Memoirs of Benjamin Franklin; Written by Himself. [Vol. 2 of 2] With his Most Interesting Essays, Letters, and Miscellaneous Writings; Familiar, Moral, Political, Economical, and Philosophical, Selected with Care from All His Published Productions, and Comprising Whatever Is Most Entertaining and Valuable to the General Reader

By Benjamin Franklin

Page 55

as the views of this vainglorious insect
were confined within the narrow circle of his own existence, as he only
boasts the magnificent cells he has built and the length of happiness he
has enjoyed, he is the proper emblem of all such insects of the human
race, whose ambition does not extend beyond the like narrow limits; and
notwithstanding the splendour they appear in at present, they will no
more deserve the regard of posterity than the butterflies of the last
spring. In vain has history been taken up in describing the numerous
swarms of this mischievous species which has infested the earth in the
successive ages: now it is worth the inquiry of the virtuous, whether
the _Rhine_ or the _Adige_ may not, perhaps, swarm with them at present,
as much as the banks of the _Hypanis_; or whether that silver rivulet,
the _Thames_, may not show a specious molehill, covered with inhabitants
of the like dignity and importance. The busy race of beings attached to
these fleeting enjoyments are indeed all of them engaged in the pursuit
of happiness, and it is owing to their imperfect notions of it that they
stop so far short in their pursuit. The present prospect of pleasure
seems to bound their views, and the more distant scenes of happiness,
when what they now propose shall be attained, do not strike their
imagination. It is a great stupidity or thoughtlessness not to perceive
that the happiness of rational creatures is inseparably connected with
immortality. Creatures only endowed with sensation may in a low sense be
reputed happy, so long as their sensations are pleasing; and if these
pleasing sensations are commensurate with the time of their existence,
this measure of happiness is complete. But such beings as are endowed
with _thought_ and _reflection_ cannot be made happy by any limited term
of happiness, how great soever its duration may be. The more exquisite
and more valuable their enjoyments are, the more painful must be the
thought that they are to have an end; and this pain of expectation must
be continually increasing, the nearer the end approaches. And if these
beings are themselves immortal, and yet insecure of the continuance of
their happiness, the case is far worse, since an eternal void of
delight, if not to say a state of misery, must succeed. It would be here
of no moment, whether the time of their happiness were measured by
_days_ or _hours_, by _months_ or _years_, or by _periods_ of the most
immeasurable length: these swiftly-flowing streams bear no proportion to
that ocean of infinity where they

Last Page Next Page

Text Comparison with Vie de Benjamin Franklin, écrite par lui-même - Tome II suivie de ses œuvres morales, politiques et littéraires

Page 15
est bien plus heureux.
Page 25
Si elle étoit adoptée, le prix de nos terres et de nos maisons diminueroit; beaucoup de bons citoyens seroient dépouillés de leur propriété; le mécontentement deviendroit universel et provoqueroit des insurrections qui mettroient en danger le gouvernement, et la confusion générale seroit bientôt à son comble.
Page 30
Si nous croyons réellement, ainsi que nous fesons profession de le croire, que la loi de Moyse étoit la loi de Dieu, et l'émanation de la sagesse divine, infiniment supérieure à la sagesse humaine, d'après quel principe pouvons-nous donner la mort pour punir une offense, qui, conformément à cette loi, ne devroit être punie que par la restitution du quadruple de l'objet enlevé?--Mettre à mort un homme, pour un crime qui ne le mérite point, n'est-ce pas commettre un meurtre? Et, comme dit l'auteur français, doit-on punir un délit contre la société par un crime contre la nature? Une propriété superflue est de l'invention de la société.
Page 33
Cherchons le coquin, et nous le rosserons jusqu'à ce qu'il en meure.
Page 35
B.
Page 48
14, vers.
Page 60
.
Page 65
C'est dans cette classe qu'on doit enseigner la composition.
Page 88
paisiblement.
Page 100
déjà établies sur l'Ohio; que nous n'avons nulle envie d'engager aucun des sujets européens de sa majesté à aller se fixer dans ces contrées; mais que pour les défricher et les cultiver nous comptons entièrement sur la bonne volonté des habitans qui seront de trop dans les colonies du centre.
Page 103
Après avoir parlé du territoire que le roi a acquis dans leur pays, ces Indiens disent:--«Les gens de votre nation sont venus, en grand nombre, sur les montagnes et se sont établis dans le pays.
Page 104
--Malgré cela, leurs seigneuries disent, dans le dixième paragraphe de leur rapport:--«Qu'il leur paroît qu'il y a quelques possessions accordées par le gouverneur et le conseil de Virginie».
Page 105
--La clause de réserve, qui se trouve dans notre pétition, est une clause d'usage; et nous espérons qu'en cette occasion, le conseil privé sera d'avis qu'elle est suffisante, d'autant plus que nous sommes en état de prouver que dans des limites du territoire pour lequel nous voulons traiter, il n'y a point d'établissemens faits avec un titre légal.
Page 110
12º.
Page 114
Étant situées en différents climats, les colonies fournissent une plus grande variété de productions et de matières pour les manufactures de la Grande-Bretagne; et séparées d'elle par l'Océan, elles sont cause qu'elle a bien plus de vaisseaux et de matelots.
Page 115
(_Note du Traducteur.
Page 134
Je ne sais où vous placer: mais entrez toujours; vous vous mettrez où vous pourrez[73]».
Page 137
Ne mangez pas jusqu'à être appesanti; ne buvez pas assez pour que votre tête en soit affectée.
Page 146
J'allai même, conformément aux anciennes loix de notre _Junto_[75], jusqu'à m'interdire l'usage d'aucune expression qui marquât une opinion définitivement arrêtée, comme _certainement_, _indubitablement_, et j'adoptai, à leur place: _je conçois_, _je soupçonne_, ou _j'imagine_ qu'une chose est ainsi, ou _il me paroît, en ce moment, que_.
Page 148
--Si vous aimez la vie, ne prodiguez pas le temps; car, comme dit encore le bonhomme Richard, c'est l'étoffe dont la vie est faite.