Memoirs of Benjamin Franklin; Written by Himself. [Vol. 2 of 2] With his Most Interesting Essays, Letters, and Miscellaneous Writings; Familiar, Moral, Political, Economical, and Philosophical, Selected with Care from All His Published Productions, and Comprising Whatever Is Most Entertaining and Valuable to the General Reader

By Benjamin Franklin

Page 164

We are spirits.
That bodies should be lent us while they can afford us pleasure, to
assist us in acquiring knowledge, or doing good to our fellow-creatures,
is a kind and benevolent act of God. When they become unfit for these
purposes, and afford us pain instead of pleasure, instead of an aid
become an encumbrance, and answer none of the intentions for which they
were given, it is equally kind and benevolent that a way is provided by
which we may get rid of them. Death is that way. We ourselves, in some
cases, prudently choose a partial death. A mangled, painful limb, which
cannot be restored, we willingly cut off. He who plucks out a tooth,
parts with it freely, since the pain goes with it; and he who quits the
whole body, parts at once with all pains, and possibilities of pains and
diseases it was liable to, or capable of making him suffer.

"Our friend and we were invited abroad on a party of pleasure which is
to last for ever. His chair was ready first, and he is gone before us.
We could not all conveniently start together; and why should you and I
be grieved at this, since we are soon to follow, and know where to find
him?

"Adieu,
B. FRANKLIN."

* * * * *

"_To George Wheatley._

"Philadelphia, May 18, 1787.

"I received duly my good old friend's letter of the 19th of February. I
thank you much for your notes on banks; they are just and solid, as far
as I can judge of them. Our bank here has met with great opposition,
partly from envy, and partly from those who wish an emission of

Last Page Next Page

Text Comparison with Vie de Benjamin Franklin, écrite par lui-même - Tome II suivie de ses œuvres morales, politiques et littéraires

Page 1
-Lib.
Page 6
Cette cinq centième partie des citoyens a le privilège d'accuser et de calomnier à son gré les autres quatre cent dix-neuf parties; ou elle peut vendre sa plume et sa presse à d'autres pour le même objet.
Page 20
Quelques-uns de ceux qui acquièrent du bien, sont prudens, vivent avec économie, et conservent ce qu'ils ont gagné pour le laisser à leurs enfans.
Page 28
»--Quand cet auteur parle de la presse, il diminue, autant qu'il le peut, l'horreur qu'inspire cette coutume, en représentant qu'un matelot souffre seulement une _fatigue_, comme il l'appelle tendrement, _dans quelques cas particuliers_; et il oppose à ce mal particulier, les embarras du commerce de l'état.
Page 44
Ici, les esprits sont maintenant en suspens, dans l'attente des propositions que doit faire l'Angleterre.
Page 54
»-- D'après cette façon de penser des Américains, l'un d'entr'eux croiroit avoir beaucoup plus d'obligation à un généalogiste qui pourroit lui prouver que, depuis dix générations, ses ancêtres ont été laboureurs, forgerons, charpentiers, tourneurs, tisserands, taneurs, même cordonniers, et que.
Page 66
Les élèves liront les _Élémens de Morale_[41] du docteur Johnson; et le maître les leur expliquera, afin de graver dans leur ame des principes solides de vertu et de piété.
Page 76
Nous allons rapporter une observation très-juste, qui se trouve dans un mémoire relatif aux prétentions de la France sur les terres des six Nations, et remis le 7 juin 1755, par les ministres du roi d'Angleterre au duc de Mirepoix.
Page 77
Quelque chose que puisse alléguer la France, en considérant ces contrées comme des dépendances du Canada, il est certain qu'elles ont appartenu et qu'elles appartiennent encore aux mêmes Indiens, qui n'y ont point renoncé, ni ne les ont abandonnées aux Anglais; et par le quinzième article du traité d'Utrecht, la France s'est engagée à ne point troubler ces Indiens[48].
Page 103
Nous les voyons tous les jours se disputer des champs et brûler les maisons les uns des autres; de sorte que nous ne savons pas s'ils ne passeront pas bientôt l'Ohio pour venir nous chasser de nos villages; et nous ne voyons pas, frères, que vous preniez aucun soin pour les arrêter.
Page 112
Alors, les gouverneurs et les conseils n'ayant point de représentans du peuple pour approuver leurs mesures, y concourir et les rendre agréables aux colons, verront bientôt leur administration devenir suspecte et odieuse.
Page 115
S.
Page 118
FRANKLIN.
Page 124
De là il s'ensuivra que ces deux causes du haussement de salaires, l'émigration réelle et la simple possibilité d'émigrer, concourront à produire le même effet.
Page 132
Mais l'abbé Lar.
Page 137
Évitez les extrêmes; gardez-vous de vous offenser des torts d'autrui, autant que vous croyez.
Page 146
--Quand quelqu'un affirmoit une chose qui me paraissoit être une erreur, je me refusois le plaisir de le contredire brusquement, et de lui montrer sur-le-champ quelqu'absurdité dans sa proposition; et, dans ma réponse, je commençois par observer.
Page 148
Avec de l'assiduité, nous ferons beaucoup plus.
Page 154
Ainsi, couchez-vous sans souper, plutôt que de vous lever avec des dettes.
Page 156
On a cependant corrigé: choisies > choisis (ces écrits doivent être bien choisis) récration > récréation (la récréation, qui de toutes) paece > peace (conscious peace and virtue pure) On a complété les pages 386 et 387 manquant dans l'original en reproduisant la citation de "la guerre des dieux", d'Évariste Parny, d'après l'édition de 1808 (de "Entre, et cherche une place | Parmi les Juifs" à la fin de l'extrait), en harmonisant l'orthographe de "Quakre" en "Quaker".