Memoirs of Benjamin Franklin; Written by Himself. [Vol. 2 of 2] With his Most Interesting Essays, Letters, and Miscellaneous Writings; Familiar, Moral, Political, Economical, and Philosophical, Selected with Care from All His Published Productions, and Comprising Whatever Is Most Entertaining and Valuable to the General Reader

By Benjamin Franklin

Page 92

fancies of your own, I think, without foundation. I am so far
from thinking that God is not to be worshipped, that I have composed and
wrote a whole book of devotions for my own use, and I imagine there are
few, if any, in the world so weak as to imagine that the little good we
can do here can merit so vast a reward hereafter.

"There are some things in your New-England doctrine and worship which I
do not agree with: but I do not therefore condemn them, or desire to
shake your belief or practice of them. We may dislike things that are
nevertheless right in themselves: I would only have you make me the same
allowance, and have a better opinion both of morality and your brother.
Read the pages of Mr. Edwards's late book, entitled, 'Some Thoughts
concerning the present Revival of Religion in New-England,' from 367 to
375; and when you judge of others, if you can perceive the fruit to be
good, don't terrify yourself that the tree may be evil; but be assured
it is not so, for you know who has said, 'Men do not gather grapes off
thorns, and figs off thistles.' I have not time to add, but that I shall
always be your affectionate brother,

"B. FRANKLIN.

"P.S.--It was not kind in you, when your sister commenced good works, to
suppose she intended it a reproach to you. 'Twas very far from her
thoughts."

* * * * *

"_To Mr. George Whitefield._

"Philadelphia, June 6, 1753.

"SIR,

"I received your kind letter of the 2d instant, and am glad to hear that
you increase in strength; I hope you will continue mending till you
recover your former health and firmness. Let me know whether you still
use the cold bath, and what effect it has.

"As to the kindness you mention, I wish it could

Last Page Next Page

Text Comparison with Vie de Franklin, écrite par lui-même - Tome I Suivie de ses œuvres morales, politiques et littéraires

Page 5
Je demanderois, de plus, le privilège qu'ont les auteurs, de corriger, dans une seconde édition, les erreurs de la première.
Page 6
Enfin, il faut bien que je l'avoue, puisque personne ne voudroit me croire si je le niois, peut-être satisferai-je ma vanité.
Page 21
Mais mon frère craignant qu'il n'en résultât quelques inconvéniens,.
Page 22
Mais j'étois peu capable de la juger pour ce qu'elle étoit.
Page 26
Comme je les avois aidés à ramer, ils refusèrent d'abord de la prendre: mais j'insistai et la leur fis accepter.
Page 30
Comme je paroissois craindre que mon père ne voulût pas m'aider à m'établir, sir William me dit qu'il lui écriroit.
Page 32
Mon ancien camarade, Collins, étoit alors commis à la poste.
Page 65
Je payai les dettes de la société, et continuai le commerce pour mon propre compte.
Page 66
J'étois convaincu que la première petite somme, fabriquée en 1723, avoit fait beaucoup de bien dans la province, en favorisant le commerce, l'industrie et la population; car depuis, toutes les maisons étoient habitées, et plusieurs autres s'élevoient; tandis que je me souvenois que la première fois que j'avois rodé dans les rues de Philadelphie, en mangeant mon pain, la plupart des maisons de Walnut-Street, Second-Street, Fourth-Street et même plusieurs de celles de Chesnut-Street et ailleurs, portoient des écriteaux qui annonçoient qu'elles étoient à louer; ce qui m'avoit fait penser que les habitans de cette ville l'abandonnoient l'un après l'autre.
Page 69
Je regardois mon inconstance et mon oubli, pendant mon séjour à Londres, comme la principale cause de son malheur, quoique sa mère eût la bonne foi de s'en attribuer uniquement la faute, parce qu'après avoir empêché notre mariage avant mon départ, elle l'avoit engagée à en épouser un autre en mon absence.
Page 72
On doit même espérer que le nombre en augmentera encore, et que les lumières s'étendront de toutes parts.
Page 74
Cet emploi est peut-être l'un des plus importans qu'on puisse confier à une classe d'hommes quelconque.
Page 82
Il fut même regardé comme le chef de l'opposition; et ce fut à lui qu'on attribua la plupart des courageuses réponses que l'assemblée fit aux messages des gouverneurs.
Page 99
Le gouverneur s'opiniâtra; le bill resta sans effet.
Page 100
À son retour en Angleterre, il fit un grand nombre d'expériences, qui toutes lui confirmèrent cette observation.
Page 106
Son tempérament étoit très-robuste.
Page 108
Quand il fut dans cet état, et que l'excès de sa souffrance lui arrachoit quelques plaintes, il disoit:--Qu'il craignoit bien de ne pas les supporter comme il le devoit; qu'il savoit combien l'Être-Suprême avoit versé de bienfaits sur lui, en l'élevant de l'obscurité, dans laquelle il étoit né, au rang et à la considération dont il jouissoit parmi les hommes; et qu'il ne doutoit pas que les douleurs qu'il lui envoyoit en ce moment, ne fussent destinées à le dégoûter d'un monde, où il n'étoit plus capable de remplir le poste qui lui avoit été assigné.
Page 112
J'observe ceci, pour que ma famille ne trouve pas mauvais que je fasse quelques legs, qui ne sont pas uniquement à son profit.
Page 113
À la fin de ce second terme, s'il n'est arrivé aucun accident, la somme s'élèvera à quatre millions soixante-un mille livres sterlings, dont je laisse un million soixante-un mille livres sterlings à.
Page 123
Il y a, dans le monde, deux sortes de gens, qui possédant également la santé, les richesses, deviennent les uns heureux et les autres malheureux.