_, dont les significations répondent assez bien à celles qu'ils ont dans l'algèbre.
Page 14
La verge s'électrise aussi promptement & aussi fortement par cette méthode que par celle de M.
Page 19
Il rapporte les raisons qui appuyent cette conjecture & adopte son sentiment.
Page 21
Bose avoit avancé dans son quatriéme commentaire sur l'électricité qu'il désespéroit que l'on pût trouver une mesure exacte des forces de l'électricité.
Page 22
En suivant les principes de M.
Page 26
PRÉFACE DE L'ÉDITEUR ANGLOIS.
Page 27
_ _En effet la scène qu'il ouvre à nos regards, nous surprend agréablement, tandis qu'il nous mène par un enchaînement de faits, & de réfléxions judicieuses à une cause probable des phénomènes les plus terribles & qui ont été expliqués jusqu'ici avec le moins de vraisemblance.
Page 50
Nous trouvons le plomb granulé meilleur que l'eau pour remplir la bouteille, parce qu'il est aisément chauffé, & qu'il conserve la chaleur & la sécheresse dans un air humide.
Page 51
.
Page 61
Ensuite pour découvrir si elle résidoit dans l'eau, y étant comprimée & condensée, parce que le verre la serre de toutes parts (ce qui avoit été notre première opinion,) nous électrisâmes de nouveau la bouteille; & l'ayant mise sur un verre, nous otâmes, comme ci-devant, le liége & le fil-d'archal; levant alors la bouteille, nous versâmes toute l'eau dans une autre bouteille vuide qui étoit pareillement sur un verre; & levant cette derniere fiole, nous comptâmes, si la force résidoit dans l'eau, d'entendre partir un coup; mais il n'y en eut point.
Page 76
Que les parties composantes du verre soient extrêmement petites & déliées, je le conjecture de ce que ses parties brisées ne sont jamais raboteuses, mais toujours lisses & polies; & de la ténuité de ses particules, j'infére que les pores entr'elles sont excessivement petits; de là vient que l'eau forte, ni aucun autre menstruë connu n'y peut entrer pour les séparer, & en dissoudre la substance; nous ne connoissons même aucun fluide assez délié pour les pénétrer, excepté le feu commun & le fluide électrique.
Page 94
Les métaux sont souvent fondus par la foudre, quoiqu'ils ne le soient peut-être ni par la chaleur de la foudre, ni même par l'agitation du feu dans les mêmes métaux.
Page 95
Le mouvement horizontal des bassins sur le plancher, peut représenter le mouvement des nuages sur la terre, & le poinçon élevé, les montagnes & les plus hauts édifices, & alors nous voyons comment les nuages électrisés passant sur les montagnes & sur les bâtimens à une trop grande hauteur pour les frapper, peuvent être attirés en bas jusques dans la distance qui leur est nécessaire pour cet effet; & enfin si une aiguille est fixée sur un poinçon, la pointe en haut, ou même sur le plancher au-dessous du poinçon, elle tirera le feu du bassin en silence à une distance beaucoup plus.
Page 104
17.
Page 105
Le feu électrique & le feu commun peuvent subsister, & subsistent ensemble dans le même corps.
Page 113
par des giroüettes, par des coqs, par des croix, par des perroquets, &c.
Page 119
Après avoir roulé une carte à jouer, & l'avoir bien liée avec du fil, j'ai rempli à peu près au quart ce petit tuyau de poudre à tirer, que j'ai bien bourée pour en écraser les grains; après cela j'y ai mis encore autant de poudre que j'ai bourée de la même manière; & ainsi de suite jusqu'à ce que le tuyau fût rempli: j'y ai ensuite enfoncé deux fils de fer, un à chaque bout comme le dit notre auteur; en suivant le reste de son procédé, l'expérience a manqué plusieurs fois.
Page 146
Franklin, comme peu solides: il paroît assurément très-embarrassé sur ce qu'il doit dire, c'est pourquoi il accuse M.
Page 152
_ _De M.